Neko Master
NEKO MASTER V2 : http://neko-master.bbactif.com

Envie de devenir esclave ? Maître ? Maîtresse ? Amour ou haine, que sera votre vie ? Inscris-toi pour t'amuser avec nous.

Des membres actifs, une Chatbox pour délirer, et une bonne ambiance garantie !

Neko Master

Incarnez un(e) Humain(e) et faites-vous servir par un(e) Neko !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Neko Master déménage : cliquez ici !
NM restera en ligne, cependant les inscriptions sont fermées. Merci de vous rendre sur la V2 de Neko Master si vous souhaitez vous inscrire.

Partagez|

Be A Wear [Pv. Akihiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Be A Wear [Pv. Akihiko] Lun 21 Mar - 16:43

Finalement mon choix promettais d'être bon. Il était serieux quoiqu'un peu insolent mais au moins il avait des burnes et savait réfléchir. Il correspondait tout à fait à mon idéal en terme de domestique... Maintenant, vu les traits de son visage, je me demandais s'il avait réellement connaissance du terme ou si comme tant d'autres il le confondait avec l'esclavage. Bien qu'effectivement la frontière entre ces deux termes soit bien mince. Pour ma part, l'esclave avait autant de valeur qu'un meuble. Au contraire il était nécessaire de voir dans le domestique sa qualité d'être vivant même d'être humain (même s'il peut avoir des cornes, des ailes ou une queue) pourvu d'une conscience propre. Ainsi sa psychologie et sa physiologie influencent directement la qualité du service rendu par le domestique tout comme multiple facteurs influenceraient ma conduite au volant de ma V8 de '77. Ainsi il était impératif que je me fasse respecter par le néko sous peine qu'il tende à se relacher et m'envoyer balader au plus simple des ordres. C'était bien cela le point commun entre maître esclavagiste et maître de ces domestiques: la notion de domination impérative au bonne habitudes que doive respecter les domestiques/esclaves. Et puis dans n'importe lequel des cas, je suis détenteur des moyens de productions et détenteur de son foyer car, hors de moi, il n'avait rien, juste des capacités de néko dont il pourrait faire ou non usage...

Avoir un néko présentable était nécessaire pour mettre en avant l'image du maître. En effet, un domestique "mal peigné" représenterait un risque pour le maître, un mauvais regard par rapport aux autres qui pourraient engendrer un inversement des rapports de force. Il ne s'agissait plus là de se placer au dessus du domestique mais de se placer au dessus du commun des maîtres, bien que cela n'était pas chose facile. Au moins je pourrais me montrer, par l'acte d'habiller décemment mes nékos en publique comme maître respectable... après on s'en fout de se que je peux leur faire en privé. C'était une autre histoire. Pour le moment, mieux vallait continuer sur la lancée et je me dirigeais vers le magasin de vêtements. Soudain le néko me posa une question un peu normale dans l'ensemble: il me demanda mon nom et se représentait comme Akihiko.
Je ne le regardais pas étant concentré sur la route.


"Fushigi Jonathan William Kurai. Mais pour toi se sera monsieur Kurai ou maître... au choix"

Au bout de quelques intersections en plein centre ville nous arrivâmes au magasin de vêtements. Un grand établissement réunissant plusieur types de vêtements divers et variés. J'étais déjà venu, on y trouvait de tout. Je me garais et coupais le contact. En y pensant, j'achéterais aussi des vêtements pour Bou. Je sortis de la voiture et fit sortir Akihiko, lui faisant signe de me suivre. On entrait dans le magasin où déjà les vigiles nous regardaient... allez savoir pourquoi, il était pas mentionné que je tienne mon néko en laisse. On passait le chemin et nous dirigeâmes vers les vêtements haut de gamme: ce que j'achetais généralement pour les domestiques, après je prendrais d'autres vêtements pour toute autre situation (repos accordé, pyjama...). Je pris un ensemble: chemise blanche manche longue, gilet noir, bas noir et cravate rouge et des chaussures de ville noires. Cela était loin d'être confortable certes... mais c'était avec le style britanique que je voulais être servi. Je tendis les vêtements au néko.

" Va m'essayer sa pour voir si c'est la bonne taille..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko mâle
Neko mâle

Masculin

Nombre de messages : 31

Age : 23

Maître(sse) ou Neko? : Neko

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: Be A Wear [Pv. Akihiko] Lun 21 Mar - 23:30

    « C'est bien aimable de votre part. »

    L'humain l'autorisait à choisir, et Akihiko lui en fut bien reconnaissant. Le choix, c'était bien ce qu'on lui interdisait, la plupart du temps. Il avait un nom à rallonge, son maître. Akihiko, lui, n'était qu'Akihiko. Il n'avait jamais été plus que ça. Akihiko. La route défilait sous ses yeux. Son maître serait Monsieur Kurai. Il préférait ça à ce vulgaire et humiliant 'maître'. Enfin, il n'vait plus vraiment le temps d'y songer. Déjà, ils arrivaient près des magasins et des enseignes aux couleurs criardes et agressives. Le bruit de la foule résonnait dans ses oreilles. Il n'aimait pas ça, il n'était jamais agréable de se déplacer dans une mer de gens. Mais il suivit son maître, vers un rayon déjà bien moins fréquenté que le chat identifia comme étant luxueux. Oh. C'était trop d'honneur, mais il savait que beaucoup d'humains aimaient bien habiller leur domestique. Et il était vrai qu'il était bien plus plaisant d'avoir un matou bien présentable, Akihiko les comprenait. C'est donc dans cet état d'esprit qu'il se décida à essayer tout ce que son maître lui donnerait, si bien sûr, on restait dans la limite du raisonnable. Tiens, déjà, son maître avait choisi. Il savait ce qu'il voulait, tant mieux.

    « Bien... »

    Il se saisit des vêtements qu'on lui tendait, et s'engouffra dans une cabine d'essayages. Se débarrassant non sans joie de ses vieux habits, il enfila le pantalon noir et la chemise blanche, réalisant avec une agréable surprise qu'ils étaient parfaitement à sa taille. Bien. Au moins, les achats se feraient rapidement, si tout était déjà à la bonne taille. Il enfila le gilet noir et les chaussures avant de contempler d'un œil contrit la cravate. Avouons-le, il n'avait jamais porté de vêtements aussi, disons... cérémonieux. Il se sentait peu à l'aise, surtout quand il se souvint qu'il n'avait jamais fait de nœud de cravate. Oh, quelle honte. Se fixant dans le miroir, il tenta tant bien que mal de se débrouiller seul, mais il fallait se rendre à l'évidence, il ne s'en sortirait pas. Poussant un soupir silencieux, il quitta la cabine, rejoignant son maître la cravate dénouée autour du cou. Il s'éclaircit rapidement la gorge.

    « Euh, disons que... Je n'ai pas l'habitude de porter ce genre de vêtements. »

    Une façon moins explicite de dire qu'il ne savait pas nouer sa cravate. Il ne fallait pas avouer un échec de but en blanc, c'était trop direct. Une légère subtilité, et c'était tout de suite mieux. Akihiko aussi préférait le faire de cette manière. Il était plus que rabaissant de se savoir incapable d'une chose aussi banale. Déjà qu'il n'était pas très haut dans la pyramide de l'échelle sociale, si il passait du rang de Neko à celui d'incapable, ce n'était pas très glorieux.

    « Ah. Mais sinon, les habits conviennent tout à fait. »

    Il défroissa légèrement sa chemise et rajusta le gilet. Il avait bien plus fière allure, de cette manière. Il le savait d'ailleurs. Il n'était pas laid, et ces vêtements, de bonne facture, le mettaient en valeur. Sa queue, aussi noir que le tissu de son pantalon, se balançait tout doucement de droite à gauche dans un mouvement hypnotique. La couleur sombre soulignait sa sveltesse plus que d'ordinaire, et s'accordait tout à fait avec ses cheveux. Seuls ses yeux dénotaient totalement de la tenue, d'un vert peu banal, presque trop vert. Dans la lumière du jour, ses pupilles n'étaient presque plus qu'une fente noire, féline et inhumaine. On dirait ce qu'on voudrait, Akihiko restait un chat, tout de même. Ses doigts fins glissèrent le long du satin de la cravate écarlate.

    [Pardon, c'est court et je n'avance pas vraiment, mais j'ai peu de temps à consacrer au rp, en ce moment x___x]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Be A Wear [Pv. Akihiko] Mar 22 Mar - 17:45

Le néko avait essayé la tenue que j'avais choisi. C'était la bonne taille donc je pourrais me baser là-dessus pour la suite de mes achats. Je m'en foutais un peu de la cravate, le but était de voir si les vêtements lui allaient bien, si s'était la bonne taille... J'aurais pu tout aussi bien lui faire essayer une robe de soubrette pour connaître les mesures mais pour pas perdre de temps j'avais pris directement ce qui m'interessait. Maintenant la cravate n'était pas trop grave et le fait qu'il ne sache pas faire un noeud ne m'étonnait pas du tout. Quel maître fendant le bide de son néko irait lui offrir de tels vêtements? Pas des masses sinon moi. La présentation devait être impecable. Je le regardais et réflechissait, m'imaginant la taille de Bou et donc la mesure des vêtement que je devrais acheter. Je hochais finalement la tête j'avais ce que j'avais. Je fis signe au néko de se rhabiller. Pendant ce temps j'allais prendre un sachet et revenais ensuite vers lui, mettant la tenue dans le sachet.

"Je vais chercher des vêtements pour mon autre néko... pendant ce temps tu vas te prendre 5 caleçons, un pyjama pour dormir ensuite je te laisse libre choix. Je doute que tu te complaise à une tenue aussi classique 24h sur 24. Prend ce que tu veux: chemise, T-shirt, de marque ou pas... j'men fout un peu de tes goûts vestimentaires, mais évite les "je suis la salope de mon maître" c'est pas pour rien que je te fringue. On se retrouve dans 15 minutes ici."

Ainsi je mettais en avant, une autre qualité que j'attendais du domestique idéal: savoir se démerder. Bon d'accord avec le noeud de cravate c'était peut-être pas simple mais aller chercher des vêtements était à la porté de tout le monde, surtout avec une consigne bien libre que celle de choisir ce qu'il voulait en plus des sous-vêtements et du pyjama. Je parcourais les rayons et pris plusieurs hauts et shorts pour Bou, essayant de deviner les goûts d'un gamin de 14 ans. Puis je me redirigeait vers les vêtements de marques, pris quatres vestons sombres (deux pour Akihiko et deux pour Bou), des chaussettes longues et une tenue composée d'une chemise manche courte, d'un noeud papillon pour enfant (déjà fait rattaché par élastique), d'un short noir et de chaussure de ville pour Bou. Ensuite j'achetais chaussures normales et basquets. J'en avais terminé et allait revenir à l'endroit où j'avais laissé Akihiko.

[t'en fais pas moi j'ai encore moins d'inspi --' et puis c'est pas grave que t'es pas trop le temps, je sais patienter =)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko mâle
Neko mâle

Masculin

Nombre de messages : 31

Age : 23

Maître(sse) ou Neko? : Neko

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: Be A Wear [Pv. Akihiko] Mar 22 Mar - 21:15

    Je suis la salope de mon maître. Oh, très spirituel, vraiment... C'était tout à fait le genre de Akihiko, qui avait haussé un sourcil à cette expression douteuse. Heureusement qu'il ne l'était pas... La salope de son maître, entendait-il. De toute manière, il n'aimait pas la vulgarité. Il détestait ça, même. Parler avec de jolis mots était bien plus classe, tout de même. Et il était également plus facile de se montrer démagogue, avec un vocabulaire soutenu. Le chat était parti chercher tout ce que son maître avait réclamé, choisissant sans vraiment choisir, piochant sans vraiment réfléchir. Il cherchait juste à rassembler toute cette liste de vêtements, et autant que ce soit fait le plus rapidement possible. Plus loin, une vendeuse l'observait du coin de l'œil. En regardant autour de lui, Akihiko put se rendre compte qu'aucun Neko se quittait son maître; ils marchaient tous collés l'un à l'autre, de peur, sûrement, que le matou se fasse la malle. Ah. Son maître était décidément bien audacieux. Tant mieux, au moins, il n'étouffait pas sous la présence de l'humain. Il se serait senti mal à l'aise. Une fois tous les vêtements trouvés, il rejoignit le point de rendez-vous. Son maître, d'ailleurs, ne tarda pas à arriver, les bras remplis de vêtements pour son autre Neko, avait-il compris. Le regard émeraude du chat se posa juste un instant sur les habits, mais ne manqua pas de remarquer un cruel détail. La taille. Oui, ces vêtements avaient l'air de convenir à, disons... Un enfant.

    « Votre autre Neko, dites-moi... Quel âge a t-il ? »

    Il ne put s'empêcher de grimacer en posant la question. Il détestait les enfants. D'ailleurs, il ne l'avait pas vraiment caché, et l'avait même largement sous-entendu à l'animalerie. Si il allait devoir cohabiter avec un nabot... Bon sang, il était vraiment mal tombé. Plissant légèrement les yeux, il tenta de se raisonner. L'autre Neko devait juste être petit, ou... Un retard de croissance... D'ailleurs, en y regardant bien, comment un homme comme celui qu'était son maître pouvait vivre avec un enfant ?! Cet humain se baladait avec un arme sur lui, et il semblait avoir perdu depuis longtemps le goût de la joie et de l'humour. Un homme si sombre et un enfant... Oh, comme c'était étrange à imaginer. Et puis, de ce qu'il comprenait, ce gosse était encore en vie. Il devait être sacrément chanceux. Ou alors, vraiment très très doué. Akihiko tentait plus pour la chance. Ou dans le pire des cas... Mais vraiment dans le pire... Son maître était un pédophile.

    « … Ce n'est pas que... Enfin, aucune importance. »

    Non. Non, bon sang, non. C'était carrément dégoûter d'imaginer une chose pareille – qui, soit dit en passant, était tout de même plausible. Bah. Les humains et leur drôle d'habitudes... Akihiko restait indifférent face à leurs drôles de lubies, à présent. Qu'ils fassent ce qui leur plaisent. Il s'en fichait. Du moment qu'il avait un toit, de quoi manger... Ça lui convenait. Et puis, pour le moment en tout cas, son maître s'était plutôt bien comporté envers lui. Il semblait, que de ce côté-là, il n'égalait pas le sadisme infâme de son ancien maître. Tant mieux, dans un certain sens. Il n'aurait pas à craindre une seconde cicatrice. Enfin, si, il avait tout à craindre, mais pas pour l'instant. C'était ce qui importait. L'instant présent. Il n'y avait que ça qui comptait. Le passé, le futur... Il préférait ne pas y penser, tout simplement.

    « Ça m'a juste surpris, l'idée que vous possédiez un Neko si jeune. »

    Précisa t-il, en entraperçevant l'étiquette d'un vêtement. Au moins, il était honnête. Pour en revenir à l'instant présent... Ou pourrait dire que les mots favoris du Neko étaient Carpe Diem. Il fallait vivre au jour le jour, lorsque l'on était un Neko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Be A Wear [Pv. Akihiko] Sam 26 Mar - 15:43

J'arquais un sourcil alors qu'il semblais interrogateur quant à Bou en voyant les vêtements que j'avais pris. Il est vrai que j'étais bien peu fier de ce piètre investissement quoiqu'en fait il n'avait rien coûté. Le fait été qu'il avait fait l'erreur grandiose de me sous-estimer et moi, le maître, avait fait la plus misérable erreur en le sur-estimant car au final il n'était pas aussi fort qu'il pouvait me le prétendre ou bien ces maîtres avaient tous été des chiffes molles. Finalement je n'avais eu affaire qu'à un stupide petit débutant. Ô Rage! Ô calomnie et immense connerie qui m'a guidé! Finalement, j'avais laissé mon goût immodéré pour les jeux sordides prendre le dessus, mon penchant "démoniaques" au divertissement m'a incité à prendre le défi issu de la bouche d'un gosse au serieux... Je n'aurais pas du me faire d'illusion car le résultat n'en fut que trop lamentable. Je ne répondis pas et me dirigeait vers les caisses. Il y avait peu de monde et cela avançais relativement bien. Tant mieux...mon caractère était bien loin de la patience et la plus petite ou la plus subtile insulte ferait réagir mon cerveau et me faire sortir le flingue dans la seconde... viser dans la demi-seconde (si la cible est proche) et tirer dans la dixième de seconde. Il était si simple de faire fermer la bouche à autrui et tant de moyen tous aussi allèchant les un que les autres, mon préféré demeurant d'aggrafer la bouche de la victime et de la menacer pour l'empècher de gémir (lui arracher chaque aggraphes par exemple). J'espérais bien ne pas en arriver à là avec Akihiko, il parlait bien et finalement j'avais quelques satisfaction à me faire appeller par un domestique avoir mon respect et mon adoration personnelle, jouir d'un plaisir qu'une majorité de maîtres ne semble pas en tenir compte. Ce fut à notre tour. Je posais les affaires sur le comptoir ainsi que celle d'Akihiko. Pendant que le caissier fut occupé par son travail, je préparais mon chéquier. Si ma mémoire était bonne et si les recents payement de mes clients étaient à jour, je devais avoisiner le millions de £ et quelques dix milliers. Alors j'en avais suffisament pour prendre ma retraite et disparaître, changer d'identité et orchestrer ma mort... mais j'en avais pas envie. Pas pour le fric, mais pour continuer ce magnifique travail qu'est celui de tueur à gage et homme de main à durée déterminée. Toucher à la violence et au sang, de quoi pourrais-je rêver de mieux? D'autre chose qui soit bien loin de ma portée aussi simple soit-elle. Pourquoi? Parce que mon chemin était déjà tracé.

"vous payez avec quelle devise? Et par quel moyen de paiement?"

"Livre sterling... en chèque."

"952,65£...pièce d'identité."

Je tendis ma carte d'identité bien loin d'expirer. Ce type devait être nouveau si je regardais son profil, son apparence jeune et son respect absolu des règles du travail sous peine de se perdre et de commettre une erreur. Mon travail ne permettait pas l'erreur non pas parce que je pouvais risquer le licensiment mais parce que je risquerais grandement de mourir. On me rendit ma carte et me fit les remerciements habituels. Je pris quatres sachets et mettais tout les achats dedans avant de les donner à porter au néko... il fallait bien qu'il soit actif. Il me suivi jusqu'à la voiture et je lui ouvrais le coffre pour qu'il y range les achats.

"Mon autre néko doit avoisiner les 14 ans bien qu'il soit bien inférieur mentalement... mais il ne m'a rien coûté et par son insolente provocation j'ai cru que je pouvais en tirer des chose... jusqu'à aujourd'hui j'me suis gourré."

Je m'allumais une cigarette et m'accoudais à ma voiture le temps que le néko finisse de ranger les achats.

[Désolé du gros retard éè']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko mâle
Neko mâle

Masculin

Nombre de messages : 31

Age : 23

Maître(sse) ou Neko? : Neko

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: Be A Wear [Pv. Akihiko] Dim 3 Avr - 12:22

    « Pourquoi vous ne le tuez pas ? »

    La question avait été posée de façon totalement naturelle, alors que Akihiko rangeait les derniers sacs dans le coffre. C'était vrai, pourquoi ? Après tout, un Neko n'avait pas autant d'importance qu'un domestique humain. Si on n'en voulait plus, on pouvait le tuer. Du moins, c'était ce que Akihiko avait toujours cru, vu la cruauté qu'il avait vue, vu les choses qu'il avait subi. Alors la question ne le perturba pas, il en conserva son masque d'indifférence, pas le moins du monde touché par la perspective de la mort d'un enfant. Non, d'ailleurs, ce n'était pas un enfant, c'était un Neko. C'était sensiblement différent. Socialement parlant, en tout cas, même si Akihiko détestait les deux. Que ce soit un gosse humain ou un félin, n'importe lequel l'agaçait. C'était bruyant, inutile et... Et il détestait l'inutile.

    « Oh. Je comprends. Vous devez quand même tenir à lui, pour lui fournir des vêtements et le laisser vivre comme il l'entend. »

    Ce n'était pas de la provocation. … Enfin si. Ça l'était. L'humain devait quand même avoir de drôles de goûts, pour s'enticher d'une chose pareille. Bah, qu'il fasse comme il le désire, c'était lui le maître, après tout. Akihiko appréhendait juste le fait d'aller vivre avec un enfant de cinq ans son cadet. Il avait intérêt à bien se conduire avec lui, sinon le chat ne garantissait pas de sa survie. Akihiko ferma le coffre.

    « Il faut que vous sachiez... Je n'ai pas eu la chance d'habiter avec un autre hybride, il faut dire que je me suffit à moi-même. Je n'aime pas trop... la compagnie. »

    Façon de dire qu'il ne fallait pas compter sur lui pour faire des efforts de sociabilité avec cet autre chaton. Déjà qu'il n'aimait pas les enfants, si en plus on l'obligeait à vivre avec... Son maître n'aurait pas pu trouver meilleure torture. Pourtant, à l'animalerie, à le voir ainsi, Akihiko n'aurait jamais pu deviner que cette homme supportait la présence d'un chaton chez lui. Il avait pourtant l'air du genre inflexible, sévère. Et de ce qu'il avait entendu, cet autre hybride était provocateur et agité. Décidément, drôle de mélange. Il était curieux de le voir, d'un autre côté.

    « Moi qui croyait être débarrassé de ces agaçants miaulements, en quittant l'animalerie... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Be A Wear [Pv. Akihiko] Sam 9 Avr - 11:02

Je restais certes impassible voir frustré derrière mes verres orangés, les paroles de ce nékos devinrent bien déplacées. Non mais! Je n'avais pas à répondre de lui! Depuis quand les nékos osent se montrer si léger quant à leurs constatation de la situation du dominant? Je trouvais cela un tant soit peu ingrat. Je continuer de tirer les lattes de ma cigarette avant d'entendre le claquement sourd du coffre. Sans regarder Akihiko je l'écoutais parler, presque une sorte plainte. Pas besoin d'être un expert en psychanalyse pour comprendre à travers une syntaxe impassible qu'il se lamentait déjà sur son sort. Il suffisait de se souvenir de son air et de son ton lorsqu'il avait exprimé son dégout pour les jeunes nékos car apparemment ceux-ci étaient privilégiés par rapport à un petit vieux. C'était plausible. "Il faut que vous sachiez..." ? Il ne semblait pas avoir compris que c'était lui qui allait connaitre le changement et non moi excepté le fait d'avoir un domestique en plus. Pensée égoïste qu'était la mienne... peu importe comment pouvaient me voir mes domestiques. Je leurs donne un toit, ils bossent pour moi, je suis dominant ils sont dominés... il faudrait qu'il ait ce concept dans la caboche. Se ne serait pas sans mal. Finalement j'esquissais un sourire n'annonçant rien de bon bien que sur le moment je ne fu pas d'humeur au massacre. Je jetais mon mégot et ouvrais la portière passager afin d'aller chercher dans la boîte à gant ma gourde en métal de gnole. J'en bu une gorgée pour me réchauffer.

"Parce que tu croiyais que j'allais me plier aux petits soins pour toi tout ça juste parce que les gosses te font chier? tu rêves l'ami..."

Voyant sa tête je préférais réprimer l'envie de rire, bien que quelques pouffement eussent sorti. Sans doute était-ce aussi effet de l'alcool, délicieux breuvage pouvant m'accorder mes moments d'évasion et réveillant plus ou moins les pensées enfouies de mon sub-conscient, bien qu'un psychotique n'en ai pas vraiment de difficultés pour arriver à cet exploit. J'en bu une autre gorgée, l'habitude de l'alcoolisme et mon taf n'arrangeaient rien à ma consommation.

"... et puis, je te sommerais de te la boucler lorsque tu n'y sais pas grand chose. Je suis loin du maître affectueux. Faut être bien con pour imaginer ça. La joie et les pleurs ne me servent plus à rien et la compassion est un poids dont je n'ai plus à m'encombrer... mais tenir à quelqu'un...Hahahaha t'es un comique toi!"

Je me tournais face à lui, toujours ce sourire en coin semblant être figé à jamais sur mon visage. Je rebouchais la gourde et la mis dans une des poches de ma veste.

"Je m'en fou royalement si vous êtes des nékos ou je ne sais quoi... vous êtes mes domestiques, je vous habille, je vous donne un toit tout simplement parce que vous prenez la valeur d'un outil, un prolongement de moi-même... injuste? Pas tant que sa vu que t'a été consentant pour que ta vie m'appartienne. Bou c'est une autre histoire, un pari raté de sa part. Cependant c'est mon domestique aussi alors il ne fera pas exception."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko mâle
Neko mâle

Masculin

Nombre de messages : 31

Age : 23

Maître(sse) ou Neko? : Neko

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: Be A Wear [Pv. Akihiko] Sam 9 Avr - 22:50

    « Vous vous voilez la face. »

    L'odeur de l'alcool lui brûlait les narines, et il fixait un point imaginaire en face de lui. Oh, qu'importe si l'humain s'énervait, ou le frappait... Il avait déjà connu ça. On pouvait presque dire qu'il y était habitué. Presque. On ne pouvait pas dire que l'on était habitué à être battu, c'était impossible. Les coups n'étaient jamais les mêmes. Son nouveau maître l'agaçait, à présent. Il était comme les autres humains, finalement. A croire que la vie lui appartenait. Ah, amusante nature humaine ! Ils n'avaient pas crée la vie. Il ne pouvaient pas la contrôler. Et en quoi la vie des Nekos leur appartenait ? Dans le sens où ils pouvaient les tuer quand ils le voulaient ? Dans le sens où ils avaient le droit de les traiter comme des objets ? Non, c'était stupide.

    « Vous vous faites passer pour celui qui a tout connu. Vous êtes même pas fichus de vous débrouiller sans Neko ? Ou alors, c'est de la paresse ? Non, laissez-moi deviner. Vous pensez leur offrir une vie meilleure, peut-être ? »

    Son ton était moqueur. Ses lèvres s'étirèrent en un petit sourire narquois. Il s'attendait à recevoir un coup, dans les minutes qui suivaient. Qu'elle vienne cette baffe, il y était préparé. Akihiko ne daignait pas regarder l'humain. Il n'en valait pas la peine, personne n'en valait la peine. Akihiko n'avait toujours aimé que lui, il n'aimerait toujours que lui. Les autres, humains ou Nekos, il s'en fichait. Il les détestait tous. Même son maître.

    « Dans tous les cas, c'est vous qui êtes pathétiques. Et quand ai-je dit que ma vie vous appartenait ? Elle n'appartient qu'à moi. Vous n'avez droit qu'à mes services. Qu'à mon corps. Le reste est à moi. J'ai dit que je pouvais vous servir, pour sortir de ce fichu endroit. Nous étions tous les deux gagnants, vous n'avez pas à vous en plaindre. »

    C'était la stricte vérité, d'ailleurs. Non, mais que croyais l'humain ? Akihiko était docile, mais pas soumis ! De toute manière, l'hybride totalement soumis n'existait pas, ou alors c'était une cervelle vide ! N'importe quel être vivant renierait cette captivité humiliante. Le chat tourna la tête, scruta l'humain d'un œil impassible.

    « Les joies, les pleurs, la compassion ? Mais c'est ce qui fait de vous un humain, et vous les reniez ? Libre à vous. Vous vous vantez de votre manque d'émotion ? Comme c'est amusant. »

    Il n'y avait pas plus vide qu'Akihiko, ici. Après tout, à la base, il n'était qu'un objet. Un objet ne riait pas, il ne pleurait pas. Ce n'était qu'un objet.

    « Enfin, on s'éloigne, on s'éloigne... Pour en revenir à ce que je disais, votre petit Bou m'est déjà insupportable. Faites bien attention à lui – après tout, vous y tenez, hein ? »

    Il se moquait de lui, c'était clair et net. Akihiko voulait bien être gentil, mais si on le poussait dans ses derniers retranchements, il allait finir par se montrer vraiment insolent. Mais n'importe quel imbécile aurait compris que sa cicatrice n'avait pas été causée par le pur fruit du hasard ? Un peu d'insolence avait pimenté le tout, c'était aussi simple que ça. Comment ? Quand est-ce que Akihiko avait dit qu'il était aussi docile qu'une peluche ? Sûrement jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Be A Wear [Pv. Akihiko] Dim 10 Avr - 15:46

Me voiler la face... voilà qui était amusant de la part d'un néko qui me rappellerait presque moi à l'âge de 15 ans. Ironique de pouvoir se voir dans le reflet calciné d'un domestique satirique et sans aucune once de bonne volonté. Le domestique que je recherchais en somme. Il manquait juste un truc pour être le parfait domestique mais cela lui enlèverais alors le peu d'animation qui lui restait: la suppression totale de repression et la soumission totale. Je ne voulu me faire cette illusion, voir un zombie à ma solde était loin du but recherché. Au moins, la preuve ne pouvait être plus clair qu'il avait de la ressource. Un défaut? Celui de se taire quand on ne sait rien. J'avais prévu ce qu'il allait devenir, constaté les épreuves endurées mais en aucun cas interprété tout le long de son passé... je n'étais pas homme à faire deux fois la même erreur. La raison pour laquelle j'avais des néko n'étaient nullement la paresse ou alors le fait de les sauver d'un funeste destin... tout simplement par cupidité, l'envie de dominer et l'image impérial du maître et de ces domestique. Je souris alors que le néko disait qu'il appartenait à lui même, ce n'était pas faux mais en le voyant d'un autre point de vue, on pouvait constater que la frontière entre domestique et soumis était bien mince pour qu'il eu à s'en plaindre. Par exemple, je lui demande de faire la cuisine, se seront ces mains et ces talents qui seront succités... ces membres à lui, or le papier froissoné dans ma veste était la preuve même que lui, tout son corps m'appartenait. En somme, en utilisant ces mains c'est ma propriété qu'il manie. Le seul facteur qui, celon moi ferait office de soumission se serait tout simplement la soumission psychologique, ou le dominé serait écrasé corps et âmes par une entité impressionnante... Je pourrais certe écraser son misérable corps mais son âme... elle ne connaitra pas de changement, il y aurait une chance sur quelques milliers pour que cela se produise sur un néko de son gabari, bien qu'il soit une grande gueule.

"Tu crois pouvoir me traiter d'humain alors qu'eux même ne se privent pas pour me fuir? Crois tu que mes mains seraient apte à caresser la frimousse d'un enfant alors qu'elle en a étripé tant d'autres sous le regard et les hurlements de leurs mère et les prières futiles de leurs pères? Je suis loin du qualificatif idéaliste d'humain...ce statut m'a été enlevé tout comme toi à la naissance. De plus pour ton petit racontard sur l'appartenance, je te signale que ton nom est écrit sur un bout de papier qui certifie que tu m'appartiens... mais je peux te l'accorder, un papier c'est bien faible pour une vie pourvue de raison et de conscience... mais c'est les procédures du même système qui t'a foutu dans la cage de laquelle tu voulais tant t'échapper. Alors soit tu joue le jeu pour découvrir la subtile manière de t'en sortir et de me faire perdre soit tu continue tes conneries et tu te feras baiser. Je ne m'en plains pas, je te défini déjà les règles d'un jeu."

Ma voix était grave et appuyée tant toute les affirmations, bien qu'il ne me resta peut-être de l'alcool dans le système sanguin, ce n'était pas lui qui serait capable de me faire déblater des connerie. J'avais conscience de ce que je disais, était résolument décidé sur chaque mots sortant de ma bouche, sans pour autant que mon sourire peu disparaître. Je soupirais et décidais de m'allumer une cigarette... mais je constatais avec horreur que je n'avais plus de quoi fumer. Je m'appuis sur la carosserie de ma voiture, ne lachant pas le néko du regard.

"Mais ose me recomparer au commun de l'ignorance humaine et là je ne te garantie pas ta survie... j'ai connu la soumission autant que toi, et les conséquences qui vont avec..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko mâle
Neko mâle

Masculin

Nombre de messages : 31

Age : 23

Maître(sse) ou Neko? : Neko

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 06/11/2010


MessageSujet: Re: Be A Wear [Pv. Akihiko] Ven 10 Juin - 23:08

« Autant que moi, vous dites... J'aurais presque envie d'en rire. »

Un humain. Qui se comparait à un Neko. C'était assez cocasse, presque amusant. Pourtant, malgré les dires d'Akihiko, il n'avait pas envie de rire. Il n'avait envie de rien – c'était un objet, souvenez-vous. Dans sa vie, il avait appris à ne plus ressentir aucun désir, ou du moins, à les rejeter. C'était dans sa nature d'hybride, jamais il ne possèderait rien, alors pourquoi désirer ? Ça avait été dur, mais il était presque parvenu à se vider de ces envies, de ces émotions... C'était plus facile comme ça. On pouvait mieux subir, à croire que le vide en lui amortissait les coups.

« Moi, je vous appartient à cause d'un simple papier...  »

Il jeta un bref coup d'œil sur l'emplacement du contrat qui le liait à cet homme. Une vulgaire feuille de papier, des simple tache d'encre... Et c'était ce qui faisait de lui un esclave. Et c'était ce qui creusait cet énorme vide entre eux. Un humain ne pouvait pas se comparer à un Neko. C'était grossier, c'était déplacé, c'était ridicule. Cet homme vivait comme il l'entendait, contrairement à Akihiko. Lui, il ne pouvait vivre qu'à condition d'avoir un maître. Il ne vivait qu'en se soumettant, qu'en supportant cette domination écrasante. C'était la vie.

« Vous ne pouvez donc pas dire que vous connaissez ce que moi je subis. Vous pouvez continuer à affirmer que ma vie vous appartient. Ce ne sera, malheureusement pour vous, jamais le cas. C'est drôle, n'est-ce pas ? Même si on s'acharne de toutes ses forces... Vous n'arriverez jamais à faire en sorte que je vous suive de mon plein gré. Vous voulez que je vous sois totalement soumis ? Vous êtes tombé sur le mauvais hybride. Et ce n'est pas un papier froissé qui changera les choses. »

Il expédia le reste de la conversation d'un vague geste de la main. Il ne voulait pas se mettre à débattre sur ça. Ce serait une discussion sans fin, il le savait parfaitement. Mieux valait rester bien cramponné à sa place. Là où il devait être, comme un bon petit Neko.

« Je ne dis pas que je porte la tristesse du monde sur mes épaules... Simplement que vous êtes un humain et moi un Neko, et le gouffre qui nous sépare est trop conséquent pour que vous puissiez affirmer me comprendre. »

Il tourna la tête vers l'humain, le regardant sans vraiment le voir. Il avait plutôt l'air d'avoir le regard perdu dans le vide, comme pensif. Si il pensait ? Bien sûr. Tout le temps. Quand il ne parlait pas, quand il avait l'air de dormir éveillé, il pensait. Il pensait à tout, il n'avait rien d'autre à faire. Qu'aurait-il pu faire d'autre, de toute façon ? Dans sa cage, à part penser et regarder les gens passer, il n'y avait pas grand-chose à faire. Ah. Si. Se souvenir, peut-être. Se souvenir de quoi ? Se souvenir de tout voyons ! Se souvenir de l'extérieur, du vent entre ses oreilles, se souvenir de son maître, se souvenir des blessures. Il avait mal au ventre, mais il ignorait si c'était à cause de la faim ou de sa cicatrice.

« Enfin. Je crois qu'on a eu droit à une conversation sacrément sérieuse et philosophique, là. » Il se mit à rire doucement, ça faisait bien longtemps qu'il n'avait pas eu droit à un interlocuteur pareil. Son ton se fit plus léger, presque détaché. « Mon ancien maître était comme ça, toujours à débattre. »

Son sourire se figea un instant, et il fixa le sol pour fuir le regard de son maître. Son maître actuel. Ah. Sa cicatrice le brûlait si fort. Il se répétait que c'était à cause de son ventre vide. Ça faisait trop longtemps. Ça faisait si longtemps. Son maître n'était qu'un souvenir. D'ailleurs, à ses yeux, ça n'avait été que son seul maître. Personne d'autre... Aucun autre humain.. N'avait vraiment été son maître. Son seul et unique maître. Il lui avait laissé un souvenir acéré, et ineffaçable. C'était un souvenir d'une cruelle beauté et d'une intense douleur. Non, jamais il ne l'oublierait, surtout si il se mettait à en parler.

« C'était un type bien. » Akihiko s'arrêta de parler un instant, fixa le ciel. Il semblait en proie à une intense réflexion, et finit par secouer la tête en riant de nouveau. « Enfin, j'aimais croire cela. »

Un. Type. Bien. C'était quoi, ça ? Un type bien ? Akihiko ne le savait pas vraiment, mais oui, il avait adoré se convaincre que son ancien maître était ainsi. Un type bien. Il s'était lui aussi voilé la face, mais c'était pour moins souffrir. Ça avait marché, non ? Oui, il avait encore toute sa tête, certains seraient devenus fous à sa place ! Alors oui. Ça avait marché. Son ancien maître était un type bien.
[Impardonnable retard. Ça ne se reproduira plus, j'espère bien. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Be A Wear [Pv. Akihiko] Sam 11 Juin - 16:07

Je l'écoutais dans le silence le plus grand, attentif à chacun de ces mots. C'était intéressant, sa je ne pouvais le nier. A en croire ces dire j'étais tombé sur le néko rêvé... devrais-je dire le domestique rêvé, répondant à mes critères? Non car la perfection n'existe pas, seule la perfectibilité, la faculté de repousser ces propres limites est remarquable. La perfection inclu le fait de ne pas avoir de défauts, hors tout le monde en était bouré, moi comme lui. Je ne pouvais rien dire, tout ce qui sortait de sa bouche était une vérité exacte que très peu de nékos pouvaient me dire ça en face... jusqu'à ce jour il n'y en eu qu'une pour me tenir un tel discours. Je ne puis dire simplement, d'un ton assez las:

Pense comme tu le sens...

Oui je savais ce que je disais. Car ce qui est pire d'avoir d'un mauvais serviteur c'est que celui-ci ne soit pas foutu de penser par lui même, qu'en cet individu réside une machine sourde et implacable à la tâche... à ce genre de serviteur, seules leurs capacités seraient le facteur déterminant de leur survie avec un maître comme moi. Combien de fois ai-je, par le passé, utilisé majordomes, servantes et cuisiniers comme des pions dans un jeu sordide, ayant à la clé mes intérêts propres? Je ne me demande même pas ce qu'ils ont pu devenir depuis ce jours où je les ai affranchi. A quoi bon? La nostalgie n'était pas un sentiment très fort chez moi. Le néko continuait de parler, cette discussion lui avait rappellé son ancien maître qu'il avait alors qualifié de "type bien". Je ne pu alors pas me retenir de m'exclafer de rire, un rire assez sordide qui, d'habitude fait fuir tout les passants et me fait passer pour un fou.

Un type bien? HAHAHAHAHAhAHA! Ne me fait pas rire, et te fais pas avoir. Car vu le nombre d'humain que j'ai torturé et scalpé, d'enfants, de femmes, de terreur... les nékos auxquels j'ai brisé les jambes et envoyé dans leurs cages pour de les meilleures primes! Me qualifier de type bien serait une erreur, Akihiko.Hahahahahahahaha!

Je repris ma respiration et mon calme. Cela m'avait bien fait rire, mieux valait pas qu'il me compare à son ancien maître, auquel cas, il verra en son maître un ange, en moi un démon de la pire espèce, pourri jusqu'à la moelle... la seule image que je laisse visible, celle qui me permet de survivre. Car dans un monde asservi par la violence, un câlin ne suffisait pas pour sortir de la bile dans laquelle j'étais plongé. Mieux vallait laisser ça aux contes pour gosses comme celui de ce cher Grimm.

Tu me rappellerais presque une néko que j'ai croisé... elle a été la première à me tenir un tel discours sans se retrouver six pieds sous terre...

A ces mots, mon sourire disparu en un air d'indifférence, cachant un sentiment profond de reflexion. Mizuki Nakajima... ce nom restera sans doute gravé dans ma mémoire. Toujours à hanter mes nuits et mes pensées. Pourquoi étais-je perplexe? Parce que j'étais en proie à un sentiment inconnu... qu'étant petit et ce jusqu'à aujourd'hui, n'avais jamais connu. Ce n'était pas la défaite... cela était bien pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Be A Wear [Pv. Akihiko]

Revenir en haut Aller en bas

Be A Wear [Pv. Akihiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko Master :: Le RPG :: Centre ville :: Magasin de vêtements-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Neko RPG