Neko Master
NEKO MASTER V2 : http://neko-master.bbactif.com

Envie de devenir esclave ? Maître ? Maîtresse ? Amour ou haine, que sera votre vie ? Inscris-toi pour t'amuser avec nous.

Des membres actifs, une Chatbox pour délirer, et une bonne ambiance garantie !

Neko Master

Incarnez un(e) Humain(e) et faites-vous servir par un(e) Neko !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Neko Master déménage : cliquez ici !
NM restera en ligne, cependant les inscriptions sont fermées. Merci de vous rendre sur la V2 de Neko Master si vous souhaitez vous inscrire.

Partagez|

Je suis la science, donne-moi ton corps. [Umehito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 61

Age : 23

Maître(sse) ou Neko? : Neko

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 05/08/2009


MessageSujet: Je suis la science, donne-moi ton corps. [Umehito] Ven 29 Oct - 13:48

Lorsque Sotetsu ouvrit les yeux, il était affalé sur son bureau, presque recouvert par toute la paperasse qui y traînait. Dans un froncement de sourcils, il se releva en passant la main dans ses cheveux en bataille. Un bâillement. Voilà qu'il s'était une fois de plus endormi sur son lieu de travail. Bah, quelle importance ? Après tout, à présent, personne ne l'attendait chez lui, alors... Poussant un grognement mêlé à un soupir, il se leva en s'étirant. Ces nuits passées endormi à moitié sur une table lui donnaient d'affreuses courbatures. Il se massa la nuque et entreprit de remettre un peu d'ordre sur son bureau. Sotetsu n'était pas du genre soigneux, loin de là. Aussi, son 'rangement' se limita à un entassement négligé des feuilles volantes et des dossiers cartonnés. Sa tâche terminée, il décida de rentrer chez lui. Le scientifique retira tout d'abord sa veste blanche, qu'il daigna poser avec un minimum de soins sur le dossier de sa chaise. Ceci fait, encore engourdi par la fatigue, il reprit le chemin vers son appartement en traînant des pieds.

L'ennui. Une des choses que Sotetsu mettait volontiers sur la liste des choses qu'il détestait. Ah, vraiment... L'ennui était une chose horrible. Il n'y avait rien de pire que de tourner en rond chez soi, sans savoir que faire. Il n'y avait rien de pire que de rester assis sur son canapé, dans le silence le plus total, en n'ayant rien d'autre à faire que de fixer le plafond. Et surtout, il n'y avait rien de pire que de rester seul, sans personne. Oui, la solitude avait certes quelques attraits, mais elle restait, aux yeux de Sotetsu, une chose incroyablement ennuyante. Bon, revenons-en aux faits. Comme vous aviez pu le deviner – aisément, probablement – Sotetsu s'ennuyait. A en mourir. Il traînait dans le bazar de son appartement, à fumer sans s'arrêter des cigarettes. Combien, depuis tout à l'heure ? Oh, trois ou quatre, au moins... C'était pas bon pour ses poumons, ça. Il soupira. Vraiment, qu'est-ce qu'il pouvait s'ennuyer. Il s'étira longuement. Franchement, que pouvait-il faire, un samedi de congé ? Du shopping ? Il se redressa brusquement. Du shopping ! Mais oui, bien sûr. Il savait, à présent. Ça faisait déjà un petit temps qu'il y pensait, mais... Il allait s'acheter un hybride. C'était l'occasion; il avait du temps libre devant lui et assez d'argent. Il en voulait un dès maintenant. Tout de suite. Un hybride, SON hybride. Il ne voulait pas attendre, il voulait tout de suite voir le visage de celui qui aurait la chance d'être torturé à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Parce que si Sotetsu s'achetait un hybride, il en profiterait grandement. C'était certes étrange d'avoir ce genre de désirs, mais Sotetsu était ainsi. L'esprit dérangé. Oh, c'était un scientifique, après tout.

Oh. Et les Nekos étaient tous bien foutus. Hum, ça réveillait sa libido, ça... Oui, que cela reste entre nous, mais Sotetsu était prêt à coucher avec à peu près n'importe qui – peut-être même n'importe quoi. Alors quoi ? Ça vous choque, qu'il se dégote un hybride pour coucher avec ? Mais voyons, ce monde n'était pas tout rose... Et Sotetsu n'avait jamais prétendu être l'homme parfait. A présent, plus il y pensait, plus il fantasmait... Ouais, un Neko rien qu'à lui, huhu. Le brun se releva, défroissa vaguement ses vêtements, enfila ses chaussures et sa veste puis sortit de chez lui. Il longea plusieurs rues, traversa une avenue et rentra dans la première animalerie qu'il trouva. Ce devait être ici qu'on achetait ces pitoyable créatures, non ? L'odeur y était aussi désagréable qu'au labo. Son regard se posa sur chacun des hybrides qui étaient enfermés dans de minuscules cages. Un employé vint le saluer, mais Sotetsu l'ignora royalement. Après tout, il n'y avait que son avis qui comptait. Presque aucun des hybrides présents ne le satisfaisaient. Ah, il n'y avait presque que des femelles. Elles étaient certes mignonnes, mais ça devait sérieusement être chiant de vivre avec. Non, sur ce point-là, Sotetsu préférait largement les hommes. Les femmes étaient exigeantes, chiantes à mourir, bavardes... Bref. Elles convenaient pour les coups d'un soir, mais... Pas pour ce genre d'achat.

Le scientifique longea la petite allée parsemées de Nekos de tout genre avant de s'arrêter devant une cage. Ne désirant pas s'ennuyer à chercher partout et trop longtemps, son choix se porta sur ce Neko-là, un type aux cheveux mauves. Il était bien foutu, joli minois, hum, petit derrière et... Et on allait s'arrêter là.

« Tu sais cuisiner ? Si c'est le cas, mh... J'te prends. »

Oh, et il comptait bien le prendre, dans un autre sens du terme... Tais-toi, conscience. Sotetsu lui adressa un sourire avant de héler le vendeur et de lui demander le prix de cette jolie chose.

[Mh, pas terrible, les premiers posts, c'est pas mon truc...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Je suis la science, donne-moi ton corps. [Umehito] Jeu 11 Nov - 0:19

Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf. Neuf ? Tiens ce n'est pas vraiment normal ceci, habituellement on peux compter comme on veux on trouve toujours dix doigt à raison de cinq doigts par mains, alors pourquoi venait il de trouver neuf. Le plus intéressant, de son point de vue et à ce moment, c'est qu'il avait compter une première fois et avait compté au total dix doigts. Calmement il entreprit de compter une nouvelle fois pour comprendre la raison de son erreur, il avait choisit de compter deux fois, cependant arrivant une nouvelle fois à dix il poursuit son inlassable calcul. Au lieu de faire une série de deux il choisit une série de quatre, sur les quatre fois il avait compté trois fois neuf doigts. Après une série de six, puis de huit, c'est à la dixième qu'il prit le décision de cesser ces incessant calculs pour réfléchir à la raisons de son et ses erreurs. Avant de réfléchir il posa tant bien que mal sa main sur son crâne douloureux tout en esquissant une grimace de mécontentement et de douleurs. Il lui fallut quelques minutes de réflexions pour déterminé la raison de ses résultats inégaux et des secondes de contemplation de ses mains avant de comprendre la raison. Une simple raison même un enfant en bas âge sachant tout juste compter jusqu'à dix aurais put lui murmurer à l'oreille la solution, C'est bien simple il omettait à chaque fois de compter le dernier doigt, donc le dixième ou le neuvième suivant lorsqu'il n'arrivait pas à dix mais à neuf. C'est à dire qu'il oubliait l'auriculaire et le pouce deux doigts aussi important qu'inutile, inutile dans le sens il se voyait mal utiliser uniquement l'un des deux doigts et important simplement parce qu'il n'avait pas la moindre envie de se retrouver avec un doigts en moins.

Il ne faut pas croire qu'il trouvait amusant ou même important et indispensable de compter ces doigts plusieurs fois de suite, il avait juste souhaité savoir à quel point il était sous l'effet de la drogue ou de anesthésiant, ce qui en revient en même puisque qu'il qualifiait tout anesthésiant de drogues. En prenant en compte le temps qu'il lui avait fallut pour comprendre sa fautes mais la facilité avec laquelle il comptait, bien que compter jusqu'à dix ne soit pas le plus compliqué pour les personnes de son âge et même des être humains plus jeune. Quoiqu'il en soit en prenant en compte tout ces facteurs il estimait qu'il était encore sous l'emprise de la drogue, bien qu'il ne soit pas complètement dans les vapes il estimait qu'il lui faudrait un certains temps avant de retrouver tout ses esprits. En fin au moins la drogue avait diminué depuis son réveille, car à ce moment là il ne parvenait même pas à garder ces yeux ouvert plus d'une minutes ou deux, et quand ces yeux avaient enfin décidé de lui obéir et de rester ouvert tout le temps souhaité il ne parvenait pas à réfléchir convenablement ni même à compter jusqu'à cinq, c'est à cet instant qu'il choisit de compter encore et encore le nombre de doigts sur ces mains, avec beaucoup de difficultés au début il est vrai.

Dès l'instant où il comprit qu'il pouvait réfléchir à peu près correctement il prit l'initiative de détailler le lieu où il se trouvait malgré l'obscurité, chose qu'il regretta immédiatement tant cet endroit lui donnait la chaire de poule et le répugnait. Pour commencer il venait de prendre conscience qu'il y avait des barreaux tout autour de lui ce qui suggérait la présence d'une cage l'emprisonnant. Le fait qu'il ne soit pas le plus rebelle des nekos et qu'il ne soit pas spécialement claustrophobe ne l'empêchait pas de ne pas du tout apprécier d'être enfermé, et en plus sans son consentement, et on peux être certain qu'il n'aurais jamais donné son accord pour se faire enfermer même si on le supplie ou qu'on le fait boire encore et encore jusqu'à ce qu'il oublie tout jusqu'à son prénom. Calmement il entreprit d'observer de l'autre côté des barreaux, ce qu'il vit ne le surprit pas tant c'était évident, d'autre être tel que lui, c'est à dire des hybrides aux gênes félin, se trouvaient eux aussi dans des cages, assez grande pour qu'il soit un minimum à l'aise et bouger selon leur désirs, celui du ou des vendeurs ainsi qu'à la demande des clients, mais assez petite pour qu'il comprennent leur situation et la place que voulaient leurs assigner les sans oreilles, autrement dit les humains. Il prit le temps d'observer dans la mesure du possible les nekos endormit dans leur cage, en les observant Umehito aurait presque put croire qu'il avait atterrit dans un lieu merveilleux, chaque nekos avait un visage apaiser, certains un maigre sourire sur leur lèvres roses, d'autres remuait la queue au rythme de leur respiration. Mais idiot celui qui ne comprend pas que le lieu merveilleux et utopique se situe bien au delà de ce monde, idiot celui qui ne comprend que ceux lieu magique est celui crée par le subconscient durant leur rêve de la nuit, un rêve ou les nekos ne sont plus les esclave, un rêve en couleur et non en noir et blanc, un rêve ou le bonheur se trouve à chaque coin de rue. Finalement il finit par apercevoir la porte par laquelle entrai les clients et sortaient les nekos avec un collier, une laisse et la liberté loin derrière eux, même si parfois il y avait des chanceux qui tombait sur un maitre soucieux de leur bien être et dans un désire de mettre les nekos au même niveau que les humain. Chose qui déplaisait quelque peu à l'hybride qui ne tenait pas franchement à finir comme ces imbécile qui croient que tout est permis, il ne tenait pas à leur ressembler mais ne tenait pas non plus à être l'esclave de qui que se soit.

Étant toujours fatigué à cause de la drogue il recula au fond de sa cage, il ne lui manquait que quelques centimètres pour y être mais ces centimètres se trouvaient être très important pour qu'il puisse appuyer sa tête contre les barreaux à côté de lui. Son chapeaux ôté de sa tête et posé sur son genoux laisse visiblement ces deux oreilles féline, oreille qu'il n'appréciait pas plus que cela car de son point de vue et il n'était certainement pas le seul à le penser, elles étaient bien trop visible, si il ôtait son chapeau on voyait deux tâches blanche su le haut de son crâne. Cependant il n'y avait personne de réveillé dans les alentour et il n'avait pas vraiment envie de dormir avec son chapeaux sur la tête si c'était pour qu'il finisse abîmé et déformé contre les barreaux. Confortablement installé, ou du moins confortable pour l'inconfort qu'il y avait dans les lieux, il ferma les yeux et se laissa bercer par une mélodie imaginaire et inexistante et doucement il sombra dans l'obscurité du sommeil pour rejoindre à son tour le pays des rêves coloré, un pays utopique que toutes personnes possède. Sa visite au pays des rêves fut brève, trop brève pour lui qui n'avait envie que d'une chose après la liberté, dormir pour se reposer, dormir pour oublier, dormir pour rêver à son tour. Sauf que le vendeur et le soleil n'étaient visiblement pas du même avis que lui, en entrant dans la boutique le vendeur avait fait un bruit du tonnerre capable de réveiller un mort, quand au soleil, astre lumineux et peu scrupuleux, il avait choisit d'envoyer ces rayons juste dans la cage de l'hybride ainsi que dans celle de ces voisins mais ces derniers ne semblant nullement gêné par le soleil ou plutôt ils semblait s'en être accoutumé. Une fois réveillé il remit immédiatement son chapeau sur la tête après l'avoir légèrement secoué. La lumière enfin présente dans les lieux il déposa une nouvelle fois son regard dans les cages avoisinante et sur la porte donnant sur la rue. Le temps qu'il essai de savoir dans quelle rue il se trouvait le vendeur avait eu le temps d'ouvrir tout les volets, et de passer vers la plupart de ces locataires ou marchandise suivant les points de vue, pour le donner leur maigre repas. Il choisit trois nekos qu'il envoya dans une autre pièce inconnue de l'hybride. Un hybride revenait toutes les dix minutes, et chacun de ses hybride avaient un air moins négligé et plus propre malgré les vêtements portés, y avait il une douche dans la pièce voisine, y avait il un minimum d'hygiène dans ce trou à rat. Visiblement oui.

Revenant de sa réflexion il s'intéressa à la nourriture déposé juste devant lui, visuellement elle ne semblait pas fameuse, elle avait l'allure d'un potage que l'on pourrait qualifié de banal simplement il n'avait jamais aimé ce type de nourriture et quelque chose lui disait que celle proposée n'avait pas un meilleure gout et était peut être même encore plus mauvaise. Malgré cette évidence il mit un doigt dans la gamelle et prit un peu de nourriture pour la gouter et éviter que son ventre ne crie famine au pire moment, même si il ne voyait pas quel moment ça pourrait être. Une fois son piètre repas avalé avec les moyen de bord il laissa tomber distraitement mais de façon volontaire l'assiette entre les barreaux provoquant un bruit de métal résonnant dans toute l'animalerie ce qui eut pour résultat de faire froncer les sourcils du vendeur. L'homme s'avança vers la cage de l'hybride d'un air agacé et las, il se baissa pour prendre la gamelle puis retourna à son poste non sans disputer l'hybride avec ces paroles précises : -Fait attention neko, garde ta mauvaise humeur et ton caractère pour toi, contente toi d'être sage et obéissant si tu ne veux pas passer ta vie dans cette cage. Paroles que l'hybride ne prit pas le peine d'écouter ou du moins pas complètement, il avait écouter le premier et le dernier mot, peut être un mot de plus en milieu de phrase mais guère plus.

A l'instant même où l'homme se remit à la place où il était avant de se lever la porte s'ouvrit pour permettre à un homme d'entrer dans la boutique, ou plutôt un homme ouvrit la porte afin de pouvoir franchir le seuil et entrer dans la boutique. A cet instant précis tout les regards, du vendeur à Umehito, se fichèrent sur lui, le détaillant, le jaugeant, le suppliant, le voulant, le haïssant. Toutes sorte de regards étaient posé sur lui, mais l'homme ne semblait en voir aucun, il ne semblait pas voir non plus le vendeur qui s'était approché de lui dans le but de l'aider dans ces recherche ou de lui faire la promotion de tel ou tel hybride. L'hybride ne le lâchait pas du regard, il n'attendait pas qu'il vienne vers lui ou le remarque il voulait simplement connaitre les goût de ce genre de personne, il semblait être une personne froide et hautaine, il voyait tout les humains de cette façon, et voulait savoir quel type d'hybride il voulait. A sa plus grande surprise il le vit quitter le rayon où se trouvait la majorité des nekos féminines, il n'avait donc pas ce genre de penchant, il était pourtant certain que la plupart des hommes prenaient des nekos féminine pour qu'elle fasse le ménage certes, mais aussi pour qu'ils puisse satisfaire leur libido. Sa surprise se renouvela quand l'homme s'arrêta devant sa cage, il soupira intérieurement, non pas qu'il ne voulait pas que l'homme lui parle ou le prenne comme hybride mais il n'avait pas l'envie de servir quelqu'un et aurait préféré tomber sur des parfait idiot qui le laisserais s'enfuir sans être capable de faire quoi que se soit, et il avait l'impression qu'il allait avoir des difficultés avec cet homme.

« Tu sais cuisiner ? Si c'est le cas, mh... J'te prends. »

Nouveau soupire mental, si il sait cuisiner l'homme le prend, si l'hybride lui disait qu'en effet il savait cuisiner alors qu'en réalité il en était rester aux pâtes il allait se passer quoi, il se ferais gronder et mettre au coin ou alors il serais renvoyé dans cette animalerie, hum c'était, à ces yeux, une question assez stupide voir ridicule mais c'était le lot des humains d'être ainsi et celui des hybride de le subir. Un sourire et l'homme interpelle le vendeur pour connaitre le prix, il comptait donc vraiment l'acheter et ce sans attendre de savoir si oui ou non l'hybride savait cuisiner, à son tour le neko sourit et inclina légèrement la tête en guise de salut, même si il ne le faisait que pas pur réflexe et peut être pas forcément pour le saluer.

- Hum ... Et bien non je ne sais pas cuisiner, pourquoi vous avez oublié le numéro et l'adresse des restaurant ?

Il n'avait pas vraiment prévu de lui répondre ainsi mais peu lui importait ce qui a été dit à été dit et rien ne pourrais changer cette vérité, même si il se reprenait pour se confondre en excuse, chose qu'il n'avait pas franchement envie de faire. Parce qu'il n'avait rien d'autre à faire et qu'il en avait envie il se mit à détailler un peu plus l'homme face à lui, fin, grand et pâle rien n'imspirait la crainte et la terreur chez lui, il donnait l'impression à l'hybride qu'un simple coup de poing suffirait à le mettre à terre. Ses cheveux couleur d'ébène et coiffé à la vite retombant sur son visage et devant ces yeux de couleure émeraude ne faisait que le renforcer dans son idée, malgré tout il ne parvenait pas à se défaire de l'idée qu'il ne serait pas forcément la personne la gentille dans cette ville.

- Je voudrais aussi préciser avant que l'envie de me poser la question ne vous prenne, je ne fait ni le ménage, ni la cuisine ni animal de compagnie. Mais après si vous avez toujours cette folle idée de m'acheter et bien on joueras au monopoly si vous voulez.

L'hybride lui sourit, comme toujours il souriait, il n'avait rien d'autre à faire que de parler et de sourire et c'est ce qu'il faisait. Même si ces phrases n'était forcément celles qui aurais dit, d'ailleurs il est assez rare qu'il parle et qu'il aligne deux phrases d'affilé. Peut être est-ce dût à la présence de la drogue dans ces veine ou peux être est-ce de la faute de son ennuie. Il n'avait pas fait un long séjour dans l'animalerie mais déjà il s'ennuyait, il regrettait amèrement de s'être fait avoir par cette drogue anesthésiante, si il avait fait d'avantage attention il aurait put éviter bien des choses mais la vie est ainsi faite et rien ne pourrais y changer.


[ Désolé pour le retard je n'ai pas vraiment d'excuse si ce n'est que j'avais des trucs à faire, je répondrais plus rapidement les prochaines fois, et désolé aussi pour le post, long mais au final peut être pas si intéressant que cela ... )
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 61

Age : 23

Maître(sse) ou Neko? : Neko

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 05/08/2009


MessageSujet: Re: Je suis la science, donne-moi ton corps. [Umehito] Jeu 11 Nov - 2:03

« Hum ... Et bien non je ne sais pas cuisiner, pourquoi vous avez oublié le numéro et l'adresse des restaurant ? »

Hum. Ainsi donc, il était tombé sur un incapable. Quel dommage, ce Neko avait pourtant une jolie bouille. Sotetsu ne releva pas de l'insolence de l'hybride, se contentant de hausser un sourcil en soupirant, l'air affligé. « … Ce n'est pas ça. Je me demandais juste si le jouet que je m'apprêtais à acheter allait avoir une quelconque utilité, hormis... » Non, tais-toi. Pas besoin d'afficher sa vie devant un vulgaire chat. Pas besoin de passer pour un pervers devant tout le monde dans cette animalerie. Pas besoin de dire tout haut qu'il comptait coucher avec cet hybride. L'humain soupira une nouvelle fois, en fixant le félin. Il n'était pas moche – loin de là. Il avait de longs cheveux mauves, un visage fin et une peau pâle. Un chapeau trônait fièrement sur son crâne, dissimulant une paire d'oreilles. Chapeau que Sotetsu se promit de retirer afin de voir les attributs du félin, une fois qu'il l'aurait acheté. Parce qu'il comptait bien l'acheter. Même si il ne savait pas cuisiner. Bah, il trouverait bien quelque chose à lui faire faire, après tout, cet hybride n'était qu'un... hybride. Par conséquent, cette créature se devait d'obéir. Sotetsu ne comptait pas laisser un chat faire la loi. Naméoh. Bref, cette chose devait quand même être capable de faire quelques chose de ses deux mains. Dans le pire des cas, Sotetsu l'enverrait au laboratoire, pour en faire un cobaye. C'était simple comme bonjour.

Seulement, l'animal ne semblait pas de son avis. Il annonça de but en blanc qu'il ne comptait absolument rien faire, ce qui fit tiquer l'humain. Non, mais. Pour qui se prenait ce chat ? Et que voulait-il faire ? … Jouer au Monopoly ? Ça alors. Le brun en restait coi. Un culot pareil pour un être si insignifiant. Sotetsu leva légèrement le menton, condescendant comme à son habitude. Il se faisait provoquer par un pauvre félin enfermé dans une cage. Tseuh. Non, décidément, ce vulgaire hybride n'allait pas s'en sortir aussi facilement. Rendant un sourire au chat, il se baissa légèrement, et dans un geste fluide, il passa sa main à travers les barreaux et fit tomber son chapeau. Et tadam, apparition de mignonnes petites oreilles. Ramenant sa main vers lui – on ne savait jamais, ça mordait peut-être – il resta toutefois baissé vers lui pour lui décocher un regard mi-narquois, mi-amusé. D'un geste du menton, il désigna ses oreilles de chat. « Tu vois ? Sur ta tête, ces jolies oreilles. Et cette queue de félin. Tu les vois ? » Il lui parlait comme on s'adressait à un enfant, le prenant ouvertement pour un abruti fini. Ce qu'il devait sûrement être, pour avoir osé parler comme ça. Ou alors c'était un élément rebelle – cette idée le fit doucement sourire. On ne tirait jamais rien de bon, de ces vermines-là. « Cela fait de toi un Neko ». Il insista fortement sur le dernier mot, histoire que le ditNeko comprenne bien. « Tu veux des synonymes ? Esclave. Jouet. Objet. » L'humain parlait d'un ton traînant tout en restant moqueur. Oui, il comptait bien faire comprendre son erreur à ce stupide chat. Tout en souriant, il continuait ses explications. « Autrement dit, tu vas rester enfermé dans cette cage jusqu'à ce qu'un humain décide de faire de toi son acquisition. » Il espérait avoir été bien clair. Si le Neko ne comprenait pas, alors c'était vraiment un imbécile.

« Tu me sembles bien insolent. Tu veux savoir quelque chose ? Les humains préfèrent la docilité. En d'autres termes, personne ne t'adoptera. A cause de ton ton pédant et de ton attitude rebelle. Tu veux savoir comment tu vas finir ? Le propriétaire de cette animalerie ne va pas s'ennuyer à garder un chat comme toi. De deux choses l'une; soit il t'envoie dans un laboratoire et tu finis comme cobaye; soit on te fait piquer et la vie s'arrête là pour toi. »

Il lui souriait toujours. Un sourire condescendant, méprisant, et terriblement agaçant. Il avait raison et il le savait. Ce n'était pas faute d'avoir vu passer nombre d'hybrides sur son lieu de travail. Très souvent, le laboratoire récupérait les 'invendus'. Et très souvent, les 'invendus' étaient constitués de ces éléments-là. Les rebelles, les insolents, ceux qui étaient abîmés, les trop vieux, et toutes leurs variantes... Si le chat qu'il avait sous les yeux continuait dans ce sens, il n'allait pas faire long feu ici. A moins qu'il ne comptait se faire la malle ? Haha. Impossible. Et même si il y arrivait, la fourrière le rattraperait aussitôt. Il y avait quelques Nekos qui arrivaient parfois à échapper aux humains, mais ceux-là vivaient dans la crainte et dans l'ombre. Vivre sous les ordres d'un humain pouvait parfois être plus supportable. Sotetsu se releva en passant la main dans ses cheveux. Soupir. Bon. Son regard coula de nouveau sur le félin. « Moi, je veux bien t'acheter. Crois-moi, je serai une des seules occasions que tu auras de sortir d'ici. La seule, peut-être. » Il commençait à en venir à la conclusion. Le chat n'avait pas le choix, après tout. Et c'est ce qu'il s'acharnait à lui expliquer. « J'ai juste une condition. Je veux que tu m'obéisse. » C'était simple à comprendre, non ? Son ton était devenu tranchant, cinglant, pour cette dernière phrase. Après tout... Pour le ménage, la cuisine et tout le reste, ce n'était pas trop grave. Si il en faisait au moins le minimum, ça suffisait. Sotetsu désirait un hybride principalement pour de la compagnie, après tout.

« Mais bon, si tu ne veux pas, rien ne m'empêche de faire de toi mon cobaye~ »

Des Nekos dociles, il pouvait en trouver quand il en voulait. Il donnait généreusement à ce chat l'occasion de se rattraper. Il ne réclamait pas non plus une docilité totale, mais un minimum de respect. Après, si il pouvait en faire ce qu'il voulait, tout irait bien... Dans un geste las, il haussa les épaules en fixant le félin. « Pour tout dire, je veux simplement profiter de ton corps jusqu'à ce que j'en sois lassé et que je te jette comme un simple déchet. Peu m'importe si ça te va ou pas. Je te laisse une chance, libre à moi de tourner les talons et de te laisser à ton triste sort. » C'est qu'il était bavard aujourd'hui, notre Sotetsu. Bon, au moins, il avait été clair. Soit le Neko montrait une once de politesse et de respect, soit il partait à la recherche d'une boule de poil qui lui tiendrait compagnie. Dans le pire des cas, il irait se saouler dans un bar et draguer le premier venu. Ça lui convenait aussi. Après tout, l'humain ne suivait que ses propres envies. C'était également d'après une envie qu'il était venu dans cette boutique. Un caprice de gamin. C'était exactement ça. C'était simplement d'après un coup de tête. Après tout, il pouvait bien s'en passer, des Nekos, il y en avait au laboratoire, et puis il pouvait prendre du plaisir avec des hommes – ou des femmes – qu'il séduirait. Mais non, aujourd'hui, Sotetsu n'était pas de cette humeur. C'est pourquoi il se trouvait là, devant ce Neko aux cheveux mauves, à lui f aire la leçon et à jouer l'être supérieur.

Quoi qu'il en soit, ce type lui plaisait. Même si il était quelque peu insolent et semblait avoir des dispositions à se montrer rebelle, c'était justement ça qui lui plaisait. Au moins, il n'était pas comme ces autres Nekos stupides et dociles à faire peur, sans aucune personnalité. Seulement, il fallait éviter qu'il prenne trop de libertés. C'est pourquoi il jouait le méchant maître, même si il comptait l'adopter, quoi qu'il arrive. Dans la limite du raisonnable, bien sûr. Si il se faisait insulter, le félin pouvait toujours rêver pour que le brun le sorte de sa cage. Sotetsu aimait qu'on se comporte envers lui avec un minimum de respect. Contemplant le Neko de haut, l'humain attendait une quelconque réponse. Une demande, peut-être. Un s'il vous plaît. N'importe quoi qui le convaincrait d'aller signer le chèque et remplir les papiers qui feraient sortir le félin d'ici. Quand même, Sotetsu était tellement gentil de lui laisser une seconde chance. Il était dans un bon jour, aujourd'hui. Les mains dans les poches, il attendait. Patiemment.
[Mes premiers posts à l'animalerie sont toujours médiocres x__x Je m'en excuse...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je suis la science, donne-moi ton corps. [Umehito]

Revenir en haut Aller en bas

Je suis la science, donne-moi ton corps. [Umehito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko Master :: Le RPG :: L'animalerie-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Neko RPG