Neko Master
NEKO MASTER V2 : http://neko-master.bbactif.com

Envie de devenir esclave ? Maître ? Maîtresse ? Amour ou haine, que sera votre vie ? Inscris-toi pour t'amuser avec nous.

Des membres actifs, une Chatbox pour délirer, et une bonne ambiance garantie !

Neko Master

Incarnez un(e) Humain(e) et faites-vous servir par un(e) Neko !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Neko Master déménage : cliquez ici !
NM restera en ligne, cependant les inscriptions sont fermées. Merci de vous rendre sur la V2 de Neko Master si vous souhaitez vous inscrire.

Partagez|

A very bad trip [Pv. Mizuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 26

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: A very bad trip [Pv. Mizuki] Mer 30 Juin - 12:37

Alors que je garrais la voiture, avec autant de délicatesse qu'un conducteur de poids lourd, je jettais un oeil sur Mizuki et lui donnait de temps à autre quelques petites claques pour la garder un temps soit peu consciente sinon je serais bien emmerdé pour rentrer dans un hôtel avec une néko sur l'épaule. Je la réveillais et la posait sur ces deux pieds. Je la soutenais pour qu'elle ne tombe pas avec le déséquillibre du à la cuite qu'elle s'était prise. Je lui enfilais ensuite ma veste noir et l'entrainais vers l'entrée de l'hôtel. Une fois dans le hall je la posais sur un canapé le temps que je règle les paiements de la chambre. Je marchais assez lentement pour ne pas trébucher. Et oui, moi aussi j'étais saoul et souffrait désormais du vertige qui provoquait ma démarche déséquilibrée. Le guichetier devait surement l'avoir remarqué en voyant nos pauvres carcasses noires se déplacer sur le parquet de l'hôtel. Je me tenais alors au guichet et essayais de regarder le type dans les yeux.

"Une chambre pour la nuit..."

"Pour deux je présume."

Je hocha la tête.

"Je peux payer demain? J'suis ivre si vous avez pas remarqué.."

Il réfléchit un instant avant de me dire que je paierais demain. Il me donnait ensuite la clé de la chambre 215, au deuxième étage. On prit l'ascenseur malgré mon horreur pour ces machines mais j'y étais contrains sinon moi comme Mizuki, nous nous serions lamentablement viandé dans les escaliers. On marchait en suite le long du couloir avant d'arriver à la chambre. J'insérais la clé dans la serrure et ouvrait la porte. Je la portais alors au lit double place en titubant, mon état d'ébriété se faisant de plus en plus sentir. Je fini par trébucher, attérissant sur le lit avec Mizuki dans mes bras. Je me relevais alors avec peine et essaya de la regarder.

"Excuse moi."

Je m'en allais vers la salle de bain. Merde... j'étais vraiment beuré comme pas possible. Je ne pouvais plus voir quelque chose fixement toujours à tourner à gauche à droite... ma tête pesait des tonnes et me faisait horriblement mal.
Je fit un effort, m'agenouilla devant les toilettes et commença à vomir ce que mon corps ne supportais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Mer 30 Juin - 18:22

Je me réveillais avec un peu de difficultés, je m'étais endormis, sagement, sur le comptoir, puis j'avais était réveillée une nouvelle fois ! On ne me ménageais pas en ces temps difficiles ! C'est ainsi que je me retrouvais on ne sait comment je me retrouvais sur le lit, pour tout ce que j'avais bu je me trouvais bien en forme, je n'avais pas envie de vomir, mais un mal de tête agaçant venais me tuer le peu de lucidité qu'il me restais, dans ma lancé je longeait les murs pour ne pas tomber et j'avançais vers la salle de bain, où je trouvais mon ami d'un soir tête dans la cuvette en train de vomir tripes et boyaux … J'espère juste ne pas m'en souvenir pour plus tard … Je sortais de mon haut deux cachets contre les maux de têtes et je les prenais avec un verre d'eau. Avant de me poser sur le rebord de la baignoire, m'adossant aux mur, je regardais l'homme gerber sans cesse avant de ressentir un courant d'air frais , effectivement, je n'étais pas très habillée ! Il me manquais deux ou trois vêtements … Heureusement j'avais ce grand habits noir, pour me protéger un petit peu. Je me relevais pour me coller au mur froid, histoire de voir si j'avais encore la notion des température. Je riais un petit peu puis déclarais :

«  Pour un tueur sanguinaire et alcoolique tu as l'estomac bien fragile je trouve … », je me redressais fièrement sur mes deux jambes que j'avançais tout de même doucement avant de sortir de la pièce, je trouvais là, en sortant un petit armoire avec des serviettes d'assez grandes tailles, je souriais avant de vérifier que Fushigi était encore dans son nid de gerbe et je me posais sur le lit avec les serviettes et une bande trouver avec.

J'enlevais un à un me vêtements, qui puais encore l'odeur de ce bar, bien que j'avais un peu de mal à le faire ! Je prenais la bande pour l'entourer autour de ma poitrine, il est vrai qu'elle ne semblait pas volumineuse, vue que je porte toujours une bande pour l'applatir un temps soit peu, pour me donner des airs... Plus, masculin, si l'on peut dire. Je finissais de bander cette zone avant de chercher de quoi cacher mon bassin, j'allais bien trouver de quoi cacher cette partie de mon corps après tout ! Je finissais par retrouver une culotte dans la doublure de mes habits, tans pis je m'en contenterais pour le moment. Je plaçais la serviette sur le tout et je repassais l'habit sombre par dessus avant de me mettre assise, les jambes collées à mon buste. Je regardais un petit peu le plafond, alors que ma tête continuais de tourner sans cesse .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 26

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Mer 30 Juin - 20:58

Alors que je continuais à casser la pompe, Mizuki arrivait dans la salle de bain. En me voyant vomir elle déclarait mon estomac fragile. Bah ça j'en avais rien à foutre. En même temps elle me charriait, je me serrais mis à rire si je n'avais pas encore à vomir dans les chiottes. Elle disparaissait de mon champs de vision. Après que j'eu rejeté les dernier litres d'alcools, je tirais la chasse d'eau et alla me voir face à un miroir, enlevant mes lunettes et les posant sur le lavabo. Je tirais sur ma paupière inférieur droite puis sur la gauche. Mes yeux exhorbités étaient devenus rouges de fatigue bien que je ne me sentais plus pesant après avoir dégueulé toute ces saloperies. Je me redressais et fit craquer les os de mon cou avant de balancer mon haut dans un coin et d'aller me passer de l'eau froide sur la tête. Je fesais tout le temps ça pour desaouler vite fait bien fait. Je restais la tête sous le pommeau de douche pendant encore 5 minutes avant de me sentir clair dans mes pensées. Je mis la main sur le porte serviette et en saisi une. Je m'essuyais la tête ainsi qu'une partie de mon torse encore mouillée. Je pris ensuite une brosse à dent pour me brosser les dent environs 4 fois avant que l'odeur des déjections disparaissent. Je vaporisais un peu de désodorisant pour ne pas que la pièce garde cette odeur nauséeuse, puis je sorti et ferma la porte et me dirigea alors torse nu vers le lit. Je put voir alors la néko assise dessus, les genous collés au corps. Elle avait mit quelques serviettes comme linge de rechange et avait replacé ma veste sur le tout. Je m'asseyais alors à côté d'elle.

"T'en a appris pas mal cet après-midi...alors que je t'ai rencontré comme une flingueuse de pigeons t'as voulu te hisser à mon niveau... comme quoi l'alcool fait des miracles."

Je pris le paquet de cigarettes dans ma poche et fini par m'en allumer une. J'étais sur que je ne viendrais pas être emmerdé pour fumer à l'interieur. Je tendis alors mon paquet et mon briquet à Mizuki, on avait peut-être eu notre cuite mais fumer n'avait rien à voir avec l'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Mer 30 Juin - 21:44

Je dressais vivement les oreilles alors que le jeune homme se moquais de ma petite prestation de la soirée, insinuant que je n'avais fait cela que grâce à l'alcool ! Je riais doucement alors que je prenais les objets qu'il me tendais avec ma petite queue de féline. Je me levais doucement et je montais ma main doucement pour mettre une claque sur la nuque du tueur, je n'avais pas peur de lui, il ne faisait plus autant peur, il ne me glaçais même plus le sang, qu'il me tue si ça lui chante, la mort ne fait peur à personne de nos jours.

« Je ne fais pas du tir au pigeon et l'alcool ne change rien à ce que je suis… Avortons . Sait-tu au moins ce que j'ai enduré pour en arriver à ce que je suis … Ta vie n'est pas le seul enfer qui puisse exister, retiens ça . Fushigi Kurai . », je me posais sur le rebord de la fenêtre, certes c'était plutôt haut !

Je prenais le paquet de clopes et le briquet avant d'allumer une cigarette, je tirais sur la clope petit à petit alors que la cendre tombais parfois sur ma jambe, brulant bou de chair, par bous de chair, sans que je ne ressente aucune douleurs. Je n'avais jamais réellement voulu en venir à le traiter ainsi, pourtant, aussi lucide soit-il il ne s'en souviendrais peut-être plus dans la minute suivante … Je devais tout de même me montrer poli, qui sait si ce tueur ne me tuerais pas à l'issue de ce geste … Tans pis.

J'écrasais finalement la cigarette sur ma jambe avant d'aller chercher un gant pour me nettoyer le visage, qui devais être dans un sale était, je posais la veste sur le bou du lit avant de partir finir le nettoyage de mon petit visage avant de ressortir avec la serviette sur le buste, ne laissant voir que mes genoux, le reste, finement caché ne devais pas être voir, pour tans de raison, que l'on ne cite plus !

Je me posais contre l'armoire alors que je jouait avec le briquet que je faisait passer contre la paroi de la fine planche de bois, la plaque de plastique s'effritant un peu plus qu'elle ne l'était déjà ! Finalement je lui rendais, paquet et briquet avant de me remettre sur le lit et de continuais ma contemplation de ce pauvre petit plafond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 26

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Jeu 1 Juil - 13:13

Elle prit les cigarettes avec sa queue et se releva pour me donner une claque sur la nuque. Je ne bougeais pas la tête et ne pris même pas la peine d'esquiver. Elle avait pas apprécié ma petite blague? Pauvre chou... je ne la savais pas aussi succeptible. Bon... au moins je saurais que je dois pas plaisanter mais si elle croyait m'apprendre un truc, elle se fourrait le doigt dans l'oeil. Je l'avais dit que des cas comme les siens il y a 100 dans ce bas monde et elle ose encore me dire que je me préoccupe de mon enfer perso? Mais ça n'était guère étonnant, le coup du petit qui se faisait violer par son père ou de la néko qui à vue ces parent mourrir ou encore la femme battue à mort par le mari ivre sortant du travail, ça je le lisais toujours dans les journaux. La souffrance qu'ils éprouvaient, j'en avais connu le décuple toute mon enfance y est passé et le gosse que j'étais est mort et enterré. Maintenant elle était pas la seule à me faire la remarque, tout les ptits nékos errant que j'ai pu rencontré me l'avait dit croyant que j'allais être épris de compassion... il faudra songer à arrêter de me prendre pour un richard qui se fout des autres. Je connais la souffrance, tout le monde connait la souffrance à son degrès mais rare son les gens qui compatient. La seule chose qui me donnait envie de la tuer à ce moment était le fait qu'elle m'ai qualifiée d'avorton. Moi! Fushigi Kurai! Un avorton! Bien que je sortais tout juste d'un massacre, la faire comprendre que je n'en étais pas un était nécessaire. J'avais beau l'apprécier, il fallait pas essayer d'en trop profiter aussi et accorder un minimum.
Je terminais ma cigarette. Pendant ce temps elle était allé se laver le visage et était revenue sur le lit pour regarder le plafond à nouveau. Je pris discrètement des menottes que je gardais dans ma veste et lui donna une droite pour la destabiliser le temps de saisir ces mains, de les passer par derrière sa cuisse gauche et de les menotter. C'était une méthode d'arrestation simple et prisée par les pervers qui profitaient de la difficulté de la victime pour bouger pour les violer sans modérations. Je ne lui réservais pas ça tout de suite, j'allais faire perdurer mes pulsions meurtrières et sadiques, sans pour autant la tuer. Je voulais qu'elle regrette amèrement le fait d'avoir juste osé me traité d'avorton. Je m'en allais chercher une chaise et m'assis face au lit la regardant ce débattre.

"Si je suis un avorton... t'es sensé être quoi?"

Il ne fallait pas jouer à ce petit jeu avec moi car lorsque je m'y appliquais, on regrettait. Mais je savais fort bien que cette néko avait sa fierté et qu'elle y tenait fortement, je n'en attendais donc pas moins et espérais une histoire interessante.

"Maintenant, vu que tu m'as gavé toute la journée avec la santé psychologique des autres et toute les conneries qui vont avec... tu vas me raconter ta petite vie embellie par les viols et par la violence...tu va me raconter de quelle manière ton pauvre père ou ton putain de maître t'a oté ta virginité, jusqu'à où sont-il allés pour te faire ces cicatrices et ces traces de brulures!! Mais ne m'apprend plus des chose que je sais déjà! car la pour être gavé, je le suis tu as gagné!"

J'en avais strictement mare qu'on se plaigne à tout allure, ça me donnait une envie folle de les enterrer dans leurs propres souffrances. Bien que mon ton fut bien dur et exhalté, mon sourire ne disparaissait pas, bien au contraire, il s'intensifiait et déchirait mes joues. Je prennais mon calibre noir et le posait à coté de moi.

"Si tu aimes te plaindre de ce qui t'es arrivé, ce sera ça le jeu... tu vas me raconter tes épreuves et si cela m'interesse, je te détache et tu pourras faire ce que tu veux même me flinguer avec le flingue à mes pied...mais je te préviens que si tu m'emmerde encore, je m'engage à refaire revivre tout la souffrance que tu as subi ces 5 dernières années et la multiplie par 5. On commence quand tu veux..."

Je patientais un moment ne l'entendant plus parler.

"Où préfère tu simpement t'excuser... ça m'emmerdera moins."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Jeu 1 Juil - 17:55

Je le regardais fixement, bien que maintenant, dans le seconde je n'avais plus vraiment le choix, soit mon geste avais était quelque peut déplacé, mais ses manières de me traiter n'était pas plus humaine que l'homme en lui même. Je l'écoutais d'une oreille distraite alors que je songeais à ce que ma vie aurait put-être dans la peau d'une belle humaine, je n'était pas si loin de cette réalité, s'il n'y avais que cette maudite cage à fuir sans cesse, doucement je tentais de redresser un peu mon buste, espérant voir le calibre sur le sol, en vint, je n'aurais peut-être pas le temps de le voir mais bon . Je collais mon dos tans bien que mal contre la tête de lit et je restais silencieuse alors qu'il finissait enfin son discours encore plus gavant qu'autre chose, redressant un petit peu la tête je souriais.


"Je suis peut-être une neko mais j'ai ma fierté, alors tes excuses tu te les mets ou je pense . La mort ne me fait pas plus que toi. A moins que tu pleures chaques soirs sous ta couettes pleine de sang. Pire qu'un vampire, monsieur Kurai. Tu t'attendais quand même pas à ce que je te raconte ma vie et que tu viennes fourrer ta queue en moi comme si de rien était . ",je redressais vivement les oreilles avant de voir qu'il n'était pas si content de tout ce que j'avais envie de dire, doucement je me résignais petit à petit à devoir me laisser faire... Je n'avais aucune histoire à lui raconter ! Que croyait- il ! Je n'ai pas fait un roman de ma vie, de ma naissance d'objet, à ce soir là ! Il m'a cru née de la dernière pluie ou quoi ?

Je tentais donc de glissais comme je le pouvais le long du drap, essayant maintenant de me glisser dans la couette, histoire qu'il arrête de me fixer comme ça … J'en avais un peu ras le cul de ressemblais à un bou de chair vendue sur le premier marché qui passe ! Puis doucement je décidais de raconter ma petite vie au jeune tueur avortons , lui rappelant tout de même qu'il en connaissais déjà beaucoup avant de sourire, remuant plusieurs fois les oreilles . Je cherchais dans mon esprit de quoi ne pas le lasser, alors que mes menottes m'empêchais considérablement de me cacher ! Je rallais en essayant de me défaire de cette sale emprise.

« Alors voyons voir … Tu sais déjà que mon père m'a dépucellé en me violant, tu sais aussi que ma vie n'a était que violence … Qu'es-ce que je peut te raconter, la mort de mon petit ami, le deuxième, le premier c'est suicidé, j'avais ris ce jour là … Le deuxième je l'ai tué … C'était assez drôle aussi, mais dans le fond je me suis très vite ennuyé .. N'ayant pas de très belles histoire, et ne t'ayant pas raconté de choses violentes tu ne pourra que me violer … », je m'installais doucement pour lui laisser l'accès libre, si je devais souffrir qu'il se dépêche pour que je parte rapidement, «  Qu'on en finisse vite, j'ai pas que ça a foutre moi... »

( J'ai du mal a faire de longue réponse désolé .. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 26

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Sam 3 Juil - 18:59

Qu'est-ce que je disais... son père l'a dépucelé, ces deux amants sont morts... ça je l'avais déjà connu dans les faits divers. J'en demeurais néanmoins déçu qu'elle vint se laisser faire ainsi avec cette conclusion aussi merdique. Elle qui avait si bien commencer et qui avait attisé ma curiosité. J'avais bien aimé le petit "pleurer sous sa couverture pleine de sang" bien que cela me soit totalement égal pour ma part; les larmes du petit gosse que j'étais, je les ai enterré bien profond avec le gamin, sans aucun regret ni remords. Mes doutes s'étaient accentués quand elle essayait de se cacher sous drap pour que j'arrête de la fixer. Se cacher, cela sert à survivre lorsque l'on est pas assez fort et qu'on veut éviter de mourrir. Là peut-être était-ce son intimité ou je ne sais quoi qu'elle voulait cacher mais cela revenais au même: elle baissait grandement dans mon estime, moi qui la trouvait sans doute aussi forte que moi peut-être même plus forte... se cacher ainsi alors qu'elle venait d'affirmer qu'elle n'avait nullement peur de la mort ni de moi... ou alors avais-je raté un épisode. Mais cela n'était rien comparé au court réçit de ces souffrances, elle ne faisait que répéter mots pour mots les suppositions que j'avais énuméré. J'y croyais pas, elle se foutait royalement de ma gueule ou cela m'apprendra à sur-estimer les nékos qui semblent ne pas me le rendre. Qu'importe humain ou néko, ma punition restera la même et les règles du jeu appliquées. Je quittais la pièce un moment pour aller prendre deux doses de sédatifs que j'avais choppé dans son sac à main... je n'étais pas vraiment étonné de les avoir trouvé en grande quantité vu sa relation avec les humains. Je m'approchais et lui caressais la joue avant de lui donner une petite claque, elle n'avait guère apprécié vu ma petite interprétation.

"Moi qui croyais avoir à faire à quelqu'un qui me donnera la difficulté d'agir... ça me déçois grandement Mizuki"

Je lui injectais alors les deux doses de sédatifs dans les veine de l'avant-bras, cette dose était juste assez pour la calmer de sorte à lui faire avaler un somnifère. Elle essayait de lutter contre le sommeil mais s'endormi au bout de 5 minutes, affaiblie par les sédatifs. De plus, il ne fallait pas sous-estimer ces somnifère, fabriqués au noirs et non vendus sur le marché car celui-ci avait des effets laxatif du fait de son efficacité redoutable. Je l'avais reçu d'un employeur qui se trouvait être passeur de drogue. J'enfilais ma veste et retourna au guichet pour payer au guichetier assez pour qu'il me laisse tout l'hôtel pour moi seul... moi et ma futur victime. Dés lors que j'eu atteint le montant attendu, il délogea tout le monde. J'avais foutu beaucoup de monde à la rue pour une nuit. J'allais à ma voiture, chercher une corde. Lorsque je revint à ma chambre, elle était encore endormie. J'en profitais pour la détacher un instant pour la détacher de cette emprise avant de lui remettre les menottes. Je fit passer la corde à un anneau situé sur le plafond. J'attachais une des extrémités aux poignets de Mizuki, un peu en dessous des menottes, et l'autre extrêmité maintenait son pied au niveau de sa tête. Je lui laissais le bandage aux sein et sa culotte, enlevant tout le reste. Je sortis en suite une dernière fois pour aller chercher ma valise dans la voiture et la verrouiller avant de revenir à ma chambre. Elle avait la tête baissé, toujours semblant dormir. Alors elle bougea les oreilles, le somnifère ne devait plus faire effet. Je posais ma valise à terre et l'ouvrit. Il n'y avait pas de sextoys comme elle pouvait le soupsonner mais de l'alcool tout simplement: du whisky, du rhum, de la vodka, de la téquilla et du vin. Je rapprochais la table de chevet de ma chaise et posa dessus tout mes alcools. Je revins à ma valise et enleva la protèse de mousse que j'avais installé pour ne pas casser les bouteilles. Alors se révèlait toute sortes de couteaux de balles et de munitions. Je pris un seul couteau et le posa a côté des alcools. J'allais alors poser ma veste sur le porte manteau et me chercher un verre avant de revenir sur ma chaise pour la regarder fixement, songeant aux milles et une façons de lui faire comprendre qu'il était très mauvais de me provoquer ainsi. Je voulais que cela reste ancré dans sa petite mémoire que par souvenir elle pourra dire "punie par Fushigi Kurai" et que le regret et la peur puisse la figé à la simple écoute de mon nom. Elle n'avait pas que ça à faire?? Mais moi j'avais tout mon temps... et je comptait bien en profiter.

"Je pige mieux pourquoi les mecs du bar bandaient à ta simple vue, surtout que tu n'es pas y allée de main morte... Moi qui savait que tu vallais bien mieux qu'un corps à vendre à des perverts... tu trouve encore le moyen de m'insulter pour te croire capable des plus grandes choses... tss..."

Je pris le couteau et me leva pour aller placer la lame au niveau de son cou remontant ensuite la pointe au menton.

"Me dit pas que t'aurais espéré avec ce que tu as osé insinué que je te traiterais avec tendresse..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Sam 3 Juil - 21:00

"Me dit pas que t'aurais espéré avec ce que tu as osé insinué que je te traiterais avec tendresse..."

C'était une des seules choses que j'avais eu la chance de retenir, dans un sens, je n'avais pas envie d'en écouter plus, rien que ma position m'avais fait oublier ma triste réalité de neko, pourtant je ne voulais pas avoir l'air faible, ce serais si honteux en soit que je me laisse faire si facilement, de toute façon vu tout ce qu'il avais sortie, une ou deux insultes de plus ça ne changerais rien du tout à ma triste fin. Alors que mes oreilles remuait énergiquement et que ma queue cherchais un léger espoir de me débloquer pour pouvoir au moins sentir le soupçon d'une victoire face au jeune homme. Je passais ma langue sur mes lèvres avant de le regarder.

« Non. Je m'attend sûrement à mourir après d'atroces douleurs que tu m'auras gentiment offert. Pas à ce que tu soit un gentil Bisounours qui ne sait pas ouvrir sa gueule. » j'appuyais mon menton sur la lame pour faire couler le sang sur sa main, « Voilà, je commence pour toi. Je suis gentille n'es-ce pas ? ». , j'adorais me foutre de sa gueule, même si j'allais souffrir en suivant

Je ne serais pas trop comment expliquer le fait d'avoir était aussi lâche et de m'être offerte si facilement, je me retrouvais maintenant enchaînée au plafond, et tout ça parce qu'il m'a mis une dose un petit trop grande de sédatifs. Bien que ce soit les miens je n'arrivais pas toujours à tenir le coups, surtout que j'avais bien bu avant . Alors je n'avais pas eu beaucoup de chance de tenir aux piqûres de l'avortons.

Je tentais encore de faire passais ma queue sous le noeud pour enfin pouvoir descendre de cette position peu confortable, je ne trouvais pas la première pratique mais celle-ci commençais à fortement m'agacer, de plus le calme qui se faisait sentir dans tout l'établissement n'était pas des plus rassurant, qu'avait-il encore pu préparer ce ville envoyer de Satan … Tiens, c'est d'ailleurs ceci que j'aurais du garder bien cacher sous mes bandelettes ! Mes tatouages ! Je les avais complétement zappé ces deux là. Soit les deux derniers n'étais pas visible, mais celui sur l'os de ma hanche se faisait voir, les deux inscriptions en était des plus compréhensible. «  666 Satan  », alors que le Lucifer sur mon bas du dos et mon pentacle inversé sur la nuque, restais, les deux invisible du moment.

Si j'avais était un temps soit peut croyante, j'espérais juste qu'il ne les voient pas et ne fasse aucune réflexion déplacée sur mes inscriptions corporelles . Pourtant, mes cicatrices , elles ne me gênait pas du tout, mon corps en était un tableau même de violence et de coups portés, qu'ils soit à mains nu ou à l'aide d'armes de tout genre. Je riais distraitement avant de lui lançais un regard froid, et violent pour celle que j'étais.

« Tu n'auras pas beaucoup de places pour faire tes marques tu sais Fushigi... Je suis désolé mais il va falloir te contentais de me gifler pendant je ne sais combien de temps. »

Je tentais de ma rappeler alors ma première gifle, celle qui m'avais marqué la première, elle venais de mon père. C'était pour ne pas l'avoir laisser faire la première fois qu'il avais essayé de me toucher . Je n'avais pas de formes pourtant à l'époque, mais l'idée de savoir que cet homme allais poser sa main sur moi m'avais violemment fait sortir les crocs pour mordre l'homme au cou ! Je ne sais pas vraiment si dans le cas ici présent, mordre aller pouvoir m'aider à me sauver. Mais rien ne coutais d'essayer une fois ! Au moins une fois !

Je chercher un petit peu d'élan, je n'avais accès à aucune surface plane avec mon pied, mais la corde était à la fois une gêne mais aussi un attouts, je balançais doucement mon corps pour m'approchais un petit peu de l'homme, la seule chose que j'avais pu atteindre était à un mètre de l'homme, je laissais donc mes espoir de morsure de côté et je laissais ma carcasse pendre dans l'air de la pièce.

Doucement, mes oreilles se dressèrent cherchant surtout à entendre un petit bruit dans l'hôtel, pourquoi n'y avait-il plus aucun bruit d'eau, de porte, de placard qui claquent, le silence était si pesant, alors que le sale être me regardait comme si j'avais était un petit jouet de vitrine pour gosse. Mais oui ! C'est là que j'aurais du frapper pour être sûr d'avoir mal ! S'il était comme ça c'est qu'il avais bien du faire quelques choses de mal dans sa vie . C'est pendant l'instant ou je réfléchissais que l'individu m'administrais une autre gifle, pour voir si j'étais encore un petit peu en vie. Je lui souris avant de lui faire savoir que j'attendais ma punition J'étais un peu masochiste parfois, c'est vrai, mais plus vite je serais violé, torturé où je ne sais quoi plus vite je pourrais me dire que j'ai souffert et que je serais m'en tenir à ma vie de petite chaudasse, ou que j'irais me vendre au flic pour laisser ma carcasse moisir dans la merde d'une cellule de prison …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 26

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Dim 4 Juil - 12:09

La néko appuyait son menton sur la lame pour laisser du sang couler de cette coupure. Je pris la lame et lecha instinctivement le sang qui y était recueilli. Je n'étais peut-être pas un vampire mais j'en avais quelques manière dont se tic que m'abreuver de sang même si cela était en petite quantité. Je me demandais bien si elle allait me croire vampire pour ce moment, m'ayant vu lècher le sang de la lame. Je remarquais alors beaucoup de cicatrices sur son petit corps, je n'en doutais nullement vu le triste passé qu'elle voulait que je compatie. Désolé je fait ça bien rarement, après tout, personne ne compatie pour un assassins qui se démerde et qui à le look du parfait pervert, bien que cette qualification soit une insulte à mon rang. Un pervert est par définition est un abruti qui voit ces instincts sexuels déviés... je n'étais pas ça je préférais mieux qu'on me considère tel qu'un libertin, ouais, un individu qui cherchera à anéantir son prochain par des méthodes peu orthodoxe (voire pas du tout). Je pus voir un tatouage sur sa hanche qui me fit bien marrer, gardant le même sourire depuis tout à l'heure, "666 Satan". Marquée par le diable en personne? Je me demandais réellement si elle avait une moindre idée de l'enfer si elle pouvait nier le sien. Moi-même avait du mal à imaginer ce si sublime lieu qui saurait satisfaire pleinement mes désirs sado-masochistes, souffrant alors pour l'éternité dans ma propre endorphine. J'avais beau faire de nouvelles victimes encore et encore pour voir dans leurs yeux mon reflet et l'enfer que je leur provoquais avant de succomber. De quoi pourrais-je rêver de mieux que cette profonde noirceur m'enveloppant corps et âmes dans cette frénésie indomptable que je laisse déchainer volontier en ce bas-monde?

Elle recommença à parler pour me faire remarquer qu'elle avait bien assez de marque pour y imposer les miennes. Elle n'avait pas à s'en faire, quand j'en aurais fini, elle me pensera comme l'être le plus violent au lieu d'un avorton. Ces cicatrices étaient faites dans un esprit de violences et n'avaient aucune valeur à mes yeux, sans doute ne devait-ce pas être le cas de Mizuki qui était marquée par je ne sais combien de mecs. Ce qu'il me restait à faire c'est de me hisser au sommet de sa liste. La giffler? C'était bien trop peu pour lui laisser un souvenir que j'aurais taillé dans sa mémoire. Soudain elle fit balancer son corps pour tenter je ne sais quoi, je la répulsais d'un coup de pied au flanc pour qu'elle reprenne sa place. Au moins, elle était toujours hargneuse ça rassurait. Je passais le couteau sous sa culotte et fini par découper le sous-vêtement. Je ne m'attardais pas encore sur sa chatte, j'en viendrais au final après l'avoir impreignée de douleur. Je pris ma ceinture et me plaça derrière elle, caressant ces fesses un moment. Je pus alors savoir qu'avait-elle enduré à cette endroit: la fessée et la sodomie sans aucun doute. J'enroulais ma ceinture à mon poing pour donner plus de puissance au coup de fouet que j'allais lui assèner. Je souriais.

"J'espère que tu ne seras pas comme mes anciennes victimes et que tu ne me suppliera pas de te tuer."

Je ricanais lorsque je la vis bouger ces oreilles pour entendre ne serait-ce qu'un bruit des autres occupants.

"Tu pourras crier tant que tu veux, et je pourrais t'entendre geindre avec plaisir et sans retenue... vu qu'il n'y a personne d'autre que nous ici."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Dim 5 Sep - 15:38

"Tu pourras crier tant que tu veux, et je pourrais t'entendre geindre avec plaisir et sans retenue... vu qu'il n'y a personne d'autre que nous ici."

C'était assez prévisible de sa part, mais pourtant je n'y avais même pas prêté attention. Il était bien le plus sadique que j'avais eu la chance de rencontrer jusqu'à lors. Je n'y faisait pourtant pas réellement attention. Après tout s'il aimait faire du mal à une fille indolore qu'il frappe, je n'allais pas verser la larme qu'il espérais que je verse ! Ni les excuses et la soumission qu'il a l'habitude d'obtenir de ces joujou préférés,j'étais certes une hybride, mais je n'en étais pas moins une petite poupée gonflable qu'on salis et qu'on oublie.

C'est ainsi que je le laisser continuais de m'ôter le peu de cellulite que j'avais sur l'arrière train. Je sentais chaque coup, mais aucune douleur ne me parvenait à l'esprit à l'instant même. Juste celle des liens qui m'empêchait de partir car le manque de nicotine ne faisait qu'empirer mon envie de lui caler mon joli point de donzelle dans sa petite tronche d'avorton. Vint ensuite l'envie de me gratter l'oreille.. De toute façon je n'avais rien d'autre à faire. Mais c'était réellement dérangeant de ne pas pouvoir me gratter … Je tournais un petit peu la tête alors qu'il avais l'air de s'amuser comme un enfant avec un pistolet à eau... Je venait lui expliquer que j'aurais bien aimer pouvoir me gratter l'oreille, c'était absurde mais réel.

« Dit le gosse, tu veux bien lâcher mon arrière train et venir me gratter l'oreille ? Nan parce que ça devient vraiment agaçant de ne pas pouvoir le faire toute seule. »

L'homme fouettait encore une fois mon fessier alors que cette fois j'interceptais le coup avec la queue en l'attrapant fermement il était hors de question qu'il frappe encore tans qu'il ne m'aura pas fait de gratouillis gratouillon à l'oreille!

Mon muscle se crispa un moment alors que je commençais légèrement à ressentir la douleur des coups, le cuire c'est mauvais, je n'avais même pas remarqué qu'il portais une ceinture en cuire... De toute façon je ne restais pas coincé au détails de ce que je pouvais voir. Le sédatif se faisant de plus en plus présent je succombais à lâcher la sangle pour ne pas perdre de plus en plus vite le peu de force qu'il me restais. J'espérais simplement que je serais encore assez lucide pour l'envoyer chier.

Je remuais les mains rapidement pour voir si j'arrivais encore à les sentir, par chance c'était le cas ! Je remettais ma tête en place, le laissant croire qu'il avais presque gagné la bataille. Pourtant je ne comptais pas m'arrêter là. Je voulais mon heure de gloire moi aussi. Je laissait ma queue se faufiler dans le lien de mon pied pour pouvoir le reposer là ou il lui semblerais bon de tomber. Et une fois que j'eu réussit a refaire venir mes pieds a leurs état d'origine je laissait cette même queue Défaire l'une de mes mains alors que l'autre restais coincé.

Victoire ! Je pouvais enfin me gratter l'oreille, je ne vous dit pas la jouissance que cela pouvais m'apporter de pouvoir enfin me la gratter cette crétine d'oreille. Malheureusement mon corps ne se retenant plus qu'avec une seule main je ne peux pas trop vous décrire l'état de la dernière... Bleu ! Oui bleu. C'était atroce.

J'en oubliais presque que l'avorton étais toujours derrière moi. Je me retournais simplement

« Un problème l'enfant gâté ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 26

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Mar 7 Sep - 17:57

« Un problème l'enfant gâté ? »

Un problème? Moi même ne le savais pas... A l'origine je n'ai jamais connu ce mot me contentant d'avoir à subir les châtiments perpétuels de mon père et de ces expériences. Mais dés lors je ne considérais pas cela comme un problème, n'ayant aucune idée de la normale. Certes j'étais un enfant plus que gâté à ce niveau, que les carcasses de ma famille se réjouisse que je leurs en rendent la pareille. Je l'avais regardé attentivement défaire ces liens, du moins ce qu'elle pouvait. C'était déjà m'anoncer plus de difficulté que ce que je l'avais espéré. Un bonheur immense aurait dut étouffer ma raison d'être et toute mon âme en ce moment même... mais il n'en était rien... Pourquoi! La seulement je réalisé ce qu'était un problème: quelque chose d'inhabituel qui me sortait de mes humeurs quotidiennes. J'avais la chance d'être tombée sur la néko la plus indépendante qu'il m'était donné de connaître, une néko haïssant profondément les humains de par ces expériences passée commune a tout ces bakas de soumis. Pour une fois que j'en rencontrais une qui avait refusé de se soumettre à l'autorité humaine, Pourquoi?Pourquoi n'était je pas aussi heureux que ce que je prédisais? Bordel j'y comprenais plus rien et très vite mon sourire s'estompait. C'est pas vrai! Je perdais la face contre une néko même si cela je le prédisais depuis des lustres! Comment à moi? Moi qui visait avant tout ces maîtres insignifiants qui se reposaient sur leurs règles absurdes et leur supériorité que rares d'entre eux méritaient celon moi. Ces yeux reflètaient une rancoeur incroyable me renvoyant a ce tas de débris que constituaient les humains. Bon sang! Etais-je devenu aussi insignifiant que ces raclures de première? aurais-je perdu la souveraineté même des Kurai? ... quel souveraineté en y pensant... je voyais alors non plus une vaste illusion dont je m'étais entiché mais la désagréable impression de me voir une horreur sur un miroir brisé non pas par le temps qui passe mais par l'horreur de mon reflet. Même si ce but était l'un de mes objectif cela me dégoutait pour une fois, un autre problème.
Une vague sensation d'angoisse m'envahissait sur le moment...laissant place à une colère grandissante encore et encore, creschendo, fortissimo! dirait un putain de pianiste. Mais là c'était pas le piano qui m'emmerdait mais une simple néko pendue par le poignet par une corde, alors même que j'étais en position de domination physiquement parlant, je me sentais toujours aussi pathétique qu'a mes sept ans... ce souvenir vif ayant pris place dans ma tête augmentait ma rage de ne plus jamais être dominé par quiconque, surtout pas par elle. Elle avait beau être un redoutable adversaire sur tout les fronts, jamais, au grand jamais, je ne la laisserais dominer à si bon compte. Il m'était du genre de jouer avec les proie avant d'écraser tout espoir de vaincre, néanmoins ici l'espoir était fort et intense. Puis alors un poids vint s'installer sur ma poitrine sans même que j'ai a me recroqueviller pour la satisfaire, cette sensation pesante m'écrasait littéralement. C'en était assez, il me fallait des réponses, il n'y avait que elle qui les avait, je ne savais pas comment l'expliquer, mais je savais qu'elle pourrait m'aider à trouver ce problème qui me butait.

Je lançais alors le poignard droit sur son poignet attaché, visant bien les veines. Cela lui entailla les veines concernées et rompis le dernier lien qu'il restait. Alors que je commençais à me satisfaire de se coup porté, je m'apercevais avec horreur que je n'avais que très faiblement entaillé ces veines et donc ces jours n'étaient pas en danger, je ne pouvais plus lui faire la surprise immense et inssupportable de ce que j'appellais "le temps écoulé". Elle allait avoir une hémoragie qui au pire pourrait la faire perdre connaissance mais telle que je la connaissais elle ne sera que peu affectée par la perte d'un peu de sang. Putain! une simple coupure, je ne savais même plus ce qui m'arrivait, on dirait que je faisais tout pour éviter de la marquer comme je le désirais. M'aurait-elle vaincu? Non ça me ferais bien mal! Je n'attendis pas longtemps avant de la saisir au cou et de la plaquer sur le lit, esquivant tout coup qu'elle pouvait me porter dans son état. Immédiatement allongée à dos sur ce lit, je m'assis à califourchon pour ne pas la laisser echapper. Alors je saisi le .454 Casull et la braquait sur sa tête.


"Enfant gaté! t'as raison,je ne suis qu'un rebut, un merdeux, un avorton! mais toi tu seras 6 pieds sous-terre!"

Je pressais alors la détente...mais aucun coup ne sorti. C'est pas vrai! Moi qui pouvais me faire une raison de la tuer, le flingue me lachait. Je vérifiais, l'arme était pourtant rechargée, le coup aurait dut partir! Alors pourquoi? Pourquoi?? Les mécanismes de mon arme étaient infaillibles et prévu pour une réponse immédiate alors pourquoi le coup n'était pas parti. La néko ne raillait pas mais était étonnée comme moi. Mais alors que je me remémorais la scène pour comprendre ce nouveau problème, je m'aperçu que... je n'avais jamais pressé cette foutue détente, mon doigt s'était figé sur la détente et refusait de la presser...Mais pourquoi? Pourquoi donc bordel? L'angoisse me guéttait de nouveau, cette fois ci j'avais bel et bien touché le fond de mon existence. Après avoir rompu tout mes principe et passé directement à l'excécution de ma cible, voilà que maintenant je ne voulais plus la tuer ni même la violer et torturer pendant des heures durants... Et là je revoyais encore ces yeux olives me regardant encore et toujours avec cet air de répugnance comme si je n'étais qu'une pauvre merde, là cela c'était transformé en un étonnement voir une sévère raillerie qu'elle pourrait me sortir. Je balançais le flingue dans un coin et saisissait son cou fermement tentant toujours de l'étouffer mais ma conviction y manquait alors j'abandonnais cette option et me mettait à giffler son visage, encore une fois j'avais perdu.

"C..c..c'est pas vrai...DIS MOI TOI QUEL EST MON PROBLEME! TU DOIS LE SAVOIR NON? C'EST PAS TOI QUI A MOISI DANS UN MANOIR QUI SENT LE VIEUX ET QUI T'ES FARCIE L'EDUCATION FAMILIALE ET ENFERMEE DANS UNE FAMILLE D'ORDURE DE LA PIRE ESPECE QUI NE T'APPRENNENT AUCUN SENTIMENT! ALORS DIS MOI...BORDEL DE MERDE! QU'EST-CE QUI M'ARRIVE?!?"

Ma voix ainsi que mon ton étaient désespérés, j'avais vécu une nouvelle fois cette sensation humiliante de m'être fait écrasé et finalement avait fini par céder et me comporter comme l'avorton qu'elle définissait en moi...mais rien n'était plus grisant que cette frustration de ne pas savoir ce qui m'arrivait, plutôt en mourir que de rester dans cette ignorance alors pesante.

[Fushi perd la boule; je suis sympa u_u' Et pis t'avais qu'a répondre avant maintenant j'ai pu l'inspi de te torturer et violer maintenant è_é]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Mar 7 Sep - 18:05

[ HRP : è_é nan mého !!!! Je te prout moi !! XD ]

    Mon regard se porta sur lui alors que j'étais toujours attaché, à ma dernière réplique je pouvait rapidement savoir que je l'avais mis en position de défense et que j'avais enfin percé la carapace de Fushigi. Malheureusement je me rendais compte que plus il devenait anormale à mes yeux plus je manquais perdre ma main sous le poids, certes peu imposant, mais sous mon propre poids... Je devais trouver, ne serait-ce qu'une seul et unique solution pour éviter de perdre ma main. Pourtant, après quelques minutes écoulés, ce fut le tueur qui me détacha le poignet, tout d'abord, en voyant le poignard, j'en cru perdre mes veines, mais ce ne fut pas le cas, il m'avais juste coupé légèrement. Pas de quoi me tuer pendant lentement ! J'étais retombé sur mes pieds, tel le félin que je revendiqué être ! Mais, je m'attendais déjà à ne pas pouvoir partir de ce mini enfer que je pensais si jouissif. Me saisissant par le cou il me plaqua sur le lit. Ainsi, sentant la mort me guettais, je ne bronchais pas . Pourquoi faire ? Lui donner la satisfaction de la victoire ? Plutôt mourir tout de suite que de me montrer vaincu par cet immonde humain qui osais me voler le peu d'âme que j'avais. Bien, soit, un 454 Casull sur le visage, l'enfer était de plus en plus proche alors que je manquais mourir sous le poids du tueur. Gardant mes yeux olives ouverts, j'attendais qu'il tire pour qu'on en finisse, malheureusement, à grand bonheur certes... Je ne fut pas morte, le cliquetis de la détente ! Il n'avais rien fait ! Et j'étais vivante. Dans une colère sombre et vicieuse il commença à me frapper le visage en hurlant de toute part ! Si l'hôtel n'avais pas été vide il aurais réveillé tout les occupants.

    "C..c..c'est pas vrai...DIS MOI TOI QUEL EST MON PROBLEME! TU DOIS LE SAVOIR NON? C'EST PAS TOI QUI A MOISI DANS UN MANOIR QUI SENT LE VIEUX ET QUI T'ES FARCIE L'EDUCATION FAMILIALE ET ENFERMEE DANS UNE FAMILLE D'ORDURE DE LA PIRE ESPECE QUI NE T'APPRENNENT AUCUN SENTIMENT! ALORS DIS MOI...BORDEL DE MERDE! QU'EST-CE QUI M'ARRIVE?!?"

    Mon regard se posa sur lui alors que mon visage en sang contrastais avec le vert olive de mes iris. J'écoutais chacun de ces accords vocal alors que j'attendais pour pouvoir réponse. Il racontais sa vie, celle presque aussi proche que la mienne bien que les douleurs soit les mêmes elles ne sont, en aucun cas, dû aux souffrances identiques. Dans un soupire agrémenté de perles de sang écarlate je repoussais chacune des violences sur mon visage avant de me redressais, il écraserait mes jambes si ça l'amuse ! Sachez qu'elles sont encore plus solide que le béton armée ! Je me mordais la lèvre en le regardant d'un être simple, les oreilles basse avant de lui mettre une gifle, bien plus forte que toutes celles qu'il venait de me donner. Fushigi méritait peut-être cette claque. Mais pas à ce point non plus. Pourtant, il n'y a rien à redire sur mon acte. Mon sourire, toujours aussi simple, retomba alors que j'approchais mon visage du sien en attrapant son menton.

    " Ton problème ? Je connais à peine le mien. Tu crois vraiment que j'ai de quoi savoir ce qu'il peut bien y avoir dans la tête d'un abrutis qui n'est en aucun cas capable de faire violence jusqu'au bous? Nan mais je suis pas Satan ni Dieu moi ! "

    Son regard furibbon ne me faisait en aucun cas rougir, sourire ou pleurer, ma langue, rose mais pleine de sang aux goût métallique s'approcha des lèvres du jeune tueur alors qu'elle passa dessus, mes oreilles tombèrent douloureusement sur mon crâne avant que ma queue de féline ne se pose sur sur son poignet en l'attrapant pour ne pas lui permettre de me couper. Pour finir, je lui voulais un baiser avant de débloquer mes jambes. La ruse est le meilleure des malices. Me levant rapidement je jetais un oeil distrait sur le corps, vivant pour une fois, rare était les fois ou je bougeais sans que la personne à mes côtés soit morte.

    Etrangement je retournais mettre ma bande sur ma poitrine, puis je remis un short passant dans une armoire, restant ainsi je me posais devant la fenêtre en fumant un délice de nicotines. J'étais entrain d'attendre. Attendre, oui mais quoi ? Que Fushigi réagisse. Après une vingtaine de minute sans le voir bouger je lançais d'un air légèrement rieuse.

    " Fait pas le mort ... Ca va être difficile de régler ton problème. L'enfant Pourris et Gaté . "

    Je retournais chercher une cigarette avant de soupirais, dans un détour simple je vint lui embrasser le front en souriant.

    " Courage. Tu devrais y arriver. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 26

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Mer 13 Oct - 22:40

Finalement je ne reçu qu'une seule réponse: une gifle, une monumentale gifle. Certes j'aurais pu me tenir de marbrer et me foutre royalement d'une simple claque mais finalement il n'en était pas. Pourquoi? tout simplement parce que j'avais conscience que j'étais battu à tout les niveaux, incapable de riposter. Alors que je recevais cette giffle, ma tête tourna, suivant le sens du vent que je m'étais pris. Finalement je me laissais asseoir sur le lit à côté de la néko, n'ayant plus aucune volonté de ma part, finalement vaincu comme une merde, sans trop de difficultés de sa part. La claque en elle même ne me faisait pas mal, le fait de la défaite m'exaspérais, le fait même qu'elle m'emmerde et me raille avec autant de facilité me sidérait. D'un oeil inconscient, je pouvais néanmoins entendre des bribes de ces mots... finalement elle avait raison, quel con de songer un instant qu'elle saurait résoudre mes problèmes. Même si nous deux avions vécu des souffrances équivalantes, la nature de ces souffrances pouvait demeurer différentes tout comme notre appartenance: moi un humain riche et pour le moins ignorant de tout sentiments si ce n'était que le fruit de mes pulsions et elle néko débrouillarde, poupée gratis et convoitée par les premiers venus, sans aucune voie ni reconnaissance dans cette société. Deux cas différents pour la même souffrance, celle de la distance sociale, celle qui nous poussait à nous réserver pour éviter de souffrir d'avantage face au regard critique des lois humaines. Finalement dans ce cas je devais être moins humain qu'elle. Mais pour l'heure je ne me montrais point mieux qu'elle. Je ne faisais que l'écouter, sans avoir la conviction de réagir ou de répliquer, c'était presque aussi pénible encore que de me faire réprimander par ma mère bien que ce soit différent dans ce cas ci. Mais un moment, je senti quelque chose sur mes lèvres, quelque chose de légèrement humide, douceureux et entaché de l'odeur sublime du sang et, alors que je m'éveillais, de mon état "traumatique", je constatais avec surprise qu'elle me volait un baiser. Une bonne, une mauvaise surprise? c'est pas vraiment ça qui m'occupait, mais la raison. Etait-ce pour me rabaisser au fond du gouffre où j'étais déjà enterré, me sous-estimer et m'insulter pour ma mort symbolique, cette défaite cuisante qui chaque minutes me menaçait d'être fatale? Et oui, je n'étais pas dupe pour autant. Je savais très bien qu'elle haïssait les humains au plus haut point, elle les détestait et en même temps développait cette crainte d'être à nouveau capturée par l'un d'entre-eux ayant peur de revivre indéfiniment ces malheurs réccurents. Sa ne servait à rien de fuir et fallait bien regarder la réalité en face, les humains n'étaient pas disposés à changer leurs comportement vis à vis des nékos et pourquoi cela changerait si sa les arrange? Je pouvais comprendre cette frustration qui peu à peu se fit haine encore empreinte par la mort...comment le savait-je? Tout simplement lorsqu'elle tirait sur les cadavres avant d'aller au bar.

Je sentais une odeur singulière, l'odeur des clopes. Je pouvais toujours me lever, prendre mon flingue et l'éliminer pendant ce cours laps de temps, mais finalement, cela ne me servirais à rien, étant encore dans cet état de choc de m'appercevoir que depuis tout ce temps je n'avais pas osé la toucher alors que symboliquement elle ne représentait rien pour moi. Je me demandais toujours ce qui s'était passé. Mes yeux arrondis, accompagnés par des cernes dus au stresse et à l'angoisse renssenti au moment, représentèrent une sorte de perte. L'éclat infernal qui habitait mes yeux semblait c'être perdu une nouvel fois dans le vide et l'incertitude. Pendant 7 ans, je me suis déplacé, je me suis construit, je me suis bati et est formé une carapace impénétrable à tout sentiments. Quel était le nombre de famille que je devais torturer pour faire les faire parler? je ne m'en souviens plus, seulement des larmes et des cri des parents quand, au secateur, je coupais lentement les doigts des enfants et réciproquement lorsque je déboitais la machoire des parents ou retirais l'oeil des grands-parents... que de tortures et de souffrance dont j'ai balayé le monde, finalement je m'étais crée par mon image un reflet même de ce que pouvait être l'enfer et son éternelle agonie. Je perdais peu à peu toute notion de gentillesse ou même de sentiment, chaque humain et néko étant constitué de la même merde, le néko ayant d'autre membres à arracher pour le faire souffrir. Les chat étaient crétins, les chiens apparaissaient comme une bête beuglarde, l'oiseau dans sa cage comme une complainte... que d'emmerdement pour moi... alors comme les humains je ne me génais pas de leurs oter la vie brièvement ou d'avantage lentement.

Elle me reparla. Règler mon problème... mais comment? je n'avais finalement pas des masses de moyens, ne connaissant même pas la cause des réactions bizarres de mon corps comme m'interdisant de l'éliminer. Mais qu'est-ce qui m'en empêchait, finalement quand j'étais à l'entrepot elle s'était pas génée pour me braquer une arme sous la tempe alors pourquoi ferais-je preuve de tendresse... elle me haïssait parce que j'étais humain... oui sans doute ça... mais alors après avoir vu clairement que j'avais perdu la partie par abandon stupide de ma volonté pourquoi n'en profitait-elle pas pour m'assenner le coup de grace? Après ce qu'on avait fait au bar elle avait bien pu se dégourdir un peu et être en mesure d'éliminer ces pochards. Se jouer des humains elle le savait, les tuer était une autre histoire. Finalement j'eu une idée à double tranchant, quite à en perdre plus, je préférais toujours le tenter que de me lamenter bêtement jusqu'a ma mort. Elle vint m'embrasser au front comme pour m'encourager.
Je pris le flingue et verifiait que le chargeur soit plein. Il l'était. Alors que Mizuki revenait après avoir fini sa clope, je lui balançait le .454 Casull qu'elle attrappa, se recroquevillant quelque peu de par le poids de l'arme. Et oui elle avait beau être robuste on est toujours surpris au début. Je piochais alors dans le sac-à-main de celle-ci et m'emparais de son colt 45, pointant l'arme vers elle.


"Dernier jeu pour tout les points..... celui qui aura les couilles de flinguer l'autre..."

Je ricanais désespérément, sachant bien que se jeu ne faisait que m'enfouir mais finalement cela allait pouvoir me fixer, si elle était capable de me tuer ou pas, ainsi je jouais littéralement sur ces nerfs.Pour que la chose se confirme je préfèrais en donner des exemples: quoi de mieux que sa situation pour la persuader de me tuer.

"Tu hais les humains pas vrai? Tous les même... des salops, perverts, faux-culs, menteurs, profiteurs, violeurs et j'en passe ya des meilleurs... Toute ces marques sur ton corps le prouvent, toute cette souffrance que tu as subi de ta triste existence, cette enfer quotidien que tu as vécu en étant considérée comme moins que rien... tu détestes ça! et pourtant tu vie avec et te démerdes. Finalement je te laisse l'opportunité de te faire les dents, tu as mon flingue, j'ai le tiens... qu'attend tu pour me tuer? n'est-ce pas ce que tu désires, faire payer un humain?"

Je fit pencher mes lunettes, révélent mon regard désespéré, attendant impatiement le coup de feu, oui je voulais le savoir quite à en mourrir. Mon sourire fendait une nouvelle fois mes lèvres.

"Je veux le revoir... ce regard noir que tu m'avais fais là-bas, te souviens tu? cet air méchant qui avait manqué de me faire rire au éclats... si tu veux me tuer, fait en sorte d'avoir le même regard... laisse moi le revoir, ce regard plein de mefiance vis-à-vis de toute une populas au passé bien peu glorieux"

Je continuais de sourire et attendais la réaction de Mizuki, qu'elle tire, ou ne tire pas, je serais alors fixé sur un point.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Mer 13 Oct - 23:08

    J'attrapais l'arme, avec un peu de mal tout de même, lourde, nuisible à mon poignet déjà trop fragile, il craqua, de tout ses os. Je remarquais qu'il s'en aller dans mon sac. Il n'avais en aucun cas le droit de toucher à mes affaires, pourtant j'étais resté là, sans bouger. Je ne risquait rien, je connaissais peu l'arme que j'avais, mais j'en connaissais, de vue , ces capacités ! Lui saisissait mon colt 45 ! Je manquait rire sur l'instant ! Cette arme bien faible devant la sienne. Voilà avec quoi il comptais me faire peur. L'instant suivant, Fushigi pris la parole. J'en écoutais chaque ténors, chaque fausses notes me paraissait une douce comptine pour enfants sages.

    "Dernier jeu pour tout les points..... celui qui aura les couilles de flinguer l'autre..."

    Je venais d'être piégé à mon propre jeu, je ne cachais pas qu'il restait un humain avant tout... Avec des gestes humains... Mais au fond, il me paraissait moins idiot et hideux que n'importe quel autre. Il repris la parole, m’incitant clairement à lui mettre plus que ma main sur le visage cette fois-ci .

    "Tu hais les humains pas vrai? Tous les même... des salops, perverts, faux-culs, menteurs, profiteurs, violeurs et j'en passe ya des meilleurs... Toute ces marques sur ton corps le prouvent, toute cette souffrance que tu as subi de ta triste existence, cette enfer quotidien que tu as vécu en étant considérée comme moins que rien... tu détestes ça! et pourtant tu vie avec et te démerdes. Finalement je te laisse l'opportunité de te faire les dents, tu as mon flingue, j'ai le tiens... qu'attend tu pour me tuer? n'est-ce pas ce que tu désires, faire payer un humain?"


    Certes, je les détestaient au plus profond de moi... Mais je n'étais pas triste de moi même, j'avais le dégoût de ces menteurs et profiteurs. Mais je n'allais tout de même pas le tuer ... Bien que sur le coup il m'était bien plus agaçant qu'il n'y paraissait jusqu'à présent, après tout, s'il voulait mettre un terme à sa vie qu'il le face de lui même... Ces lunettes se remirent à leurs places alors que, furibonde, je dirigeais le calibre vers lui, avec tout d'abord une grande difficulté, menée par le poids de la bête.

    "Je veux le revoir... ce regard noir que tu m'avais fais là-bas, te souviens tu? cet air méchant qui avait manqué de me faire rire au éclats... si tu veux me tuer, fait en sorte d'avoir le même regard... laisse moi le revoir, ce regard plein de mefiance vis-à-vis de toute une populas au passé bien peu glorieux"

    Un léger spasme si fit sentir sur mes lèvre alors que je baissais plus le regard que je ne lui donné satisfaction. Je commençais à en avoir plus qu'assez de ces paroles, me paraissant bien trop bavard je tirais sur ma propre arme, quitte à l'érafler légèrement avant de me mettre près du tueur maintenant désarmée, et presque, impuissant, si je puis dire.

    " Si tu veux mourir il suffit de demander. Mais je ne ferais pas ton sale boulot à ta place. "

    Je reculais de quelques pas, voir de quelques mètres, même si la chambre n'était pas immense j'avais de quoi lui tirais dessus, ou en tout cas lui faire croire. J'avais reculais, certes, mais je j'avais tout de même volé un nouveau baiser au tueur, je jouait de mes charmes ? Non j'aimais juste l'amertume de ces lèvres. Retournant sur ma fenêtre je lui tournais le dos simplement , posant l'arme sur le rebord de la fenêtre je laissais ma queue de féline en scrutait les moindre détails, avant de la faire prendre sur cette même queue de féline, qui depuis mon enfance m'avais causé tans de problème, à la fois insupportable, et ridicules de la part des humains. Un tire se fit entendre dans toute la rue endormie alors que dans un ronronnement heureux, je constatais avec stupeur que l'arme était bien plus légère quand j'eu tiré, les oreilles hautes, mon regard tourna vers le sien avant de sourire... Qu'allais-je faire de cet engin. Tirer ! Mais où, pour lui faire croire à la mort. 3 Balles; ou plutôt deux. Je tirais d'abord sur sa hanche, enfin juste assez pour l'érafler sans lui faire " mal" si l'on peut permettre l'expression. Puis à quelques centimètres de sa carotide. Lui lassant le soin de ne pas se décaler avant de le cou de feu. Je me demande ce qu'il se serait passer avant si Fushigi était partie du "mauvais" côté.

    " Soit... Et toi ? Seras-tu capable de me tuer ? "

    Lâchement je le laissais faire, le sale boulot, s'il voulais la mise, qu'il tire ! Malheureusement il ne m'avais pas tué avec son arme... La mienne ne serait en aucun cas plus meurtrière, d'ailleurs je n'en avais aucunement peur. Je me riais du danger de cette petite chose, vu celle que je possédais. D'ailleurs, tirais sur un pied avec cette arme, revenais à mettre un gros clou dans la corne, rien de plus que de perdre la validité... A moins que cela s'infecte, on s'en sort indemne! Et même plus vivant que jamais.

    Mon regard se méfiance, se refit choir, de mes iris olive avant de ronronner en le regardant juste déstabilisé par mon "audace" assez réservée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 26

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Sam 16 Oct - 22:04

Finalement j'avais réussi à la faire se décider, tout était question de savoir si elle aurait le courage de tirer, et dans ce cas si elle aurait une réelle volonté de me tuer. Elle tira un coup sur l'arme que je tenais dés lors. Je devais lacher l'arme au dernier moment pour évier que celle-ci ne soit pulvérisée. Le ressort de la détente devait être endomagé mais facilement remplacé. Si je l'avais serré fermement, la balle aurait sans doute éclaté toute la structure du colt. Je savais exactement les propriétés de mon arme, bien normal puisque j'en étais le digne créateur. Elle était unique au monde et n'en existait surement aucune réplique, la puissance de feu de cette arme s'élevait à près de 1850 joules, certes moins que le desert eagle mais cela était sans compter les balles de .454 Casull et la cadence accrue par rapport à ce dernier modèle lorsque je le règlais à cet usage. Il était sûr alors qu'on était pas habitué que tirer avec cette arme n'était pas chose facile même si Mizuki ne le montrait pas.

" Si tu veux mourir il suffit de demander. Mais je ne ferais pas ton sale boulot à ta place. "

Faire le sale boulot à ma place? était-ce un boulot que de me descendre pour son simple petit plaisir personnel? Je me résignait à lui faire plaisir en lui donnant mon arme pour avoir finalement l'avantage sur moi et finalement cela lui paraissait du sale boulot. Mais d'un autre côté je pouvais le comprendre. Qui voudrais s'occuper d'oter la vie avec froideur et finalement, au lieu de débarasser le monde des pourritures, finir par en devenir une par ce désir même de violence nourri par la haine et la vengeance là-plupart du temps. Mais qu'elle ne se fasse pas d'illusion quant à ce petit jeu typique de moi-même. Il pouvait certes m'envoyer en enfer mais alors je porterais cette image, satisfait, dans ma tombe. Mais bon quoiqu'il en soit les jeux n'étaient pas encore jouer, mieux valait ne pas tout miser trop tôt. Elle vint me voler un autre baiser avant de reculer et de me viser à l'aide de ma propre arme, tout allait se jouer maintenant. Elle patientait un moment semblant réfléchir avant finalement de tirer une détonation qui retenti dans tout le quartier. Finalement elle me regarda et je pu observer un sourire narquoi apparaitre sur son visage, mon visage imitant cette "transformation". Je pris alors le colt et me remit à viser Mizuki, celle-ci sans doute prète à ouvrir le feu. Elle tira deux coups et pris pour cible ma hanche et un autre coup frolant ma carotide. Même si je n'avais pas cherché à éviter, sur le moment, je cru ma dernière heure arrivée mais non par en voyant ma vie défiler devant mes yeux et m'éprendre au dernier moments de regrets. Non... c'était en voyant l'enfer dans lequel j'étais destiné à tomber avec pour ciel, l'iris olive de cette néko me fixant. Une fois que le choc se fut estompé et que le sifflement de mes oreilles eu cessé, je pouvais constater que je n'avais rien de grave si ce n'était que je saignais.
" Soit... Et toi ? Seras-tu capable de me tuer ? "

La question ne se posait même plus sur mon compte bien que je ne comprenne pas toujours pourquoi. Il est vrai que généralement je me foute de la vie de tous. Tous humains comme nékos, des abrutis pas capable de se gérer eux-même étant obligé de se soumettre à ce concept de maître et esclave pour se porter. D'un côté les humains renonçants aux difficultés des épreuves rencontrés dans leurs vie iront chercher plus faible que soit, les nékos, les utilisant à leur guises et avantage, oubliant dés lors ce qu'était le vrai attrait de la vie. Les nékos quant à eux se soumettent à ces fondements absurdes et contradictoires considérent ce qui était jadis des êtres humains avant cette catastrophe, et qui maintenant était pourvu des sens animaux et de certains membres animaux. Ils ne cherchent pas à se rebéler ayant fini par croire que l'humain était le plus fort, c'était bien pour ça que l'idée de néko me répugnait car finalement j'aurais un oiseau en cage mais un oiseau qui me maudirait au lieu de chanter pour m'endormir. Mais quelque chose m'échappait cependant, pourquoi lorsque nous étions dans cet entrepôt n'avait-elle pas osé me tirer dessus, fallait-il que je lui apporte cette chance pour qu'elle se décide enfin à réagir? Me présenter en lui donnant l'avantage même? Elle se refusait pourtant à me tuer alors que cette fois-ci j'étais sous armé, croiyant que mon objectif soit qu'elle mette un terme à ma vie... or le réel but était de la cerner et l'étau se resserrait lentement mais surement. Cette néko imprévisble n'allait finalement pas faire long feu, sa réputation du moins. Je connaissais déjà sa souffrance, désormais une partie de son état d'âme, celle qui se réservait de me tuer.
Je tirais, l'on entendait clairement le bruit de la gachette puis le cliquetis du au mouvement du ressort dans le canon... Mais aucun coup ne sorti. J'aborrais mon fier sourire, j'avais discrètement, alors que j'avais plongé ma main dans son sac-à-main, déchargé le colt. Pourquoi? Pour désormais avoir la certitude d'appuyer sur la détente.

"Est-ce que ça répond à ta question?"

Je la regardais, normalement, fixant ces yeux, et continuant de sourire comme l'individu macabre et fou que j'étais.
"Maintenant j'en ai une autre pour toi... Pourquoi ne pas m'avoir tué là-bas? et pourquoi ne pas m'avoir tué là? Pourtant tu avais l'avantage miss...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Dim 7 Nov - 15:26

    "Maintenant j'en ai une autre pour toi... Pourquoi ne pas m'avoir tué là-bas? et pourquoi ne pas m'avoir tué là? Pourtant tu avais l'avantage miss...."

    Il me posait une colle à cet instant, il est vrai que je n'avais pas réellement réfléchis à cet instant, pourquoi ne pas tirer sur lui tans que j'en avais l'occasion ! J'aurais pu avoir la chance de le tuer, il me manquer qu'une graine de courage, et peut-être ne pas voir son visage qui me mettais hors de toute portée pour le tuer.

    Reculant de quelques pas je me retrouvais face à l'adversité alors qu'il venait de péter son câble je risquait donc de perdre le mien quelques minutes plus tard ? Non je ne peut me permettre de faire cela, je n'ai pas envie d'avoir l'air d'une folle, à ces yeux en plus. J'étais déjà devenu de plus en plus étrange ! Mais une seule chose venait de me frapper l'esprit, il avait tiré, mais sans balle il n'aller pas pouvoir aller bien loin.

    Alors que le jour risquait de se lever d'une minute à l'autre, je regardais par la fenêtre en réfléchissant bien qu'il me soit parfois difficile de tirer des conclusions autre que rapide, je pouvais remarquer que l'homme ne bougeait pas d'un cil, pourtant c'était bien à son tour d'être en position de force. Et il restait planter là alors que moi je m'était assise prêt sur le lit en jouant avec mes cheveux, ma queue tapotant le drap avec insistance je finissais pas trouver le temps long, s'il ne bougeait pas, et comme pour ma part j'étais en train de réfléchir à comment le déstabilisé, on serait viré de la chambre qu'il ne se passerait toujours rien.

    Puis pourtant il me vint l'idée ! Il n'avais pas tirer réellement puisqu'il manquait la balle. Si je lui ajouter la balle, il me laisserait le temps de feinter pour ne pas répondre à la question qu'il m'avait poser après tout si je n'avais pas tirer je n'avais pas tirer point barre ! Cherchant mon sac à main je prenais une recharge avant de venir se poser devant lui en lui volant le colt des mains en lui sortant un simple " merci " pour l'agacer, le sourire au lèvre radieux comme celui d'une enfant à noël. Un petit crik léger à mon oreille se fit sentir alors que je prenait la main du jeune homme pour en remettre le flingue en place, c'était le mien, je le connaissait. Je n'avais aucun mal à savoir s'il serait long à tirer, enfin si le détenteur se sentait l'âme de tirer un jour ou l'autre. Dans le cas contraire comme le présent je n'avais rien à craindre.

    " Peut-être qu'il te sera plus facile de me tuer ainsi, pour répondre à ta question je n'ai pas tiré parce que j'étais trop lâche pour le faire, comme toi ! Trop lâche pour charger un flingue de fillette, même si c'était prémédité tu es bien con. "

    Je me baissait pour poser son arme, devant lui avant de me poser devant ces yeux saisissant une nouvelle fois sa main pour avancer le canon prêt de ma carotide, un sourire pâle et sans peur je lui souriait et me léchant la lèvre inférieur, la queue caressant son bas ventre, j'étais folle, mais j'aimais le chercher, voir si j'avais réussit à dépasser plus que la limite.

    " Aller courage, tu sais aussi bien que moi qu'une fois morte tu pourra vivre en paix avec toi même. Ne me dit pas que ton coeur serait revenu subitement. Au point que ma vie te serais devenu indispensable. Je n'y croirais même pas."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 26

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Dim 7 Nov - 17:40

Et bien, aurais-je touché la corde sensible? Voyant la néko prendre un peu de recul, je pouvais laissait un sourire apparaître. C'était tout de me tourmenter et de me détruire moralement mais il n'est pas suffisant pour me vaincre de me détruire. Non il fallait me tuer tout simplement. Si je posséde ne serait-ce qu'une once de vie, je suis en mesure d'accomplir au mieux tout mes désirs sans aucune limite prêt à franchir celles du corps quitte à en mourir, ce ne sera pas dans le regret. Si un adversaire vient à me trainer dans la boue, alors je le trainerais en enfer avec moi et Mizuki n'en feras pas exception, ça je le jurais sur le sang qui jonchait mes mains, le sang reflètant ma funeste famille.

Nous restâmes un long moment dans le silence. Elle jouait avec ces cheveux et moi je continuais de la fixer. Mes paupières se faisaient lourdes, restant difficilement eveillé mais encore très loin de la mort. Sans doute était-ce le sang que je perdais allié à la nuit qui avait défilée sous mes yeux, constatant que le jour était sur le point de se lever. Elle en mettait du temps, mais pour une fois cela ne me dérangeait pas, imaginant qu'elle devait retourner son cerveau encore et encore pour me fournir enfin une réponse. Soudain elle reprit son colt et le rechargea, profitant pour me railler encore une fois en me faisant le sourire de l'ange. Finalement j'étais bien tombé sur l'adversaire le plus corriace qu'il m'était donné d'affronter.


"...je n'ai pas tiré parce que j'étais trop lâche pour le faire, comme toi ! Trop lâche pour charger un flingue de fillette, même si c'était prémédité tu es bien con."

J'eu un rire bref en entendant sa réponse.C'est vrai, je suis con, con d'avoir cru une seconde qu'elle aurait une chance de foutre le camp après m'avoir abattu, mais elle était déterminée à poursuivre son jeu bien dangereux. Je pouvais alors sentir tout d'elle, sa queue sur le bas de mon ventre qui remuait agréablement, sa main qui prenait la mienne tenant l'arme, avant de la placer sous sa carotide. C'était à me demander si elle devenait aussi conne que moi, elle avait changée et je le voyais, tout comme moi même si je le refusais, avait changé. Je l'écoutais ensuite me parler à nouveau sa petite voix qui me rabachais mon changement absurde. Mais je ne pus m'empêcher de rire lorsqu'elle dit que je serais en paix si je la tuais! Depuis quand moi, Fushigi Kurai! j'étais en paix! Non ma vie n'est qu'une suite illogiques de nombreux tourment qui m'ont défini et on durcit mon coeur, voir totalemen noirçi. Un bout de diamant carbonisé, ça n'avait plus aucune valeur pour qui que se soit, au mieux aurait-il eu droit à de la pitié ce pauvre caillou. Mais moi je le niais et le niais et le cachait au plus profond de mes entrailles, entre deux poumons fumants et pourris, adossé à des vertèbres malemenée durant l'enfance. Fini le coeur, ce n'était rien de plus qu'un organe désormais... même ici , il ressurgissait. Il en était sûrement de même pour elle vu ce que j'avais constaté dans cet entrepot.
Je remontais le canon sous sa tempe, doigt sur la gachette.


"Tu ne croirais pas, mon oeil ouais! ce n'est pas vraiment ce que tu affirmais là-bas. ~Sache que... non rien~ Hahahahahahahaha! tu te crois vraiment pour le vainqueur mais tu ne fais que reprendre mon rôle et de t'enliser miss..."

De ma main libre je l'attrappais par le col et approchait son visage du mien. Etant oeil pour oeil et nos lèvres proche l'une de l'autre, si elle comme moi ressentait le même désarois... ce sera elle qui le dira en premier et j'étais prêt à tout pour cela. Je souriais sournoisement, plongeant mon regard dans le sien une nouvelle fois, le colt toujours pointé sur sa tempe, ne lui laissant guère le choix. J'avais déjà une première idée de comment la faire craquer... si j'avais touché la corde sensible en mentionnant un geste qu'elle n'avait pas osée faire par manque de courage, je la retoucherais peut-être en disant ce dont elle n'avait pas eu le courage de me dire. Je m'élançais d'une voix normal, quoiqu'anormalement apaisée.

"Sache que... tu es la seule personne qui ai réussi à me comprendre, la personne en laquelle j'ai ressentit de la compassion alors que tu n'es pas de la même race que moi. Alors que je me ferais un plaisir d'écarteler femmes et enfant, d'écraser les obstacles et les innocents se dressant devant moi... Je ne suis même pas capable de faire feu. Sache que jamais je ne te tuerais Mizuki Nakajima, parce que tu sais, au contraire de tes semblables, te démerder au lieu de se plaindre, tu prones ta liberté et a un but auquel t'accrocher."

Je baissais le flingue et la repoussait doucement.

"Ou alors je fus bien assez con pour croire cela et me dire que j'aurais du te voir comme les autres "une petite salope de chatte tout juste bonne à baiser" non je te croirais pas Mizuki... ou alors tu baisserais sacrément dans mon estime, et te tuer ne serait même plus un problème"

Je gardais un sourire narquois, laissant ces seules paroles SINCERES pour la désorienter et la sortir de son petit délire, comme moi comme pour elle, ça avait assez duré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Dim 14 Nov - 12:53

"Sache que... tu es la seule personne qui ai réussi à me comprendre, la personne en laquelle j'ai ressentit de la compassion alors que tu n'es pas de la même race que moi. Alors que je me ferais un plaisir d'écarteler femmes et enfant, d'écraser les obstacles et les innocents se dressant devant moi... Je ne suis même pas capable de faire feu. Sache que jamais je ne te tuerais Mizuki Nakajima, parce que tu sais, au contraire de tes semblables, te démerder au lieu de se plaindre, tu prones ta liberté et a un but auquel t'accrocher."

A cet instant, mon sang ne fit qu'un tour dans ma personne, sur l'instant je perdais une fois de plus le contrôle de moi même. Ma main sur le draps le griffait avec plus de forces qu'il n'en fallait pour tuer un pigeon. Malheureusement, pour lui plus que pour moi, il continua son récit. D'un seul coup je me sentais presque dans une rage supérieure, pourtant mon corps, et mon visage lui même, semblait impassible, je souriais niaisement pour ce sourire narquois qu'il m'offrait de voir.

"Ou alors je fus bien assez con pour croire cela et me dire que j'aurais du te voir comme les autres "une petite salope de chatte tout juste bonne à baiser" non je te croirais pas Mizuki... ou alors tu baisserais sacrément dans mon estime, et te tuer ne serait même plus un problème"

Un tas de réflexion parvenait à mon esprit, bien que vide de pensée, j'en cherchait réponses, je n'étais pas comme d'autre neko, la preuve en est que je ne suis pas morte, je n'ai rien si ce n'est quelques douleurs au postérieurs de sa part, et encore, je n'en avais pas douleurs. A malin, malin et demi, j'étais bien plus tourmenté que lui dans mon ensemble dirais-je ainsi. Tel une gifle sur mon visage je venais de trouver aussi con que moi. Bien qu'il parle trop pour que je ne puisse en trouver les émotions, je trouvait son sourire bien trop lâche pour qu'il ne cache pas un jeu au cercle vicieux, m'allongeant de tout mon long sur le lit, j'en venait à me rappeler les circonstances de notre rencontre.

" Dit, si je me souviens bien, bien que mon esprit soit quelque peu trouble depuis que j'ai bu. De nous deux, tu es celui qui parle le plus. Pourtant ... A me rappeler bien comme il se doit, si ce n'est que la seule chose dont je me souviens, c'est le gout de tes lèvres sur les miennes. Bien que j'eusse espérer ne pas faire le premier pas, tu as donné satisfaction avant moi. En résumé, si tu es encore un peu con pour ne pas comprendre. TU m'as embrassé le premier... Quel sentiment peux-tu réellement avoir à mon égard si ce n'est de l'estime ? "

Je n'avais rien à rajouté, ce souvenir, bien que présent dans mon esprit ne me paraissait que bien loin, combien d'heure c'était passé depuis ? Mon arrogance, celle que j'utilisé pour cacher chacun de mes sentiments, s’embellissait avec le petit jour. Bientôt je n'aurais qu'à passé la porte pour m'en aller, si ce n'est que je n'en avais pas encore le courage. Scrutant le plafond, je regrettais de ne pas être aussi immatériel que j'aurais aimé l'être.

Une dizaine, puis un vingtaine de minutes s'écoula sous mon regard olive, ni lui ni moi n'avions apporté de réponse à nos interrogations. D'un geste simple je me relevais doucement, mais sûrement avec le peu de force qu'il me restais après ces multiples chutes psychologique. Traînant mes premiers pas je rassemblait quelques affaire, restant de marbre je voulais ne pas lui paraître autre qu'impassible, le petit matin laissé son regard vide, le mien détourné, parfois dans le sien. Rangeant mon colt, finissant mes affaires, je posait ma main sur la porte pour m'en aller, s'il n'avais pas réponse, je n'en aurais non plus.

C'est ainsi que le cliquetis de la porte retentit, j'ouvrait la plaque de bois avec douceur alors que j'en passait légèrement l’entrebâillement, je le laissait pour mort de ces pensées. Ou presque, l’espérais-je inconsciemment .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 26

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Dim 14 Nov - 16:03

" Dit, si je me souviens bien, bien que mon esprit soit quelque peu trouble depuis que j'ai bu. De nous deux, tu es celui qui parle le plus. Pourtant ... A me rappeler bien comme il se doit, si ce n'est que la seule chose dont je me souviens, c'est le gout de tes lèvres sur les miennes. Bien que j'eusse espérer ne pas faire le premier pas, tu as donné satisfaction avant moi. En résumé, si tu es encore un peu con pour ne pas comprendre. TU m'as embrassé le premier... Quel sentiment peux-tu réellement avoir à mon égard si ce n'est de l'estime ? "

Je la regardais, perdant peu à peu mon sourire, gardant un air neutre et impassible, presque immitant le sien, bien piètrement caché vu les coups de griffes donné au drap, j'avais trouvé la faiblesse de la néko, celle qu'elle refusait de dire depuis le début même de cette histoire... pourquoi alors je perdais le sourire? Parce que, tout simplement, je découvrais que sa faiblesse équivalait à la mienne. Nous étions assez arrogant l'un envers l'autre pour ne pas montrer nos sentiments. Finalement cela s'achèverait sur une victoire pour elle... une bataille pas la guerre. Et moi qui m'étais juré de ne plus jamais faillir dans mes projets, plus jamais je n'avais envie de ressentir à nouveau ce sentiment d'écrasement total qui m'avait hanté pendant près de 7 ans, les septs premières années de ma vie. Désormais je redoutais encore de perdre,perdre toute les infimes choses que je possédais. Certes... mais là j'avais perdu une bataille mais pas la guerre c'était le plus important. Je n'avais donc pas tout perdu, mais en réalité derrière les liasses de livres, la maison, l'Aston Martin louée, l'appartenance à une race dominante... je n'étais constitué de pas grand chose, les restes d'une enfance déchiré par une famille maudite au tempéremment aussi rugueux que le mien.
Elle pouvait sortir de la chambre et me laisser agoniser avant que je n'aille me faire soigner, elle n'en faisait rien. Je pouvais répondre à sa question et me débarasser de cette atmosphère qui commençait à se faire lourde, le temps s'égouttant au compte-goutte, mais je n'en fis rien, avouer mes sentiments ne ferais que m'ébranler psychologiquement et je doutais sincèrement qu'elle serait là pour recoller les morceaux. On avait beau connaître le domaine de la souffrance en ce monde, mieux que quiconque, cependant nous appartîmes à deux mondes totalement différents, les humains et les nékos, qui s'englobent dans un seul et unique monde dominé par la souffrance, un perpetuel enfer du moment que l'on vit, risquant chaque jour de perdre une partie de soi-même et de se soumettre aux lois de se monde, le moindre écart coutant cher payé. Je tatais mes blessures, le sang avait commencé à coaguler, laissant un peu de sang sur mes doigts que je ne tardais à lècher.
Le temps de nouveau passait lentement, je restais inerte, restant pensif, esseyant désespérement de trouver une échapatoire. Mais finalement qu'est-ce que je voulais? En finir vite! mais d'autre part je ne voulais pas, ça allait trop vite. Je finissais par croire que j'étais la victime d'un caprice du temps, la nuit était passée vite et pourtant là je me languissais sur dix minutes. Pendant ce temps, elle eu fini de ranger ces affaires et lorsque retenti le cliqueti de la porte, elle m'attendait, un geste, une réponse, une parole... Je me levais et déchirait le drap en deux parties et serrait alors les deux morceaux au niveau de ma hanche et autour de mon cou en guise de bande pour cacher les blessures. Alors je me levais lentement, saisissant mon poignard, je la rejoignais d'un pas lent, m'approchant peu à peu d'elle. Si elle voulait une réponse elle allait l'avoir mais après faudra qu'elle se démerde et ça je n'en doutais pas. Je passais mes mains sur ces épaules, ma main gauche descendant peu son haut afin de dévoiler son épaule droite. Ma main droite, tenant le poignard glissait sur ces épaules, frolant sa nuque. J'apportais alors la lame contre son épaule droit et commençait à graver un pentacle dans sa chaire m'applicant bien pour le faire aussi parfait que possible. Ensuite j'inscrivi à la gauche du pentacle ensanglanté ma signature: c'était les initiales de mes prénoms (F.J.W) ainsi que le kanji de Kurai. Je retirais le poignard et relevait sa bande et son haut normalement avant de retourner comme si de rien était dans ma chambre préparer mes affaire à mon tour.
Je rangeais toute mes affaires, revetissait ma veste mon chapeau, et posait mes lunettes sur mon nez. J'ouvrais la porte en entier et passa devant elle et m'arrêtait dans le couloir.


"Ce sera la seule réponse que tu auras... maintenant c'est a toi de chercher."

Je tournais ma tête et la regardait,mon sourire avait refait surface.

"Si jamais je te croise à nouveau... cette marque prendra tout son sens... d'ici là évite à ce qu'on me sonne pour tuer une jeune flingueuse de pigeon s'il te plait... je pourrais vite rappliquer pour resserrer tes bracelets définitivement."

Je retournais ma tête et ricanais avant de descendre vers le hall et de poser une malette sur le comptoir de la reception, contenant en tout et pour tout 25.000 livres sterling. Je sortais, entrait dans la voiture, mit le contact... ce n'était que le début... cela promettait d'être interessant, j'avais hate de la croiser à nouveau, mais gardons notre sang froid, il est mieux lorsque l'on se fait désirer. Je conduisais alors vers ma maison, faudra que je désinfecte mes plaies et me prépare pour notre prochaine rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki] Sam 27 Nov - 22:42

  • "Ce sera la seule réponse que tu auras... maintenant c'est a toi de chercher."

    Tourne ta tête pauvre fou... Sourit sourit, je t'en pris.

    "Si jamais je te croise à nouveau... cette marque prendra tout son sens... d'ici là évite à ce qu'on me sonne pour tuer une jeune flingueuse de pigeon s'il te plait... je pourrais vite rappliquer pour resserrer tes bracelets définitivement."

    J'étais là l'épaule sanglante, à le regardais partir, chacun de ces pas m'enfonçant un peu plus vers le fond. J'étais naïve, et enfantine, j'y avais cru, et j'y croyais encore. Je tournais la tête, vide, il ne me restais plus rien, appart un vêtements, et le peu de dignité. Mon regard se posait sur la pièce, son odeur, son aménagement, son âme... Un tout venait de devenir un rien en l'espace d'une minute. Des cendres sur le sol devenait le seul et unique indices qui pouvait prouver qu'il avait été là, avec moi. Il ne me restait plus qu'une seule et unique solution... Partir. J'étais là, l'index sur la poignée, alors que je tirais dessus ramenant à moi l'épaisse boiserie de la porte. Derrière, un passé sans lendemain. Une vérité que j'espérais mensonge.

    Je suivait le chemin tracé par mon aîné, j'étais à mis chemin, alors qu'un gérant paniqué, gouvernant mal renseigné, me sautais presque dessus pour me poser tout un tas de questions. Etait-je en état de reprendre le chemin qui m'étais destiné ? N'avais-je aucune blessures ? Je n'avais pas envie de répondre, mon regard se posait sur l'homme avant que je lui réponde, un simple sourire pour qu'il ne s'inquiète pas et il s'en retourna vers le hall d'entrée. Celui que je n'avais même pas remarqué en venant.

    J'entendait le vrombissement d'un moteur, celui de Fushigi, mon épaule brûla subitement. Je me devais de l'oublier à présent... Nous ne nous recroiseront sûrement jamais. Même si je l'espérais tans bien que mal. La porte en verre claqua derrière moi, j'étais à présent parti pour rentrer dans un certains logis qui semblait ne plus être miens. J'avais vécu sur une autre planète ... En l'espace de si peu de temps.

    " Une prochaine fois... Qui sait. Tu sauras... "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A very bad trip [Pv. Mizuki]

Revenir en haut Aller en bas

A very bad trip [Pv. Mizuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko Master :: Le RPG :: Hotel-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit