Neko Master
NEKO MASTER V2 : http://neko-master.bbactif.com

Envie de devenir esclave ? Maître ? Maîtresse ? Amour ou haine, que sera votre vie ? Inscris-toi pour t'amuser avec nous.

Des membres actifs, une Chatbox pour délirer, et une bonne ambiance garantie !

Neko Master

Incarnez un(e) Humain(e) et faites-vous servir par un(e) Neko !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Neko Master déménage : cliquez ici !
NM restera en ligne, cependant les inscriptions sont fermées. Merci de vous rendre sur la V2 de Neko Master si vous souhaitez vous inscrire.

Partagez|

Conneries? mais voyons, nous n'avons rien fait ... Ou presque... [ Alice ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité
Invité


MessageSujet: Conneries? mais voyons, nous n'avons rien fait ... Ou presque... [ Alice ] Dim 11 Avr - 1:01

- Allez rentre la dedans.

La main du policier le plus petit et le plus gros 'dérapa' sur ses fesses quand il la poussa dans le huit-clos. Aline trébucha contre le rebort de la cellule et se rattrapa a une grille. Elle jeta un regard mauvais sous ses cheveux pales aux idiots de policiers qui l'avaient attrappés.

- Quoi? Tu veux notre photo?
- Arrete, ca va me donner des cauchemards.
- Fais gaffe. Maintenant que tu as ici, on a tous les droits sur toi ...


Le regard lubrique, le flic claqua la porte de la cellule et jeta le sac de la jeune femme près de son bureau couvert de papiers, de détritut en tour genre et d'objets 'interessants'.
Aline soupira. Quelle histoire pour une simple gifle! ... De simples gifles certes. Mais ces gamins n'avaient qu'a pas la faire chier. A la traité de madame bizarre a cause de ses yeux .... Mais quoi? Pourquoi ça ettonait tout le monde? Bon, certes un oeil doré et un autre rouge, il y a de quoi flipper ... Mais Zut quoi!
L'autre policier soupira en regardant Aline debout au milieu de la cellule a fulminer seule.

- Donne nous le numéro de chez toi, on vas appeller chez toi pour que l'on vienne te chercher.
- J'ai pas de chez moi. Je vis seul, vous etes sourd ou quoi? je l'ai deja dit. Et puis merde.


Devant l'air ahuris des deux policiers, elle se laissa doucement glisser contre le mur de la cellule, au fond. Le mur froid traversais sa petite chemise grise qu'elle portait seulement en ce jour chaud. Elle replia ses longues jambes blanches contre son torse, cachant de ses pieds la vue explicite qu'offrait son petit short noir et ses brandes bottes a semelles compensées. Son sac resté avec les policiers, elle ne pouvait sortir son baladeur et était sur de bien ce faire chier. Elle poussa un second long soupire et leva les yeux au ciel. Ces gamins lui avaient rapellé ses cavales interminables du temps de sa vie en Italie. Quelque soit l'endroit, les cons restaient des cons. Les humains étaient si pathétique, c'était si désolant ... Elle porta son attention vers le spoliciers qui riaient entre eux de rires gras, éssouflés en regardant un magazine, sûrement déconseillé. Il y avait du monde dans les autres céllules, des prostitués arrétées pour racollages ou alors des bandits ... Aucune idée, et en fait elle s'en foutait. Elle allais juste passer son temps a écouter, et s'amusé a s'immaginer leurs vie futiles. Elle c'était découvert un amour pour ce jeu depuis son arrivé au Japon ... Merci Maman!
Elle se gratta la gorge.

- Vous n'auriez pas une cigarette par hasard? Demanda-t-elle en haussant la voix.

Les policiers la regardèrent.

- Parce qu'en plus de martiriser les gosses, tu fumes? Une vrai délinquante, j'y crois pas. On a prit du lourd!

Encore des rires gras.

- Putain, vous n'avez rien vus encore ... Je sens que je vais bien me faire chier ...

Aline soupira en soufflant sur une des mèches qui lui tombaient devant les yeux. Il serait peut-être temps de se faire une nouvelle coupe, au moins pour pouvoir voir, nom de dieu ... Elle laissa sa tête cogner en rythme contre le mur. Ses murmurres s'élevèrent, doux et angoissants dans la cellules, calmant peu a peu le tumulte dans les différentes céllules.

- Strega, strega ... scoprirete subito rifugio ... Finirete per impiccagione ... Strega, strega ... imboccare questa strada ... C'è una corda in basso ... Strega, strega ... non cercare di scappare ... Tu fai, o ci pensiamo noi ...

Ca allais être long ...


Dernière édition par Aline Strega le Sam 15 Mai - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître
Maître

Féminin

Nombre de messages : 204

Age : 30

Maître(sse) ou Neko? : Maître.

Appartient à : Aussi bien manipulant que manipulé, je pense...

Sort avec : Je m'en assurerais quand Abysse~san reviendra.

Avertissement :
1 / 51 / 5

Date d'inscription : 22/09/2009


MessageSujet: Re: Conneries? mais voyons, nous n'avons rien fait ... Ou presque... [ Alice ] Sam 15 Mai - 18:52

- Tu sais que partir sans payer, c’est un délit gamin ?
- J'allais le faire.

Et il n’était pas un gamin.

- Jil’, t’exagère quand même ! ça te sert à quoi de commander des trucs si c’est pour ne pas les manger !

Aucune réaction visible chez le dit Jil, qui continua de fixer le bout écarlate de sa cigarette sans pour autant la fumer. L’espace d’un instant, la réponse « a rien » lui brûle les lèvres, mais l’idée de se faire frapper par la jeune fille derrière lui n’était pas forcément plaisante. Il l’entendit parler, hurler sûrement, mais il ne l’entendais pas. En ce moment, c’était ça qui lui arrivait : Faire des choses sans les finir. Okay, il avait commandé les plats les plus cher du restaurant, mais à la différence de ses hybrides, n’en avait touché à aucun. Il avait une cigarette allumé entre les doigts, sans la fumer, et entendait l’aîné des deux félins sans l’écouter. Enfin, écouter, c’était un bien grand mot. Il captait parfois quelques mots, des bribes de phrases. Comme « si tu mange pas, tu peux mourir ». A nouveau, il eut envie de lui répondre que si il traversait la rue, il pouvait mourir aussi. Parfois, Hello était si stupide.

- Si c’est pour la note que tu craint…

Jil fini par tirer une bouffé de la cigarette.

- Du fric, j’en ai, c’est pas la peine de te mettre dans des état pareil.
- Abruti, c’est pas ça ! !

Il baissa les yeux sur le visage empourpré de la jeune fille, soufflant la fumée sur elle et soupira un « c’est quoi alors ? » à quoi elle répondit par un coup dans les côtes et une phrase courte composé seulement d’une insulte et d’un « anorexique » agacé. Anorex-quoi ? Encore un de ces mots compliqué donc il ne comprenait, et ne voulait pas savoir le sens. Appuyé dans l’encadrement ouvert de la porte, il remarqua vaguement le sourire de Kalok, qui hurla dans sa direction lorsqu’il sentit son sourire : « Maître Ali- Jillian, c’est très bon ! ! ». Ah, un peu plus, et il allait se passer la même chose qu’au restaurant la première fois où il l’y avait emmené. La dernière sylabe de son prénom prononcé, et il aurait sûrement craqué. Bon, okay, il aimait de plus en plus que ses proches l’appelle comme ça, mais pas en public.

- Quoi qu'il en soit gamin, tu est parti.
- ...

Ouais, il était parti. Pourquoi ? Quesqu'il en savait. Alice en avait juste marre de l'ambiance du restaurant, ou de Hello qui la bassinait sur le fait que « T’est déjà plutôt maigre, c’est moche ! ». C’est vrai qu’il ne mangeait quasiment rien.. Ou alors beaucoup, à un rythme déréglé cependant. Il pouvait lui arriver de ne rien manger pendant trois à six jours et de se jeter avidement sur des sucreries, tant que c’était blanc et moelleux. En gros, ses seul repas se consistait de chamallow, parfois de meringues, mais seul Kalok savait les faires, et si la jeune fille apprenait qu’il aidait son maître dans sa « débauche culinaire », il ne donnait pas cher de sa peau. C'était surement l'ennuie de tous ça qui l'avait poussé à se décoller de l'encadrement de la porte, et à commencer à marcher dans la rue. Commencer, seulement. Car à peine dix metres après, il eut le temps de voir la main de l'hommme qui les avaient enmennés à la table se refermait sur son épaule, tenant dans l'autre main un portable.

Ce n'est que maintenant qu'il marchait entre les deux policiers qu'il avait compris qu'un mec qui se casse en laissant deux hybrides derrière lui, et comme ce n'étaient surement pas eux qui allait payer, était un voleur. Et le dit voleur flippait. Flippait grave, même si son sourire habituel flottait doucement sur son visage. A l'interieur, c'était pourtant le chaos total. Déja, il avait peur du fait de se trouver ici, non pas pour les rencontres qu'il pouvait y faire... Mais surtout pour le fait que des policiers peuvent vite reconnaître un faux nom. Et puis, son métier était entièrement illégal. Tout comme le fait de sa liberté. Et d'un autre côté, il y'avait la fuite de Hello et Kalok. Cette idiote avait dit qu'elle allait tout arrangé, en courant loins du restaurant bien sûr. Il aurait donné sa main à couper qu'elle n'allait rien faire.

- Rentre toi aussi.

Toi aussi ? Lorsque la porte se referma, il entendit vaguement un des deux policiers dirent à l'autre que c'était << un défilé de mineurs, aujourd'hui>> Ah. Ouais. Mais premièrement, il n'était pas mineur, et deuxièmement, il ne contait pas rester ici bien longtemps. Son corps alla se coller contre le mur, pendant que sa jambe gauche se repliait sur ce dernier. Les yeux bleu observer e avec ennuies les autres personnes présente. Des femmes, des hommes, donc certains visages lui était parfois familier. Il s'amusa pendant un moment à deviner pourquoi certain été là. Par exemple, l'homme au visage plus verdâtre que blanc, un abus d'alcool... Ou de stupéfiant, surement. La femme au cheveux décoloré et au multiples cicatrices plus ou moins saignantes, un règlement de compte ayant mal tourné ? La gamine au cheveux blond dans la cellule en face de la sienne ... La gamine au cheveux blond ? Maintenant qu'il remarquait, elle était vraiment jeune pour se trouver là. Quesqu'elle avait bien pu faire elle ?


-...pensiamo noi ...

Une folle, chantonnant des choses incompréhensible. Trouble à l'ordre public. Bah, au moins, il n'était pas si mal tombé. Il ferma à demi les yeux cette fois, préférant au contraire de la gamine, restait dans la lumière de la cellule. Encore une de ces stupides craintes enfantines qui l'encombrait quotidiennement. Un sourire franchit le sourire mis amusé, mi dangereux d'Alice.

Ca allais être long ...

( Désolé, c'est court, nul, trop nul uU )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sayonarawonderland.skyrock.com/


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Conneries? mais voyons, nous n'avons rien fait ... Ou presque... [ Alice ] Mar 18 Mai - 23:04

Dans cette petite cellule miteuse, Aline frisonna et arreta de chanter. Quand elle avait pris conscience de ce qu'il ce passait, il était trop tard. Les policiers avaient déja poussé un jeune homme dans sa cellule. Blasé, la jeune italienne n'avait pas relevé la tête pour observer le nouveau venu qui allait partager sa cellule pour une durée encore indeterminée, mais elle sentait une drôle d'aura émmanée de lui. Quand enfin elle ce décida à lever les yeux et de dégager ses mèches, l'autre c'était assit et avait fermé les yeux.

Elle le regarda, retraçant les contours de son visage de son étrange regard et fut surprise de ce qu'elle ressentit à ce moment. Elle qui habituellement se fiche éperdument du physique des gens qui l'entoure se retrouve à prendre plaisir à regarder ce qui s'offrait a elle. Une beauté rare de nos jours. Des cheveux mi longs noir dont il prenais sûrement soins. Elle loucha sur sa propre tignasses dont quelques mèche lui génais la vue. Deux monde totalement différent ...

Prise d'une soudaine envie, elle se leva et se percuta contre les barreaux, aux cotès de l'homme pour attiré l'attention des policiers.

- Excusez-moi.

Aucune réaction.

- Ohe, ya quelqu'un quand je parle où les donuts ont une discussion plus interessante que les humains normaux?

Le policier gras qui l'avait enfermé approcha de sa démarche lente.

- Qu'est ce tu m'veux ?
- Une cigarette. Il y en a dans mon sac. Je pourrais les avoirs ?


L'homme regarda son collège et s'approcha, souriant. Puis il osa soufflé dans le nez de la jeune femme son haleine chargée d'alcool en riant. Aline recula d'un pas, se bouchant le nez avec une grmace de dégout.

- Hors de question mon petit. Mais ça peut s'arranger tu sais ..
- Alors mon MP3. J'ai besoin de musique.
-Tu t'en passera jusqu'a ce que tu nous aura dit ton nom et que tes parents seront contacter pour qu'ils viennent te chercher.


Et continuant de rire, il se recula pour partir renforcer l'image négliger des agents de l'ordre en prenant la boite de donuts et d'en engloutir un devant ses yeux. Aline frotta son ventre pour taire les gargouillements qu'il poussaiot. Avec ses idiots de gamins, elle avait oublier de manger, et sans cigarette, elle ne pouvait lutter contre la faim. Un autre gargouilllement retentit et elle rougis, se laissant glisser doucement contre les barreaux. Avant de se retourner, elle jeta un dernier regard de detresse à son pauvre sac dans lequel se cachait sezs dernière cigarette, sa bouteille de saké à peine entamée et une tablette de nougat directement apporté de France. A se souvenir, elle se plia en deux pour taire le bruit. Puis elle se tourna vers l'homme toujours assit dans la cellule.

- Vous n'auriez pas ... De l'eau ou quelque chose à grignoter ? Un chewing gum peut-être ...

[ c'est horrible, tout simplement horrible ... Je t'envois par MP mes idées pour la suite </3 ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître
Maître

Féminin

Nombre de messages : 204

Age : 30

Maître(sse) ou Neko? : Maître.

Appartient à : Aussi bien manipulant que manipulé, je pense...

Sort avec : Je m'en assurerais quand Abysse~san reviendra.

Avertissement :
1 / 51 / 5

Date d'inscription : 22/09/2009


MessageSujet: Re: Conneries? mais voyons, nous n'avons rien fait ... Ou presque... [ Alice ] Ven 21 Mai - 22:28

- Si je ferme les yeux, je fais semblant que tout va bien.

Les lèvres d’Alice avait murmuré ces mots, mêmes pas assez haut pour que lui même ne l’entende. Il se la répéta, un peu plus fort, juste maintenant assez pour qu’ils parviennent à ses oreilles. Après cette phrase sans grand sens dans la situation, ce fut un soupir qui franchit ses lèvres. Cela faisait… Quoi ? Bien 10 min qu’il était là, et il commençait déjà à s’ennuyer ferme. Rester assis, là, dans l’ombre et la lumière était quelque chose d’affreusement stressant qui lui faisait remonter une multitude de souvenirs. Comme la chambre d’isolation, à la seule différence que maintenant, il y’avait bien une quarantaine de personnes à quelques mètres de lui. Sans savoir là où elle était, Alice songea que là n’était pas la question. Donc, fermer les yeux. Imaginer. Que tout va bien. Qu’il n’était pas ici. Alors où … Dehors, déjà, c’était sûr. Après de longues minutes de concentration, il arriva presque à visualiser une multitude de bleu, quelques nuages cotonneux du coins des yeux et le haut d’une cime d’arbre. Cependant, dans ce paysage qui aurait presque pu le calmer, tout était en noir et blanc. Tout ce qu’il imaginait où rêvait en noir et blanc. A quelques exceptions près… Il rouvrit les yeux, tirait de sa rêverie qui n’avait fait que l’agacer encore plus de sa condition par une voix féminine. Cette dite voix, il l’avait déjà entendu avant de tenter de « s’évader » par l’esprit. Elle avait demandé quelque chose, il ne savait pas exactement quoi, et puis de toute façon, ce n’était pas son problème. Reprennent un visage souriant, il tourna la tête vers elle, répondant d’une voix légèrement plus moqueuse qu’il ne l’aurait voulu :

- Malheureusement, je n’ai pas eu de traitement de faveur, on m’a également pris toute mes affaires.

Maintenant qu’elle le regardait, Alice pouvait mieux la voir. Des cheveux blond mis long, peau pâle bien que plus halé que la sienne. Mais ce qui accrocha le regard du brun, ce fut les yeux vairon de la jeune fille. Cette gamine ressemblait trop à… Ah, non, il ne fallait pas penser à lui dans un endroit pareil. Il continua de la détailler un long moment. Il y’avait aussi quelque chose de japonais dans ce visage si occidental … Quelque chose d’un peu comme lui. Peut-être la forme des lèvres, celle du visage… Ou même la finesse de ses mains. Attendez, quesqu’il lui prenait là ? Mater une adolescente, ce n’était pas vraiment le genre du jeune homme. Il y’avait un e de trop dans ce mot. Un nouveau soupir amusé franchit ses lèvres, et il posas les mains sur ses poches, sourit, et lança une petite boule enveloppé d’un papier brillant dans la cellule voisine.

- C’est un bonbon. Tout les enfants aiment ça.

Son sourire s’agrandit, lorsqu’il réalisa ce qu’il venait de dire. Sa première intention avait été bien sûr de se moquer de son jeune âge (même si la jeune fille semblait mature, à cette distance, il pouvait bien remarquer les traces sur son visage qui lui indiquait, aussi clairement que si elle l’avait marquée sur le front « mineure ».) Mais dans ce cas, cela revenait à se traiter soi même d’enfant, vu que c’était lui qui l’avait dans la poche. Ceci fait, il se ra dossa contre le mur froid. C’était réglé, ce n’était plus son problème. Et pourtant… Pourtant, ce court temps, il avait prit conscience de l’existence de cette fille, et lorsqu’il fermait les yeux, il n’était plus si seul. Et ça, ça l ‘énervait et l’intriguait à la fois. Il lui jeta de nouveau un regard, souriant encore lorsqu’il la vit examiner le bonbon.

- Ne t’inquiète pas, ce n’est pas de la drogue, je ne suis pas là pour ce genre de chose.

Un élan de curiosité propre au personne de son espèce* l’obligea à demander :

- …. Et toi, pourquoi tu est là petite ?


[ * Au Alice je veux dire ♥ *SBAM* C'est tellement nul, sorry ... ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sayonarawonderland.skyrock.com/


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Conneries? mais voyons, nous n'avons rien fait ... Ou presque... [ Alice ] Mer 26 Mai - 23:10

La jeune femme fixa le bonbon dans sa main. Puis, froissant le papier, elle fixa le projecteur au plafond en faisant glisser cette petite boule de sucre concéntré entre ses lèvres. Elle eu un sourire quand elle fit enfin attention à la voix particulière de l'homme a ses cotés.Douce, effeminée et un brin sensuelle, elle allait parfaitement avec son physique. Encore une fois, Aline eu l'impression de le connaître. Mais où l'avait-lle bien vu, aucune idée.

- …. Et toi, pourquoi tu est là petite ?
- Petite ?


Elle se regarda, fixa l'homme, retourna sur son corps menu et se mise a rire.

- C'est vrai que je ne suis pas bien épaisse. Mais apellez-moi Aline. Quant au pourquoi je suis ici ...

Son regard se perdit dans le vague quelques instants.

- Des gamins m'on traité de sorcière ... A peu de chose près. A cause de mes yeux, comme toujours ...

Elle pressa sa main droite sur son oeil rouge qu'elle aurait bien voulu faire disparaitre durant toutes ses anées.

- Ca m'a rapeller de mauvais souvenirs. Je les ai corrigés a ma façon ...

En repensant a l'épisode de la rue, ces pauvres gamins - qui étaient venus lui jeter des petites pierres, croyant sûrement qu'elle ne les aurait pas vu - se mettre à pleuré quand elle était arrivé et les avaient giflés ; les visages terrifiés et offusqués des adultes présents.

- Un peu de silence dans les cellules !

La jeune femme se retourna et fussila du regard le policier qui souriat en les regardant. Aline fut exaspérée. Elle grogna quelques chose d'inintélligible tout de même suffisament fort pour qu'il l'entende.

- Je vous jure que si on sort d'ici, je le castre direct.

Elle se redressa, commençant à avoir mal au postérieur.

- Bref.

Elle se retourna vers l'homme, tirant un peu sur ses bras pour faire craquer sa colonne vertébrale.

- Quelqu'un vas venir payer votre caution ?

Elle baissa la voix, faisant mine d'être occupée ailleur.

- Sinon, on pourrait s'entraider ...

Elle le regarda avec un sourire qui se voulait charmeur, mais était plus attendrissant. Bizarre. Elle n'arrivais pas vraiment a être l'Aline manipulatrice avec lui. Peut-être était-ce parce que ce n'était que le début.
Ou pas d'ailleur...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Maître
Maître

Féminin

Nombre de messages : 204

Age : 30

Maître(sse) ou Neko? : Maître.

Appartient à : Aussi bien manipulant que manipulé, je pense...

Sort avec : Je m'en assurerais quand Abysse~san reviendra.

Avertissement :
1 / 51 / 5

Date d'inscription : 22/09/2009


MessageSujet: Re: Conneries? mais voyons, nous n'avons rien fait ... Ou presque... [ Alice ] Ven 4 Juin - 22:55

S'entraider ? Non, vraiment, Alice ne voyait pas ce que c'était gamine voulait lui dire. Il avait certes deviner qu'elle parlait de s'évader, mais il n'avait besoin de personne pour cela. Il l'avait déjà fait une fois, alors il n'aurait surement aucun mal à recommencer. Le jeune homme se laissa glisser contre le sol froid, et posa sa joue dans le creux de sa main, ses yeux la regardant avec amusement, et à la fois ennuie. Cette enfant était si... Entreprenante ? Surprenante ? Il n'en savait rien, et tout de toute les manières, cela ne l'interresait pas vraiment. Il eut envie de lui répondre ce qu'il pensait en premier temps, mais se retient en souriant suavement. Payer sa caution ? Non, ça, Hello ne le fairait surement pas. Ou peut-être que si, mais après l'avoir laissé plus de 72 heures (au maximum) ici. Alice ignorait également si on pouvait le garder aussi longtemps juste pour un vol qu'il n'avait pas commit. Mais l'idée qu'on avait put le retenir 21 ans dans un hôpital juste parce qu'il y était né suffisait à lui donner envie de partir. Il entrouvrit donc les lèvres pour lui signaler qu'il était d'accord :

- Aline, c'est un jolie prénom. Tout comme vos yeux.

Et ça, c'était exactement ce qu'il voulait garder pour lui et ne pas dire. Encore une fois, il avait parler trop vite. Mais bon. Aline, c'était vrai qu'il trouvait ce prénom jolie. Un peu comme le sien d'ailleurs, non, tout à fait comme le sien à une lettre près. Quand à ses yeux, il ne pouvait que les aimer, c'était les mêmes qu'Abysse. Quoi que... Au fond des siens, il n'y trouvait pas la même lueur de souffrance, folie, et parfois -l'espace de quelque secondes- d'insouciance qu'il retrouvait dans les yeux de ce dernier. Non, dans ceux de cette fille, il pouvait plus y voir... De l'ennuie. Oui, c'était ça, un ennuie profond d'être là, dans cette cellule, mais peut-être ... d'être là, tout simplement. Quesqu'il en savait, de toute manière, ce n'était pas son problème.

Son visage s'enfonça un peu plus dans sa main, alors qu'il faisait une petite moue dubitative. Aussi quelque chose de familier. De détestablement familier, qu'il voyait au fond de son œil doré. Quelque chose qui lui évoquait... Le blanc. L'odeur de médicament. La blouse impeccable, et les lunettes sur le nez. Quelque chose qu'y l'aurait méprisé en temps normal si il l'avait vu dans tout autre personne. Mais d'une part, il n'était pas en temps normal, et d'une autre, le visage de cette fille lui était trop familier pour qu'il puisse s'énerver. Il ferma les yeux une seconde. Où avait-il déjà vu un visage semblable à celui là ?

Incapable de s'en souvenir, il préféra songer à autre chose.

- Et bien oui, petite sorcière, peut-être pourrions nous nous entraidez.

Il détesta immédiatement la manière donc il avait dit petite sorcière. Ces mots se voulait à la base ironique. Mais sa voix avait comment dire ? Changé d'elle même ? Pour devenir affreusement affectueuse. Comme l'horrible gamine de son immeuble lorsqu'elle parlait à son petit frère en lui donnant des surnoms. Tant qu'il y'était, il aurait du l'appeler mon petit chou à la crème.

- Alors, que proposez vous ? Un autre bonbon, proposa t'il, bien qu'il n'en avait pas, pour bien accentuer son opinion sur elle : Même "pas bien épaisse" elle était juste une gamine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sayonarawonderland.skyrock.com/


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Conneries? mais voyons, nous n'avons rien fait ... Ou presque... [ Alice ] Mar 8 Juin - 20:03

C'était affreux en fait. Il c'était passer quelque chose d'affreux dans cette cellule. Dans cette petite cellule de ce comissariat miteux et humide où les courants d'air à vous glacer le sang règnent en maître, Aline avait assister à quelque chose d'étrange, voire même surnaturel. L'homme avait doucement glisser le long des barreaux.

- Et bien oui, petite sorcière, peut-être pourrions nous nous entraidez.

Sorcière ... Elle tourna sur elle même et porta une main à ses yeux. Sorcière, sorcière, tu es une sorcière, viens que je te tue ... Un tremblement parcourut ses membres et elle atendit d'exploser.
Rien ne vint.
Rien du tout, elle était un peu calme. Un peu. Et c'était ça, qui était extraordinaire. Ces paroles ne lui avaient pas provoqué ces crises de folies qui la prennaient, quand elle se revoyait enfant courire pour échapper aux pierres, courir pour survivre à même pas 6 ans.

C'était sa voix. La voix de l'homme avait sur elle un effet apaisant. Sans comprendre pourquoi, un sanglot monta a sa gorge et elle eu toutes les peines du monde a ne pas pleurer dans cette cellule pour le première fois depuis 10 ans.

C'était sa voix. Elle savait. Elle l'avait deja entendus quelque part, elle avait bercé plusieur de ses reves tachés de sang. Mais où l'avait-elle entendu ? Où ?

- Pas de bonbons ...

Elle avait la voix étrangement rauque. Quelque chose dans cette voix lui rapellait sa mère. Peut-être ses éclats de cristal. Peut-être.
Puis elle reflechit. Et se rendit compte qu'elle n'avait en fait pas d'idée fixe ... Simuler une crise d'asthme, prendre le teaser dans son sac et imobilisé un policier ?
Encore faudrait-il que l'homme ait la finesse d'ésprit de s'occuper du second.
Utiliser la bombe lacrimo ? Dans le sac elle aussi ...

Elle fixa les yeux bleus aux reflets violets de son compagnon de cellule et un sourire éclaira son visage une seconde. L'instant d'après, elle s'était jeter contre les barreaux, l'air franchement paniqué.

- Laisser moi sortir de la tout de suite ! S'il vous plait, aider moi !

Les policiers la regardèrent sans comprendre. Elle jetait des regards mi-paniqué, mi-dégouté mais en tout faux, vers l'homme à ses cotés, comme pour l'accuser d'une chose qu'il n'avait pas fait. Mais ça, les policiers l'ignoraient.

- S'il vous plait !

Le plus gros des deux, et celui dont elle voulait s'occuper s'avança et fit tourner la clé dans la cellule. Aline s'éloigna, feigna a la perfection la peur.

- Qu'est-ce que vous me voulez vous aussi ?

Entre, entre dans la cellulu que l'on t'enferme a ton tour !
Voila son plan. Le policier aller rentrer, essayé d'attraper Aline. Et s'il ne le faisait pas, tant pis. elle courir loin de lui et sortir de la cellule. L'homme allait peut-être la suivre, peut-être pas d'un autre coté. Il avait l'air bien ici lui.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Conneries? mais voyons, nous n'avons rien fait ... Ou presque... [ Alice ]

Revenir en haut Aller en bas

Conneries? mais voyons, nous n'avons rien fait ... Ou presque... [ Alice ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko Master :: Le RPG :: Comissariat de police-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit