Neko Master
NEKO MASTER V2 : http://neko-master.bbactif.com

Envie de devenir esclave ? Maître ? Maîtresse ? Amour ou haine, que sera votre vie ? Inscris-toi pour t'amuser avec nous.

Des membres actifs, une Chatbox pour délirer, et une bonne ambiance garantie !

Neko Master

Incarnez un(e) Humain(e) et faites-vous servir par un(e) Neko !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Neko Master déménage : cliquez ici !
NM restera en ligne, cependant les inscriptions sont fermées. Merci de vous rendre sur la V2 de Neko Master si vous souhaitez vous inscrire.

Partagez|

Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Ven 5 Fév - 14:48

Après avoir démarré sa voiture, Fushigi fit route vers le quartier est. Cela ne lui prit à peine 25 minutes de route vu que la circulation était fluide. Maintenant il avait toujours le péage à payer qui l'avait bloqué pendant 5 minutes, à cause d'un poids lourd qui attendait son tour pour passer. Comme à son habitude il écoutait une musique assez singulière située plus dans le classique et/ou l'opéra. Mais son instrument qu'il affectionnait plus que tout autre était l'orgue car celui-ci était immense et les sons qu'il produit sont d'une puissance telle qu'ils font fondre les coeurs des spectateurs. Il venait toujours à se comparer, sans se vanter, à cet instrument noble et unique.

Il arrivait à proximité du bar; le temps ne s'était pas arrangé et il commençait à pleuvoir à grosse goutte. Il commençait à ralentir pour se garer.Mais en regardant Mizuki,il recommença à accélérer et se gara dans une allée à deux appart du bar. Il se gara et coupa le moteur après avoir vérifié que personne ne passait par là.


"Ne bouge pas... je ne serais pas long."

Sur ces mots, l'humain sortait de sa V8 et ouvrait le coffre pour y prendre un de ces vêtement de rechange. Pourquoi un type comme lui aurait besoin de plusieurs fripe? Ben tout simplement parce qu'un type couvert du sang d'autrui, après un assassinat, c'était pas très bien vu fallait dire...
Il vint vers la portière passager et ouvrit la portière à son "invitée". Il lui prit doucement la main et la fit sortir.


"Bon ça vas ptetre pas te plaire mais bon..."

Il saisit la queue de Mizuki et l'enroula autour de sa taille avant de lui enfiler une veste noire comme la sienne, couvrant une grande partie de son corps, et là sa queue. Il prit ensuite un autre chapeau noir et le posa sur la tête de la néko. Fushigi sourit en se souvenant qu'il avait fait la même chose à "miss grey".

"Vu que les gens semblent pas apprécier les nékos, surtout les ptite frappes, je préfère m'assurer qu'il ne t'arrivera rien..."

Il lui reprit la main et se dirigea, en compagnie de Mizuki, vers le bar.

[dsl pour cte ptite fin => manque d'inspi -.-]


Dernière édition par Fushigi Kurai le Ven 28 Mai - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Sam 6 Fév - 0:12

Nous commencions à arriver vers le bar quand Fushigi décida de se garer deux rues plus loin ce qui en soit était compréhensible ses vêtements était couverts de sang ce qui en somme n'était pas le genre de taches qu'on trouvais sur la veste de monsieur et madame tout le monde. C'est une fois sortit que je ralla un petit peu, il m'avais enrouler la queue au niveau de la taille, choses que je n'aimais pas vraiment parce que cela avait la facheuses tendance à me rendre agressive, mais j'allais faire abstraction de mes colères pour cette fois ... De plus sa veste était aussi longue que ma tunique si je n'avais pas eu mes fines chaussures compensées j'aurait presque cru avoir mis la veste d'un Géant. Puis il positionna un chapeau de couleur noir sur ma tête cachant et dressant mes deux oreilles Blanches, je ferma les yeux le temps de m'habituais à ce petitr dérangement que je n'appréciée pas tans d'ailleurs.

" Nyuuuu ........ "

Tiens donc, voilà un cris que je n'avais pas émis depuis belle lurete ! Enfin bon passons nous nous dirigeames ensuite vers le bar une fois je pu m'apercevoir que ce n'était pas un bar comme ceux dans lesquels je voyait tout ces chics humains accompagnés de leurs "esclaves" félins.

" ... Niaa.... C'est grand ... "

En réalité je ne pense pas que l'endroit était si grand mais étant était habituée à des cahutes de fortunes ce minces et étroits bar me paraissait un palais d'argent tout droit sorti d'un compte de Charles Perrault ... J'aimais particulièrement se long et étroit haut bar derrière lequels était placé plusieurs serveurs et serveuses humains et nékos mélangeait, sûrement les nekos était-ils des esclaves de leurs maîtres ou maîtresses eux même serveurs dans ce modeste bar ...

Je mis un petit moment avant de décidais de m'asseoir sur un haut tabouret, j'était impressioner par le nombres que je califierais d'important, de personnages masculins humains servit par de jeunes Nekos habillé pour sortir à la plage .

" ... Les serveuses doivent avoir froid .. "

Je ne pu m'empêcher la remarque, à leurs places je crèverais de froid et vus comment les humains les traitée je n'aurais pas aimer être à leurs place, j'était heureuse de voir que Fushigi avais eu raison de protéger mes membres félins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Lun 8 Fév - 12:59

En entrant dans le bar, Fushigi pouvait tout de suite remarquer que les nékos étaient accompagnés de leurs maîtres ou maîtresses. Bien sûr ces nékos étaient court vêtues sans doutes étaient-ce de ces nékos qui servaient de jouet sexuel aux humains orgueilleux qui se la jouais don juan de ces deux. Depuis quand le fait de niquer des culs était sensé rendre puissant? Et encore, c'était noble à côté de ça; là ils exhibaient leurs nékos pour qu'elle se fasse plotter les fesses par le premier venu. C'était pas vraiment le style de Fushigi de s'amuser à ça , bien qu'il ai déjà utilisé le sexe par divertissement. Mais bon il allait dans les clubs de strip-tease pour ça, pas dans les bars.
Maintenant que pouvait il y faire? Sortir son flingue et buter toute ces ordures? Cette idée ne le déplaisait pas mais il n'y aurait plus de gens qui viendrait le servir...

Il alla alors s'assoir à une table et attendit que Mizuki le rejoins. Une fois cela fait, il la regarda longuement.


"Bon tu veux boire quoi?"

Il commençait sérieusement à regretter l'Angleterre; là-bas au moins les pubs étaient bien foutus et les gens avaient un minimum de manière et n'emmenait pas leurs domestiques pour les exhiber. Il y avait un temps et un endroit pour ça: ça s'appelle les bordels. Et au vu de leurs costumes, ces types étaient loin d'être des macs, sans doutes des humains merdiques qui utilisent leurs néko pour envouter le barman et ainsi avoir des remises...Pathétique et attristant, c'était bien les mots qui venaient à Fushigi pour qualifier cette scène.
Il décida de s'allumer une clope et tira dessus.


-"Hé! T'as pas lu l'écriteau? C'est un espace Non-fumeur ici! Alors tu m'écrase cte clope!"

Un des mec du bar c'était exclamé que Fushigi daigne de fumer en ces lieux, mais celui-ci s'en foutait royalement, après tout il laissait ces nékos tranquilles alors qu'il le laisse fumer.

-"C'est ça... Tu me fais bien rire avec tes soumises à deux balles.."
-"Petit con! tu sais à qui tu parles?"
-"A un mac de mes deux?"
-"Les gars! Foutez une branlée à cte merde!"

Deux types baraqués s'approchèrent de de l'investigateur. Fushigi posa sa clope, se leva tranquillement et vit avec frustration que son adversaire était plus grand que lui; un vrai golem. Mais bon la peur n'était pas la raison de cette frustration. Le type lui assena un coup de poing destiné à la tête. Fushigi esquiva et donna un coup de pied entre les jambes de "musclor". Un type avait beau être batti comme un char, toucher cet endroit le faisait ramper comme un serpent. Le type s'effondra facilement comme il l'avait prévu. Il se retourna, dégaina un de ces flingues (argent) et tint le provocateur en joue.

"Hé attends! on peut être cool non?"

Il ne dit rien et s'avança vers le mac de ces deux.

-"Arrête!! S'il te plait ARRETE!"
-"J'ai eu tort de te traiter de mac de mes deux...en faites tu es bien pire que ça: un poltron qui insulte l'humanité par des gestes primaires, sans grâce et sans élégance..."

L'autre garde se ruait vers Fushigi pour le plaquer. /PAN
Il tombe à terre, raid mort: Fushigi l'avait descendu avec un autre calibre qu'il avait sorti de sa veste (le noir). Il sourit sadiquement et regarda sa prochaine victime.


"Bon vu qu'on sera loin de te regretter...-tire-...Au revoir"

Il se retourna et regarda Mizuki:

"Bon tu t'es décidée?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Lun 8 Fév - 15:51

Je continuais de regarder les pauvres nékos esclaves qui n'avais sûrement pas demandé à finir ainsi, je vint m'asseoir à la même table que mon "hôte" et le regarda allumer une cigarette comme à son habitude depuis que je l'avais rencontrer. C'est alors que la patron commença à le réprimander sur cette fichue lois, qui interdit la consommation de tabac dans les lieux dit public. Enfin pour ma part si tout les lieux public exhibait de la sorte des gens pratiquement semblables à leurs espèces je préférer encore trainer dans les lieux privé, au moins je savais à quoi m'attendre la bas ....

Je dressa mes oreilles sous mon chapeaux en voyant que deux hommes s'avançait vers notre table, je souffla un coup puis lâcha un simple sourire, en me rassurant comme je le pouvais, après tout il venais d'abattre une dizaine d'homme ces deux hommes ne ferait pas le poids. Il commença à massacrer tendrement le premier avant de le descendre devant les yeux de l'assemblée. Je vit la dites clientèle se retournais et je suppose commencer à flipper et je voyais leurs coeurs tournais les talons et je sentais les respirations apeurée de ces hommes et nekos qui trônait maintenant dans un terrain dangereux, ou le sang et l'amertume ne faisait que peu de mal au coeurs de pierre que voulais montrait Fushigi. Une fois le deuxième homme descendu de son grade et gisant au sol je le regarda.

" Le pauvre ... Enfin les pauvres .... Autant pour les deux hommes que pour les gens qui ont vu ça ... "

Je soupira avant de décoché un sourire à mon assassin favoris.

" ... Tu pourrais éviter de te donner en spectacle devant tout le monde... Ai l'air normal un peu quand même ... Tu n'es franchement pas discret Fushigi. "

Je commença à réfléchir à ce que je voulais boir. Il me l'avais demander deux fois mais je fut bien trop absorber par le bain de sang virant au bordeau pour choisir une limonade ou quoi que se soit.

" D'ailleurs pense à la santé psychologique de tout les gens ici et le malaise que va vivre le gérant par la suite ... , je soupira , ils sont mort de peur ... Les gens n'ont pas le coeur solide de nos jours ... "

Je me leva et regarda l'assemblé mla queue se remua d'elle même dans la veste et mes oreilles firent bougé le haut de forme que je portais sur la tête. Je me mis entre les deux cadavres pour les examiner, à première vu l'un des deux respirait encore.

" Âmes sensibles s'abstenir s'il vous plait ! "

Je mis ma main sous la veste pour atteindre une seringue d'heutanasian, je déboucha la seringue et la planta dans le flacon pour en prendre toute la dose, puis, je planta ma seringue dans la carotyde du survivant pour abréger ces douleurs. De toute façon si il mourrait dans les minutes qui suivirent je préférais lui faciliter la tache, une bonne action portais à un humain de mon égare j'espère qu'il me portera dans son coeur de mort. Je vis une nekos un peu plus agées que moi regardais mes gestes fins et précis. Venant d'une fille de moins de 20 ans je devais leurs paraîtres hors du commun. Surtout que j'étais une Neko camoufflé sous une veste et un chapeau, me trimbalant avec une seringue et des dizaines de flacon de liquide en tout genres !!

Je retourna m'asseoir à ma place et je sourit en regardant le dernier homme mourir en paix.

" Je vais prendre une vodka à la cerise. "

Rien de mieux qu'une bonne vodka au doux arômes de cerises pour me delecter du spectacle d'une mort douce et d'un cadre totalement innatendut. Je fut servit assez vite à ma grande surprise. Je tourna mon verre dans ma main et sourit à Fushgi.

" Je tient à te remercier de ce délicieux spectacle et de cette succulente vodka. "

Je fit un fin sourire au gérant apeuré, je posa ma seringue sur la table celle ci ne m'était d'aucune utilité à présent, une fois de plus j'avais gaspillé inutilement ma réserve de seringue et abrégé les souffrances d'un abruti sans importance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Mar 2 Mar - 19:40

[dsl du gros retard... problèmes internet...]

Fushigi regardait tout les clients restant dans le bar. Cela le faisait rire de voir tout ces gens s'incliner d'un seul coup juste en aillant buté 3 ordures avec ces deux calibres; une satisfaction propre à lui-même qui devenait de plus en plus violente. Il ne se lassait pas de voir toute ces mines virer à l'affolement lorsqu'il était là, il était grand et se différenciait alors des autre par sa puissance destructrice. Les gens n'aimaient guère souffrir; l'investigateur vivait la souffrance comme une cigarette qui se consumait, il faisait souffrir et souffrait en retour. il savait pourtant que cela le menerait un jour à sa propre perte... il ne cessait de patienter à se jour fatidique où il ne serait plus de ce monde et où il pourra goûter au rythme infernal de l'enfer. Fushigi ne cessait de se l'imaginer: un lieu désolé et dépourvue de toutes réalités, où il y souffrira pour l'éternité, le sourire déchirant son morne visage. Pour le moment il ne faisait que reproduire ces fantasmes les plus fous en pratiquant l'art de tuer et celui du libertinage (lorsque sa cible est de sexe opposé).

"Tu n'es franchement pas discret Fushigi."

Bien sûr qu'il ne l'était pas, qui en ce moment de victoire voudrait le rester? Il avait hérité de l'orgueil grandissant des Kurai lors des batailles: de fiers soldat se dressant au dessus de leurs ennemis pour les écraser d'un coup de semelle. Il avait appris au fil des année à ne jamais sous-estimer sa victime qui était succeptible de lui procurer d'intenses joies lors des derniers souffles de sa vie.
Mizuki ressortait l'excuse de la "santé psychologique" et là Fushigi n'en prit compte pour une simple raison: il le lui avait déjà expliqué dans cette usine desaffectée et il avait horreur de se répèter. De plus qu'en ce moment, il s'en foutait pas mal de la santé psychologique des gens qui passe; exemple tout simple: les nékos. Les humains les soumettent à l'esclavage et refont les même actions que leurs ancètres colons et conquistador; ils sont frappés, torturé à la moindre connerie et violés sans aucune grâce dans la plupart des cas. Et eux s'occupent t-ils de la santé psychologique? Ils en ont tout simplement rien à foutre, le plus infligent était que les nékos se préoccupaient de cette santé psychologique... C'était un mot qu'il oublira facilement.

Mizuki s'approcha d'un des corps, à priori celui-ci vivait encore, et lui injecta alors une dose d'euthanasian (dsl chaipo comment sa s'écrit XD). Les autres occupant furent alors prit de stuppeur en la voyant ç l'oeuvre, Fushigi quant à lui ne cessait de sourire. Ils étaient certes différents mais ils partageaient le même plaisir à tuer.
Elle voulu alors une vodka à la cerise. Fushigi se dirigea vers le comptoir et ne détacha pas son regard du barman. Un geste de celui-ci le fit rire: il avait prit un fusil à pompe et visait alors Fushigi aprochant peu à peu d'un pas sûr, le sourire aux lèvres. Il tenait l'arme, mais il tremblait devant le démon qui s'était présenté à lui...Croyez le ou non mais Fushigi l'avait prévu depuis le début, en observant d'un simple regard les occupant de ce bar il pouvait en déduire d'un brin de leurs personalité et en faire l'hypothèse; en ce qui concernait le barman ce n'était qu'une couille molle. Il braquait un type en noir dans son propre bar, un type qui avait en un rien de temps tué trois individus de la plus violente des façons. En tenant ce fusil et en voyant le sourire déchiré de Fushigi, celui-ci pouvait facilement en déduire qu'il n'avait plus beaucoup à tirer sur ces gons avant de le faire craquer et l'envoyer chez les fous.

"Hors de mon chemin!"

A ces simples mots, le barman laissa tomber sa carabine et se dirigea au plus vite vers la sortie. L'investigateur sadique ala de l'autre côté du comptoir et servit alors une vodka à la cerise à Mizuki en emportant aussi une bouteille de Scotch et un verre pour lui. Il lui était facile de vider une bouteille mais il était soigné et ne voulait en aucun cas salir son image en buvant à la bouteille comme un clodo. Il se servi un verre et le leva à son carnage que la néko semblait apprécier avant de le boire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Lun 8 Mar - 19:43

Je le laissais faire, ce spectacle était beaucoup plus divertissant que des films à l'eau de rose regarder sur la première chaîne TV que je captais sur ma petite Télé dans mon quartier. Je savais très bien que se donnais en spectacle comme cela devais amuser Fushigi alors pourquoi l'en privé, si après tout tuer deux ou trois personnes inutiles lui plaisais autant le laisser jouer avec ces vies sans importances directes. Je faisais doucement tourner la vodka dans mon verre, je ne comptais pas la gâcher mais j'avais envies de réfléchir, espérant qu'elle ne finirais pas sur les pieds de l'homme à la gâchette facile. Je regardais les corps gisant au sol, ça faisait un peu sale et bordelique, mais après tout... Mon attention revint se fixer sur l'homme, sourire serin d'un conquérant ... Si je n'avais pas était préoccupais pas l'assemblé terroriser j'aurais presque rit. Il n'avais pas conquis Rome et il souriait tout comme s'il l'avais fait. Je me retourna vers la bande de petit terrorisé autour de moi, que des petits cœurs fragiles, aucun d'eux n'osais approchais la table, ça promettais d'être amusant aujourd'hui. Je venais de me remémorais la scène ou le barman partais la queue entre les jambe, le ton froid, voir glaciale de Fushigi ne donnais pas envie de riposter. Je rit doucement avant de lui dire .

" Tu aurais pu être plus doux Fushigi, pourquoi faire peur à ce pauvre Barman..., je continua de rire un instant, C'est n'empêche très amusant à voir encore une fois. "

Amusée je sortir ma dague doucement de sous la veste ne laissant pas paraître mes membres félins, qui sait comment aurais réagis certains en apprenant qu'une neko manié la seringue, le 9mm et la dague comme une humaine, l'idée me traversa l'esprit ... Ce fut drôle à imaginer mais je ne préférais pas défier le sort. Une fois sortie je regarda l'assemblée faisait tourné la dague sur le bous opposé de mon index, comme je l'avais prévu un peu auparavant la foule ne fut pas très rassurée, en voyant la "femme" que j'étais sortir une arme sans aucune raison, un homme me regarda avec un air qui ne plut pas, je le fixa avec un regard noir puis tourna la tête. Avant de sourire à mon "Acolyte".

" Maintenant c'est à MON tour de jouer très cher. "

Je pris mon verre en bu une gorgée avant d'imiter le fin sourire de Fushigi, je le regarda fixement tandis que j'essayais de percer son regard cachais derrière ces saletés de verres orangés. Je m'accoudais à la table pour poser mon verre puis me mis presque avachis sur l'endroit ou j'étais assise, ma dague tourna dans ma main et se lança sur l'homme pas nette qui m'avais regarder auparavant, il était maintenant attaché au mur par le col, le cou légèrement ébréché saignant doucement. Je ne me leva pas jetant un oeil distrait sur ma victime. Je me leva subitement manquant presque montré aux yeux de tous ce qui se cachais sous l'enveloppe de tissus, je marcha quelques pas et me posta derrière Fushigi posant un léger baiser sur se que je pouvais voir de son cou avant de défaire sa cravate, de couleur presque égale au sang d'une jeune fillette pure et frêle. Je lui enleva et dégagea sa nuque pour y déposer un baiser.

" Je t'emprunte ça, promis je te la rendrais. "

Je partie en direction de l'homme attachais, il porta sur moi un sale sourire qui me donna de meilleurs idée encore, je sortis deux ou trois seringues vides pour abréger ces futures souffrances. Je regarda l'homme une nouvelle fois, cette fois là son sourire n'était plus là, quel petit être futile... Je sortie une deuxième dague, mes mains aurait était pleine si mes seringues n'avais pas était planter sur le dos de ma main.

Je fit un large sourire à Fushigi puis me retourna vers l'homme en un clin d'oeil je passa la cravate sur son cou, le sourire du pervers redevint le même, je lui retourna un sourire sadique, je dégagea ce qu'il portais sur ses bras et coupa doucement quelques endroits ou se trouvais les veine principales le laissant se vider de son sang, je pris une chaise et m'assit dessus le regardant se vidé de son sang progressivement. Je revins chercher mon verre puis retourna m'asseoir devant l'homme, une marre de sang coulant sous ses pieds.

Vint ensuite le moment d'utiliser la cravate, je planta mes seringue sur le dossier chaise pour ne pas être gênée puis je la passa autour du cou du déjà mort et fit un nœud, il continua de sourire quelques instants et je resserra d'un coup le nœud, il sourit moins mais continua de sourire, je resserra de plus belle l'empêchant complétement de respirer. Je le regardais suffoquer se débattre sans pouvoir se sauver les bras morts depuis longtemps. Je le regarde se débattre pendant près de Deux minutes. Puis je pris une seringue, la remplissant de l'air ambiant puis la plantant au dessus de son thorax, insistant sur le piston pour que l'air remplissent le corps du pantin, l'achevant en un claquement de pouce. Je sortit la cravate enlevant ma dague en même temps, laissant le pantin mort tombé au sol, je repris mon verre me remis derrière Fushigi embrassant à deux reprises sa nuque, reposant sa cravate devant sa bouteille.

Je l'enlaça par derrière en lui embrassant doucement la joue.

" Merci beau brun Mystérieux. " lui dis-je en riant doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Ven 9 Avr - 16:31

Fushigi s'assit à table pour boire son verre de whisky. L'ambiance du bar avait changé si vite; l'allégresse, l'avarice, la perverssion des hommes, tout ces vices qui occupent les bas-fonds de la société avaient été balayé par quelques balles et nettoyé par le sang de ces misérables êtres, pitoyables aux yeux de ce tueur. La vie a différentes facettes, chacune contenant leur part de noirceur. Les pauvres crétins écclésiastiques qui affirment le contraire n'étaient jamais bien placé pour répondre le contraire car eux même participaient au développement de cette noirceur d'âme. Tout le monde finissait par accepter cette ombre sur le tableau... Fushigi était bien plus rigide, il ne supportait plus que le mal soit entaché par les incapables et les actes primaires. Il ne cessait d'innover et éliminait sans aucune retenue ceux qui l'énervait.
Mizuki tuait par pur amusement mais Fushigi ne l'appréciait pas pour ça, mais pour son goût. Elle savait reconnaitre l'art de Fushigi dans l'élimination de ces victimes. Il les anéantissait lentement, dans la plus grande douleur, autant physiquement que psychologiquement. Il pouvait voir les maîtres et leurs nékos trembler devant son exploit. Il fut si simple de leur rappeller qu'ils ne son pas éternel, ces figures ne cessaient de faire sourire Fushigi, sur le point de rire. Le jour où il verra la difficulter pour oter une vie n'est pas près d'arriver.

Elle buvait son verre de vodka et regarda Fushigi avec insistance, et un sourire familier. Mais un homme avait attisé son envie de sang. Quelque chose chez ce type avait déplus Mizuki. Ce ne semblait être qu'un pauvre pervers qui n'avait rien d'autre à faire que de la mater comme il matte toutes les autres filles. Elle lança sa dague sur ce minable. Fushigi put sentir qu'elle lui embrassait dans le cou, a vrai dire ce geste le laissait sceptique, mais la sensation fut loin d'être désagréable. Elle en profita pour lui subtiliser sa cravate, il la laissait faire. Il regardait attentivement la néko tuer avec style sa pitoyable victime se vidant de son sang, ce type devait voir sa vie défiler devant lui pour s'occuper dans l'attente de sa mort alors insupportable.
Enfin elle revenait et re-embrassa la nuque de l'assassin, figeant ainsi son sourire.

"Tu es définitivement différentes des autres gens que j'ai l'occasion de rencontrer... sans avoir à les tuer bien sûr."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Ven 9 Avr - 20:36

"Tu es définitivement différentes des autres gens que j'ai l'occasion de rencontrer... sans avoir à les tuer bien sûr."

Je regardais l'individu avant de le lâcher de me remettre sur une chaise que j'avais subtilisé à un pervers, la mienne étant resté près du cadavre du type mal propre. Je suis différente, ce n'était pas une nouvelle frappante, comme si j'avais un jour était normale, la vie d'une neko n'est pas censé être normale certes, mais j'avais fait de ma vie une existence agréable et alléchante pour une humaine de toute sorte. Je repris mon verre de vodka en main et lécha doucement le bord du verre, faisant un peu attention à cacher mes crocs de la vue du premier venu.

" Je ne sais pas vraiment comment le prendre mais je te remercie de ce compliment. ", un ronronnement éttoufé sortie du plus profond de mon être tandis qu'un neko mâle regardais ma victime morte en pleurant de tout son être, sûrement son ancien maître, tans pis pour lui il devrait en changeais.

Mes oreilles commencèrent à me gêner j'en regrettais presque de ne pas avoir était humaine sur ce coup là, ma queue elle toujours coincée dans la veste commençais à s'engourdir avec le temps et je n'en fut que plus gênée, je posais mon verre sur la table et sourit un instant réfléchissant à ce que je pourrais faire, pour rendre la scène un peu plus piquante, ce fut assez dur à trouver mais pas impossible non plus je pense. Je me leva avant de m'asseoir sur une table voisine m'étirrant de tout mon long sans dire mot puis lança un regard satisfait à Fushigi.

" Que la fête continue très chèr. ", dis-je en regardant mon interlocuteur puis l'assemblée, mourrante de peur sous ma phrase, il ne s'attendais sûrement pas à ce que j'allais faire, mais je suivait l'exemple du maître de cérémonie et ne fit que suivre le pas avec joie. Je sautais doucement de la table me posant entre les cadavres doucement passant ma main dans le sang d'une des victime de Fushigi et la posa sur la joue d'une neko à moitié nue. Je continua ma marche puis me mis près du bar ou gisait Mon cadavre, le barman derrière fut apeuré sans même que je ne le regarde, je tourna la tête et fit un léger "bouh" il sursauta comme si j'avais pointé une arme sur lui, je riait doucement et regardais le reste de l'assemblé avec attention. D'un geste fin et soigné je décala juste un peu mon chapeau pour laisser un petit peu respirer mes oreilles et décratais-je avec une voix simple et calme, au tintement félin et gracieux.

" Dit moi Fushigi, si je leur montre qui je suis il se pisse aux culottes en riant non ....? " dis-je doucement alors que ma queue commençait à bouger sous la veste. Les gens me dévisagèrent sans comprendre alors que le barman regardais la veste bougeais inquièt de ce qui pouvais bien se cacher dessous. Je commençait à oter mon haut de forme doucement laissant quelques cheveux tomber sur mes épaules, un homme contemplant le spectacle tourna de l'oeil sans que je ne sache pourquoi ...

Je finit par le retirais rapidement et laissa parraître deux grandes oreilles de nekos, un peu ébréchée par l'usure et le temps, mais en bonne état. Je descendit du bar et enleva la veste qui me couvrait sans peine, la posa près de Fushigi laissant dévoilée une queue parfaitement noir et longue sans aucune érraflure, posait en panache se baladant au grès du vent.

Le petit peuple me dévisagea comme si j'avais était un monstre, pourtant je n'étais pas la seule dans cette pièce à être une neko ! Un homme me regarda et s'approcha de moi, je le frappais avec une tel force qu'il vola jusqu'à l'autre bou de la boutique. D'un salto je retournais à côté de Fushigi pour me remettre sur ma chaise avant de re-boir un peu de vodka.

" Je commençais à avoir chaud désolé Fushigi. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Mer 5 Mai - 14:16

[Dsl du retard... privé d'ordi et beaucoups de devoirs...]

Mizuki ne cessait de l'étonner à chacun de ces actes morbides et divertissant à cet individu qui n'en finissait pas de sourire. De quoi pouvait-il rêver de mieux? Elle lui offrait un spectacle digne des tsar et des tyrans gouvernant les états faibles. Il n'avait pas à se fatiguer pour trouver sa joie qui demeurait alors incomplète... ce qu'il lui manquait maintenant c'était de tuer lui-même ces pauvres types. Voir quelqu'un souffrir lui procurait une sensation unique, mais faire souffrir une personne était encore mieux. Il se délectait de chaque instant qu'il enlevait à ces victimes comme un monstre dévorerait sa proix avec satisfaction. Il était bien content de lui et fasciné par elle, ils avaient réussi à mettre à sang un bar en à peine quelque minute et cela faisait sourire autant l'un que l'autre.

Il voyait un néko pleurer de toutes ces larmes devant la carcasse de ce qui était surement son ancien maître. Quel con! Pourquoi pleurer ce qui aurait pu être un sadomaso? Il devrait savoir depuis le temps que les maîtres sont rarement à l'écoute de leur néko, ils sont avides et sans amour pour eux. Sinon pourquoi l'esclavage des néko aurait-il existé? c'est vraiment con de penser qu'un néko pourrait penser que son maître pourrait avoir une once d'affection pour lui... ils ne font que les nourrir pour les conserver sinon ils sont bon pour rester nettoyer la barraque de 400 m². Fushigi avait sans doute deux néko et sans doute pouvait il être comparé à ces buveurs exhibitionnant leurs néko et dire ensuite qu'il ne vaudrait pas mieux... Il avait néanmoins quelque chose pour se défendre de ces gens dans ce cas: Il en avait rien à foutre que se soient des néko qui étaient à son service, c'était ça qui le différenciait des autres. Ils les avaient payé et maintenant ils étaient à elle non pas en temps qu'esclaves mais en temps que domestiques, elles vivaient sous un toit, sortaient quand elle avaient fini pour la journée ou lorsqu'il l'accordait après il en avait rien à faire qu'elles aiment la plage ou les oiseaux qui volent au lieu des flingues, si elles ne lui manquait pas de respect et lui obéissait, alors il ne leur ferait rien.

Mizuki continuait son jeu de terreur et fini par enlever le chapeau que Fushigi lui avait passé et laissaient ces oreilles de néko à la vues de tout les clients encore vivant de ce bars, ébahis de cette vision. Et pour confirmer elle retira sa veste dévoilant alors sa queue. Un des hommes réaigit au quart de tour et fonça sur la néko... tss baka! Il s'attendait vraiment à ce que la néko allait lui réserver, un bon coup en pleine poire pour réveiller cet abruti. Puis elle revint vers l'assassin.

" Je commençais à avoir chaud désolé Fushigi. "

Soupire.

"Pourquoi t'excuser, si t'as chaud comme tu le dis alors j'vais pas t'en vouloir pour enlever tout ça..."

Il se dirigea vers le comptoir et prit deux autres bouteilles de whisky vu qu'il avait tout bu en regardant le massacre que lui offrait la néko. Soudain il fut appelé par l'homme qu'elle avait envoyé valser dans le décor.

"...devriez tenir votre néko en lesse... elle est vraim..."

"Qui t'as dit qu'elle était à moi?"

"C'est vrai... tu l'aurais mise sur la table si c'était ..."

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que Fushigi lui donna un violent coup de pied dans sa tête qui batti contre le comptoir. Il le prit par le col et l'approcha de son visage éclairé par un terrible sourire.

"J'en ai vraiment marre que l'on ne m'écoute pas! Arrête de me comparer à toi pauvre petit porc de basse-cour. Et puis... ce que je met sur la table généralement..."

Il l'envoya voltiger sur l'une des tables rondes où ils avaient dont de mettre leurs néko pour les exposer, Fushigi en avait trouvé une autre utilité à ces gouts morbides. Il plaqua sa tête contre la table et commença à envoyer coup de poing sur coup de poing. Lors qu'il l'entendait gémir, il frappait encore plus fort son poing finissait par être recouvert du sang de sa victime. A un moment donné il ne l'entendait plus, mais il tremblait. La table était désormais couverte de sang. Il sorti son flingue et posa le canon sur sa tête.

"Ce sont les trippes et le sangs des porc dont j'ai plaisir à saigner et à faire couinner..."

Il pressa la détente et envoya la cervelle du décédé s'éparpiller sur la table. Encore un qui sera mort sans qu'il le regrette. Il retourna vers son whisky, déboucha la bouteille et bu à grande gorgée. Il commençait vraiment à ne plus y voir clair mais il restait toujours violent et sensé. Il regarda Mizuki, du moins essaya.

"Bon je crois que je vais pas être en mesure de te ramener chez toi, si je prend la route je vais nous tuer en 5 secondes donc mieux vaut oublier... j'sais pas pour toi mais je crois que je vais prendre une chambre d'hôtel pour cette nuit... m'enfin si tu veut tu peut toujours rentrer en taxi ou à pied mais je ne te garantis rien... M'enfin c'est juste pour prévenir, la fête ne fait que commencer alors jouons! Jouons avec vos pitoyables vies."

Il était bien parti pour se beurer sans modération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Sam 8 Mai - 13:22

J'étais resté sur ma position, je riais doucement, la fête commençais à peine, mon regard, ne se braquais plus que sur le tueur, il avais beau ne pas avoir de coeur, il m'attirais, j'étais devenue un aimant, un cercle vicieux commençais à tourner, il tuais je tuais. Nous étions partie pour faire cela pendant des heures, jusqu'à ce que nous ne nous retrouvions plus que deux, face à face, beurrés comme deux ivrognes, les pieds baignant dans un doux jus de sang, commençant à virer au pourpre, les pieds maquillais, d'un sourire, d'un sang au gout métallique, le schéma était si beau, si simple, mes oreilles se balançais doucement, mes yeux fermés imaginant la scène, c'est alors que la phrase du jeune homme vint carillonner dans mes oreilles félines.

"Bon je crois que je vais pas être en mesure de te ramener chez toi, si je prend la route je vais nous tuer en 5 secondes donc mieux vaut oublier... j'sais pas pour toi mais je crois que je vais prendre une chambre d'hôtel pour cette nuit... m'enfin si tu veut tu peut toujours rentrer en taxi ou à pied mais je ne te garantis rien... M'enfin c'est juste pour prévenir, la fête ne fait que commencer alors jouons! Jouons avec vos pitoyables vies."

Ses paroles, me ramener à la triste vérité, qu'allais-je devenir, une fois rentrée chez moi ... Je repartirais, dans mon jeu de tir au pigeon, ne revoyant jamais, cet individu, un rêve venais de s'effacer de mon esprit, j'avais cru, comme une enfant, que l'histoire fut sans fin... J'étais bien bête d'y croire, mais j'en avais eu tellement envie, rien, ne pouvais m'empêcher de me détacher de ça... Il m'avais déjà offert plusieurs spectacle, jamais, plus jamais je n'en reverrais de tel, alors ...

Je butais, sur chaque mot, le moindre petit article, sa voix résonnais dans mon esprit, je repassais en boucle cette phrase, mon regard ayant pour seul plan principal, un cadavre ...

** Je vais pas être en mesure de te ramener chez toi.... nous tuer en 5 secondes...... une chambre d'hôtel... m'enfin si tu veut tu peut toujours rentrer en taxi ou à .... pied mais je ne te garantis rien..... la fête ne fait que commencer alors jouons! Jouons avec vos pitoyables vies.**

J'oubliais sûrement un dixième de ses mots, mais j'avais pris les informations les plus intéressante pour moi, en tout cas, la dernière me semblait la plus douce, jouer, encore et encore, jusqu'à que, la vérité revienne, boire, jouer, jusqu'à ce que plus rien ne bouge, neko, humain, homme, femme, femelle, mâle, un carnage, enfin, un jeux, retombant dans un cercle, vicieux, je caressais ma queue, doucement, tout doucement, puis elle claqua sur le sol, en fracassement, je me levais et sortie, tout mon bazar qui pesait bien trop, je partie , montant sur le comptoir pour en redescendre en un saut simple, avec la grâce féline, comme toujours. Je me servit une vodka en regardant mon ami.

' Et par ou allons nous commencer ...? Femmes ...? Hommes ....? Neko ou Humains ...? Pas de massacre collectif, un par un ... C'est plus excitant!, dis-je alors que je faisait le chemin dans le sens inverse, je collais mon buste au dos de l'homme en embrassant son cou, je n'étais pas ivre, consciente de ce que je faisait, pour sûre !

Il n'y avais que la chaise qui gênais mon étreinte, pour sûre, si j'avais pu, je l'aurais enlevé avec un telle force, qu'elle n'en aurait était calculable, malheureusement, mon étreinte serait tombé au sol, je n'était même plus sûre qu'il avais encore la lucidité de tenir debout.

D'un geste simple, tans que j'étais en mesure de le faire, je retirais le chapeau, et la paire de lunette de l'homme, ces deux objets ne faisait que m'énervais plus qu'autre chose de toute façon, je le lâcha pour retournais à ma place, puis j'allais sur une table, une sorte de vitrine d'expositions sûrement, je déambulais entre les nekos apeurés de me voir si près, d'un geste simple je pris l'épaule d'un, il s'effondra sur le sol dans la seconde suivante.

' Si il s'effondre tous on va passer la soirée à picolé et rien d'autre Fushigi ... C'est moins drôle! ', dis-je en tournant autour d'une barre. Je montais dessus pour en montée une partie et me laisser retomber, le dos tombant doucement contre la fraîche bar, j'étais maintenant à l'envers, et je m'amusais de mes "charmes", alors qu'une dague vint déchiqueter la carotide, d'un jeune homme, qui commençais à bander son mon jeu, qui n'avais rien d'excitant, en tout cas j'aimais l'art de la barre et je ne le trouvais pas réellement excitant ! Je me redrassait vivement et descendit de l'exposition féline pour m'asseoir sur les genoux d'un homme, jouant maintenant la petite pute, pour les tuer plus facilement.

' Hum... Tu M'excites toi ... ça te dirais que je t'offre une petite gaterie ...? Se sera notre ... , j'approchais de son oreille pour la mordre '.... Petit secret ... '

Je sentais déjà une erection sous mes jambes alors que l'homme ouvrait la bouche pour me répondre.

' Vas-y petite pute. ', puisqu'il n'attendais que ça...

D'un geste simple je pris deux seringues pour les planter en plein dans la carotide du jeune homme, je me levais rapidement pour sortir ma dague et couper le coups, de part et d'autres. Avant de mettre mon index dressé sur ma bouche.

' Ce sera notre ... Petit secret Promis ..? , riais-je devant le corps mort avant der me retournais vers les autres me mordant la lèvres inférieur, ' Hmm... A qui le tours ....? , je mordais mon doigt maintenant, ' Je vous promet une mort lente ... Et douce bien sûr, dis-je avec une voix sensuelle avant de regardais Fushigi

' Si vous veniez m'aider au lieu de boire ... S'il vous plait ... Monsieur le Beau brun mystérieux ..., je continuais de jouer la petite garce, voyant les hommes bandant, alors que je comptais les morts arrivais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Ven 28 Mai - 13:53

En voyant Mizuki s'occuper des hommes du bar, il ne put s'empêcher de rire. Non mais quelle bande d'abrutis! S'ils croient serieusement qu'ils peuvent en ce moment de frénésie, s'attirer les charmes d'une néko comme elle, ils pouvaient se planter les doigts dans le nez et creuser pour se l'arracher. Pour un oeil inaverti, elle passerait pour un être sans coeur, sadique et cruelle de ce jouer ainsi de ces débris saoulés jusqu'à la moelle. Pour Fushigi c'était un enfant qui jouait au vampire avec de petites poupées de chiffons. Ce n'était qu'une vision à laquelle il faisait à allusion la réalité était sans doute autre. Mais finalement il commençait à l'apprécier d'avantage au fil que le temps passe.

Il prit une bouteille de whisky et la bu d'une traîte devant les regards effrayés et rageux des occupants encore en vie. Il allait y remédier, ils ne seront pas vivant pour longtemps, ils seront bientôt les jouets de ce tueur. Il avança vers ces futures victimes, mimant la démarche d'un alcoolique pour faire penser à une feinte. C'était bien l'un de ces coups favoris, donner l'espoirà sa victime de s'en sortir puis lui arracher cette espoir d'un coup sec. Son coup ne tarda pas à attirer deux hommes qui se ruèrent sur lui, soit pour jouer les héros soit pour sauver leur misérable peau. Il esquiva le premier et saisi le deuxième par le cou pour le plaquer contre le comptoir. Il avait envoié l'autre assaillant par derrière le comptoir dans un grand fracas. Il garda un sourire immense affiché sur ces lèvres regardant cet homme désormais affolé. Il fourgua alors ces doigts dans l'orifice occulaire et saisi son oeil désormais inutilisable, encouragé par les hurlements de douleur de l'homme et ceux de terreur des autres spectateurs. Il laissa tomber l'individu à terre, assomé par la douleur et pointa son flingue sur l'assembler, l'oeil encore dans sa main.

"Que la néko de cette andouille se désiste tout de suite! Je flinguerais un par un chacun d'entre vous jusqu'à ce que j'ai la réponse!"

Il attendit, regardant dans les yeux, les néko appeurées devant la carure imposante et terrifiante de Fushigi. Il pointa son arme sur une néko et pressa la détente, le coup la toucha au flanc, elle souffrit mes ces jours n'étaient pas en danger pour le moment. Il savait que dans le tas cet humain pouvait ne pas posséder de néko ou qu'il pouvait inconsiament tuer sa néko sous le coup de la menace, mais il savait aussi ce qu'était l'espoir de vivre, il l'observait souvent de ces victimes innombrables. L'une d'entre elle allait sans doute se dévouer comme étant la néko du pauvre type pour cesser d'être dans cette situation, elles auraient le choix alors de tout risquer: 50% d'être libérées par un marché douteux, 50% d'être trahies et tuées après l'amusement. Fushigi avait déjà tout prévu. Il tira une autre balle et visa cette fois la tête de cette néko blessée, la tuant sur le coup. Devant la menace qui se confirmait, une néko se leva et se présenta comme étant l'esclave de ce type agonisant sur le parquet. Il souria et lui fit signe de s'approcher. Elle avait peur, il pouvait le voir dans sa démarche et sur son visage baigné de larmes. Il posa son arme sur le comptoir et saisi violamment sa tête, le sourire plus grand que jamais.

"Je vais te permettre de sortir de ton merdier vivante mais d'abord tu devras me divertir et la je te laisse le choix:
1) je te viole et là s'est moi qui décide!"

Elle secoua vivement la tête pour refuser ce choix mais cela ne fit pas déchanter Fushi bien au contraire, rien ne pourrait le pertuber dans sa douce frénésie. Il approcha alors l'oeil qu'il avait extirpé au mec.

"2) tu bouffes ton maître!"

Elle baissa le regard et le releva pour affirmer ce choix néanmoins désagréable. Il la plaqua contre le comptoir, tout près du macabé, sans savoir si celui-ci avait rendu l'âme. Il s'approcha tout près de la néko et posa une bouteille de rhum à côté d'elle.

-"Voilà la règle du jeu. Je vais te donner au fur et à mesure divers organes de ton maître que j'extirperais! tu as le choix d'utiliser tes deux bouches pour absorber ces membres."
-"D.d.d..deux bouches?"

Il saisit alors le sous-vêtement de la néko et l'arracha, le déchirant et révélant son intimité sur le coup. Il l'empêcha de serrer les jambes et désigna l'entrejambe.

"Comment t'appelle ça toi! Pour moi c'est ta deuxième gueule point barre! Je vais te donner les membres à manger ou à foutre dans ton truc mais je sais que la place est limité faudra bien que tu manges à un moment. Tu peut t'aider du rhum pour faire passer tout ça. Lorsque tu auras mangé ce que je t'aurais donné tu seras libre mais si tu régurgite, je te tue sans hésiter! Tu as bien compris?"

Elle versait des larmes en écoutant les règles de ce jeu morbide. Il la secoua pour avoir sa confirmation. Elle fini par hocher la tête, agrandissant le sourire du démon, fendant son visage. Il lui présenta l'oeil.

"Alors commence!"

Elle pris l'oeil dans sa main et l'apporta avec beaucoup d'hésitement à sa bouche et fini par le gober. Il pouvait voir qu'elle combattait pour ne pas vomir du premier coup. Pendant ce temps, il prit un couteau de sa poche et fit une fente dans le corps du type désormais mort. Il saisi alors son coeur et l'arracha avant de le présenter à la néko dans un rire horrible qui occupait tout le bar. Elle le prit et en fit de même que pour l'oeil. Ces larmes ne cessaient de couler. Elle prit la bouteille de rhum et en prit une gorgée.
Alors il baissa le pantalon du mort, enleva son caleçon et fit une fente au niveau de la bourse pour récupérer ces organes et les présenter à la néko horrifiée du geste. Elle pouvait maintenant savoir jusqu'où il était capable d'aller pour rire aux éclats. Elle apporta les boules à son intimité et les enfonça aux pplus profond qu'elle le pouvait, poussant des gémissements sur le coup. Fushigi tourna la tête et regarda Mizuki.

"Alors tes victimes sont-elles concsentantes? La mienne est amusante je dois l'avouer."


[Dsl du retard. Je pense qu'il faudrait que je prévienne que ce post est hard sinon les jeunes vont faire des cauchemars o_o XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Ven 18 Juin - 23:47

"Alors tes victimes sont-elles consentantes? La mienne est amusante je dois l'avouer."

Je le regardais d'un petit air amusé, en réalité pour le moment je regardais la neko, qui manger son maître à pleine bouchées, dans un sens, je ne regrettais pas d'avoir pu ne pas avoir de maître, aux moins je n'aurais pas finit avec son oeil au fond du ventre... Et le peu de couilles qu'il devais avoir au fond de son vagin, j'avais déjà vu des scènes étranges, mais celle-ci relevé d'un coeur bien solide, car moi, si je n'avais pas était un temps soit peu tordu dans mon esprit j'aurais déjà gerbé tout mon repas, comme le type derrière moi, qui avais manqué me vomir dessus, beurk, je me retournais pour lui mettre la volée de sa vie alors qu'il était déjà mort après avoir vomis tripes et boyaux, m'enfin il n'étais pas non plus obligé de me vomir sur les pieds, y'a un minimum d'hygiène a avoir dans se monde.

Je m'assit sur le cadavre et je contemplais le jeune homme dans son massacre, pour une fois, je ne pensais pas réellement arriver à la cheville du jeune homme, m'enfin se serais plutôt difficile, car je n'avais jamais, au grand jamais vu un niveau si élevé de cruauté j'en était toute étonnée et cela, pour la première fois de ma vie, je me demandais si je n'allais pas mourir en restant ici, m'enfin quitte à finir en enfer je préférais partir en ce lieux, après tout ce serais beaucoup plus amusant. Le corps avais beau être mort il restait des trace d'un érection flambante, la preuve en était que l'odeur du sperme frais qui montais à mon nez comme un dernier souffle d'air frais. Je n'aurais même pas pu en profiter, le foutriquet c'était juté dessus en même temps de berger tout son estomac... Dégelasse me diriez vous …? Moi j'adore pourtant ! Doucement, très doucement je sortais ma dague et je pris l'intestin du mort et je venais une nouvelle fois montais sur cette sorte de grande cage à pute et je m'étais l'intestin de ce dernier sur la plus jeune des néko, j'étais de plus en plus tordue, mais c'était plus amusant que le tire au pigeon... J'embrassais la joue de la jeune inconsciente et je repartais vers mon ami décortiqué et je détachais son coeur de son enveloppe corporelle, il est vrai que de tout temps j'avais eu une certaine admiration pour cet organe qui était le seul et unique à pouvoir réellement donnais vie. Celui qui ne battais plus dans la carcasses vivante de Fushigi, et celui qui cessait de battre en moi quand je me trouvais près de lui. J'avais beau tenter de lutter je ne pouvais pas, j'aurais pu faire nimporte quoi pour m'attirer ces bonnes grâces. Pourtant j'avais déjà fait ce genre de choses mais jamais de cette façon.

Doucement je regardais le coeur avant de l'ouvrir de toute part, je trouvais à la fois cela fascinant et … Un maximum dégoutant, cet organe n'avais plus rien de beau une fois ouvert . Juste une petite carcasse dont la forme aplatit me faisait penser à ces petits dessin de forme jolie et fillette que l'on osais appeler un... Coeur ! Je finissais donc par le poser puis avec le peu de coeur que j'avais je me demandais un léger instant ce que j'aurais pus ressentir à la place de cette neko... Je chassais vite ces pensées de mon esprit . Je n'avais pas la force d'avoir un petit peu de tristesse envers la petite vierge frêle … Pourtant … Si j'avais la force, je dirais à Fushigi de stopper le massacre …

C'est dans un état assez triste intérieurement mais forte de l'extérieur que je me poussais sur le comptoir pour prendre un, deux, trois, quatre verre d'un alcool fort. Je tenais bon après tout !! Dans un geste de « tendresse » je jetais mes dagues sur une jeune fille, elle était maintenant ma victime, attachais un mur je coupais déjà ses vêtements pour dévoilais son corps... Sadique ? Pervers ? Amusant ! Oui c'était amusant, les hommes aimais son corps ! Pour le moment bien sur . Doucement et coupais le contour du téton, la jeune frêle encore en vie, un cris de douleur se fit sentir dans la salle, je finissais enfin le contour quand d'un geste simple mais rapide j'enlevais ce bou de chair pour le jeter sur le premier homme qui passais. Je fis de même pour le deuxième alors que mes oreilles se baladais de part et d'autres … Le sang couler la victime , elle mourais de douleur ! Les derniers cris, le derniers apaisement. Un petit au revoir et elle était déjà partie pour un monde … Meilleur qui sait ? Je riais en regardant l'assemblé .

«  Et maintenant ? », dis-je alors que ma main descendais déjà sur sa personne coupant du nombril au pubis d'un trai vertical précis mais lent la chair qui passais sous la dague. Je décalais une dague pour écarter ces jambes et couper les lèvres de son intimité, je les posais par terre au milieu du sang, puis le clitoris que je coupais doucement, de part et d'autres bien évidemment. Une fois finis j'étirais le peu de choses étirable de mes nouveaux jouets et je riais doucement alors que je les offrais dans un verre de scotch.
« Voilà...Pour vous », dis-je en me posant sur un cadavre.

( J'étais en train de manger en lisant la réponse Mdr j'ai eu du mal a finir a un moment =D )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Ven 25 Juin - 18:14

Lorsque le "jouet" de Mizuki déguelait en voyant le jeu sordide auquel s'adonnait le tueur, la victime de celui-ci était sur le point d'en faire autant, bien qu'elle résistait du mieux qu'elle pouvait pour ne pas régurgiter. Cela fit sourire Fushigi de voiur à quel point la situation était extrême: extrême au niveau de sa cruauté et extrême pour l'endurance de cette néko. Il lui prit la main et lui tordit violement le majeur. Elle poussa alors un cri de douleur, bien normal sous le coup d'un os cassé, même si ce n'est qu'un doigt. Elle regardait alors Fushigi d'un air étonné, ne comprenant pas le but de cette souffrance. Il la saisi par le cou et la balance sur le cadavre de son "maître", ou il ne savait quoi.

"Tu devrais, t'estimer heureuse que je t'aide! En te faisant mal, je te fais oublier ce que tu as sur l'estomac, car si tu peine là... dis toi juste que tu n'en as pas fini avec ton repas"

Il ricannait sans retenue, il avait bien l'intention de lui faire manger les trippes que possédait son maître. Cela était bien ironique vu l'audace dont il avait fait preuve jusqu'a son dernier souffle, elle devait sans doute souhaité qu'il en eu moins. Il prit un couteau et évantra le cadavre, dévoillant tout ce que la néko avait encore à avaler. On allait en venir à la partie la plus interessante pour ce tueur sans réels sentiments. Il saisi la tête de la néko et la fourra dans les entrailles dévoilées du cadavre.

"Vide moi tout ça! Et ensuite tu partiras."

Je la regardais alors s'exécuter et fourrer dans sa bouche, les intestins du défunt. A la voir, on dirait qu'elle bouffait des pâtes. Cela fit rire Fushigi alors qu'il pensait à une de ces idées tordues, il venait à comparaître la malbouffe à la pouriture qu'il offrait à cette néko. Il se releva pour la regarder de haut, laissant le reflet de ces lunettes orangées apparaître comme les yeux cupides du démon qu'il était. Soudain quelque chose vint se fracasser contre sa tête. Un bouteille... Bah il n'y avait que ça dans ce bar. Maintenant venait, qui avait osé essayé de le neutraliser? Il se craqua le cou, sentant alors les morceaux de verres sortant de son cou pour ensuite tomber au sol. Cela lui faisait plus que mal, naturellement, mais au vu des épreuves qu'il avait enduré jusqu'a maintenant, une simple bouteille, ne suffirait pas pour le tuer ni même pour le neutraliser. Un sourire tranchant vint alors éclairer son sinistre visage, alors que celui-ci tournait la tête pour voir sa future proie. Celui-ci reculait, de peur de mourir dans d'attroces souffrances. Fushigi s'avança alors vers lui d'un pas lent. Le type prit un couteau pour lui assèner un coup au visage, à l'oeil plus précisément. Le démon saisit alors la lame avant qu'elle ne s'abatti sur son visage, tranchant sa paume et touchant ces doigts. Il arracha l'arme au main de cet homme et pu voir ensuite, sa main ensanglantée, touchée par ce coup. Malgré la douleur, il arrivait encore à serrer le poing pour donner une bonne pêche à ce pauvre type, allant s'écraser contre le mur. Il s'empressa ensuite de le saisir au cou, de sa main blessée, pouvant lire la peur intense qui envahis le misérable humain.

"v...v..v.Vous n'êtes pas humain!!"

"Tu en as mis, du temps avant de comprendre..."

Il planta alors le couteau en plein coeur et tourna la lame pour le faire souffrir dans son départ dans l'au delà. Il arracha ensuite violamment la lame, la dirigeant vers le bas pour éventrer une nouvelle fois sa victime. Eventrer les gens étaient l'un de ces procédés favoris dans l'art de donner la mort car l'abdomen rescelle tout les organes permettant la vie de l'individu. Bien évidemment, son désir demeurait d'arracher la vie, et donc d'emporter ces vicères avec lui. Il se retourna vivement et saisit son flingue pour déscendre une néko qui avait eu la malchance d'être sa cible, il braqua ensuite le flingue sur un maître, aussi appeuré que les nékos. Il le pris par le col et le balança contre le cadavre.

"Je fais pas de différence. Ya pas que les nékos qui vont me divertir, au boulot!"

Celui-ci commença à avaler l'estomac de l'autre éventré, comprennant, en assistant au jeu morbide auquel participait la néko, l'ordre de Fushigi. Il revint alors voir, l'autre néko qui se nourrissait des reste de son maître, pouvant constater qu'elle avait tout fini, à son plus grand plaisir. Il lui sourit et fit signe de s'en aller. Elle n'hésita pas avant de se sauver, ne faisant guère attention à sa nudité. Fushigi soupira et regarda le jeune homme qui était chargé du même jeu.

"Il semble que les générations molissent de plus en plus"

Pendant ce temps, Mizuki se plaisait à éventrer, mieux, à dépecer une autre néko. Il se mit alors à rire aux éclats: un humain qui en tue un autre était devenue une scène bien banale mais une néko qui vient à tuer une autre néko, dans l'apogée même de l'art, l'amusait. Ce qui l'amusait le plus était la réaction des autres mec qui assistaient à sa mort. Certains en bavaient, dévoillant leur nature sadique et sanguinaire, leurs désirs primaires, sombres et ténébreux. Il se dirigea alors près de Mizuki, l'enlaçant de ces bras et ce calant la fin de la bouteille de rhum.

"Je n'aime pas me vanter, mais voilà un bien bel exemple de la débauche humaine."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Neko libre
Neko libre

Féminin

Nombre de messages : 281

Age : 22

Maître(sse) ou Neko? : Neko :)

Appartient à : Moi même es-ce déjà bien ?

Sort avec : Officiellement : Fushigi

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 27/12/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Mar 29 Juin - 22:29

  • "Je n'aime pas me vanter, mais voilà un bien bel exemple de la débauche humaine."


Je tournais un peu la tête histoire de pouvoir, voir un petit peu le jeune homme, avant de sourire, je me laissais glisser contre lui, jamais je n'aurais pensé pouvoir faire temps de meurtres en si peu de temps, je me surprenais moi même ! J'étais bien loin du tir au pigeon à présent, le cliquetis de mon colt 45, donnais le dernier coup à la morte sur le mur, alors que soulevais les pieds, mes chaussures pleines de sang, je ne trouvais pas ça très jolie dans l'ensemble, mais bon, ce ne sont que des chaussures après tout . Je me retournais pour regarder le tueur puis je me defaisais petit à petit de son emprise, avant de m'élancer sur le comptoir pour l'enjamber en une fraction de seconde, je saisissais une bouteille d'un précieux liquide alcoolisé.... Puis je repartais sur le comptoir pour m'y asseoir cette fois-ci avant de ricaner doucement.

  • «  Il y a encore une dizaine d'heures je faisait du tir au pigeon … Et maintenant je risque d'être la neko la plus recherchée de la ville … »


Je redescendais du comptoir pour saisir une main baladeuse , coupant , un , puis deux doigts de cette personne, je ne savais ni comment elle s'appelait ni qui elle était , mais s'il vivait encore pendant les prochaines minutes je pense qu'il aimerais encore avoir ces doigts sur son pauvre petit corps . Ma main passée sur ma jupe histoire de la soulever doucement dévoilant des dessous assez pervers dans l'ensemble, ou plutôt peu traditionnel si l'on peut dire, une culotte, noir, brodé avec de petites inscriptions rouge, on pouvais presque voir un tatouage sur ma hanche ( 8'D Je dirais pas ce qu'il représente), j'écartais légèrement les jambes, une cicatrice sur ma cuisse assez vieilles, elle représentais une sorte de marque au fer chaud, je ne sais pas trop comment la décrire mais ce n'est pas beau à voir … Et encore ! Ce n'est que la plus petite !

Je saisissais le doigts, en sang de ce petit être encore vivant et je le passais, assez près du dessous, j'avais la sensation de cette peau en sang, sur ma cuisse, je ne trouvais pas ça très commode mais pourtant si excitant, je le passais maintenant sur ma culotte, si le doigt n'avais pas était seul j'aurais presque pu penser qu'il bougeait seul ! Mes doigts passèrent sous le dessous pour le retirer, le laissant glisser jusqu'à mes genoux, j'écartais un peu plus mes jambes, remuant les jambes pour faire tomber le dessous dans le sang, je posais mon dos sur le comptoir, voyant de loin un homme sourire. Je passais maintenant le doigts sur l'intérieur chaud de mon anatomie, je m'arrêtais sur le clitoris, auquel j'administrais quelques petits coups du bou de corps froid à présent . Je me surprenais à gémir du plaisirs que cela pouvais me procurer, dans un gestes fin mais précis je commençais à insérer ce doigt en moi, mon bassin se redressa vivement, la température du fragment de chair ne fit qu'augmentais mon plaisirs, une série de va et viens lents , puis rapide , cinq minutes plus tard j'insérais l'autre doigts, je fit encore durer le plaisirs un vingtaine de minutes, avant de jouir comme je ne me souvenais avoir jouit. Je reprenais mon souffle, avant de m'endormir ivre morte sur le comptoir, à moitié nue à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Maître
Maître

Masculin

Nombre de messages : 138

Age : 25

Maître(sse) ou Neko? : Maître

Sort avec : La camel éternelle.

Avertissement :
0 / 50 / 5

Date d'inscription : 30/11/2009


MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!] Mer 30 Juin - 2:07

Mizuki se détachait lentement de mon étreinte comme si se fut la fumée de ma clope que j'attrapais. Je ne savais pas si c'était du à son caractère de néko ou au fait d'être ivre comme une éponge mais ça me plaisait bien vu que ce genre de caractère me donnait envie de la rattrapper, déterminer à aspirer la fumée sans avoir à l'expirer et garder les sensations pour moi seul. Finalement je semblais l'avoir transformée alors qu'au départ je voulais juste boire un verre. Bah merde, faut croire qu'on ne me changera pas, elle en était la preuve: c'est moi qui change les gens. La petite néko rebellée qui s'enfermait dans son appart pour flinguer les volatilles venait de découvrir ce qu'était un vrai massacre. Je n'avais pas pensé une seconde qu'elle puisse me suivre ainsi, elle venait de dépecer une néko, de faire de nombreuses autres victimes en les séduisants mais finalement, tout comme moi, s'en tirait avec le sourire débordant. Elle monta sur le comptoir et me résumait tout ça. "La néko la plus recherchée". Elle devait surement mal me connaître. pas étonnant, mes victimes faisaient plus de bruit dans les journaux mais à aucun moment les autorités avaient pu mettre la main sur moi, rares étaient les personnes (en vie) qui me connaissaient moi et mon existence. Elle fini par couper un doigt à un individu qu'elle croisa sur le comptoir. Elle bu ensuite l'intégralité du rhum que j'avais laissé pour la néko. Elle commençait réellement à executer les désirs qu'elle pouvait penser impensable, se foutant royalement du monde qui l'entourait. Elle apportait son "doigt" ensanglanté vers sa culotte qu'elle me dévoilait dés lors. Elle prolongea sa satisfaction en passant le doigt sous sa culotte pour aller jouer avec sa vulve puis son clitoris faisant durer l'amusement un petit bout de temps. Je me levais et approchais d'un pas lent, le sourire aux lèvres. Elle jouit et tomba dans les vappe peu après. C'était déjà un bon début, je devais reconnaitre avant qu'elle ne finisse ça en bad trip. Elle avait gémit comme pas possible devant cette assemblée qui ne s'y retrouvait plus. Deux hommes essayaient de me dégager pour profiter de son corps pendant sa cuite. Je callais son corps sur son épaule et sorti mon fligue pour en finir vite fait d'une balle dans la tête. Je me dirigeais vers la sortie arrière du bar où ils devaient recevoir les rations. Je me dirigeais vers la ruelle où j'avais garé la V8, portant Mizuki toujours sur mon épaule. Je l'installais alors sur le siège passager, démara la voiture et roula à allure modéré vu que l'alcool affectait ma vue. Je ne pouvais pas la ramener chez elle de plus qu'elle n'était pas en mesure pour le moment de me dire où habitait elle. Je me dirigeait alors vers un môtel où j'allais sans doute y passer la nuit et elle aussi juste le temps de désaouler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]

Revenir en haut Aller en bas

Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Neko Master :: Le RPG :: Le bar-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit